Allemagne: enquête close contre le médecin de la secte d’un nazi au Chili
Rechercher

Allemagne: enquête close contre le médecin de la secte d’un nazi au Chili

Les procureurs disent "avoir épuisé toutes les pistes prometteuses" et qu'il n'avait "pas été possible d'étayer suffisamment les soupçons pour justifier des poursuites pénales"

Hartmut Hopp, docteur et chef-adjoint de l'enclave chilienne  "Colonia Dignidad" , après son arrestation par la police chilienne pour complicité de viol sur des jeunes garçons, le 12 août 1997 (Crédit : (AFP PHOTO / STRINGER)
Hartmut Hopp, docteur et chef-adjoint de l'enclave chilienne "Colonia Dignidad" , après son arrestation par la police chilienne pour complicité de viol sur des jeunes garçons, le 12 août 1997 (Crédit : (AFP PHOTO / STRINGER)

Le parquet allemand de Krefeld a annoncé mardi clore son enquête contre un ancien médecin de l’organisation sectaire d’un vétéran nazi au Chili, Colonia Dignidad, faute de preuves suffisantes de son implication dans crimes pédophiles.

Les procureurs ont indiqué « avoir épuisé toutes les pistes prometteuses » et qu’il n’avait « pas été possible d’étayer suffisamment les soupçons pour justifier des poursuites pénales ».

« Les personnes concernées sont sidérées, leur confiance dans la justice allemande est ébranlée », a réagi le Centre européen des droits constitutionnels et de l’Homme, une organisation qui a travaillé sur les exactions commises à la Colonia Dignidad.

Cela faisait sept ans et demi que les autorités allemandes enquêtaient contre Hartmut Hopp. La justice chilienne l’avait condamné en 2011, après sa fuite vers son pays natal peu avant le verdict, à cinq ans et un jour de prison pour complicité dans quatre viols d’enfants de moins de 12 ans et d’abus sexuels à l’encontre de 16 mineurs.

La justice allemande avait dans un premier temps accepté d’appliquer la peine chilienne avant que le tribunal régional de Düsseldorf n’annule cette décision en septembre.

Hartmut Hopp était le bras droit de l’ancien caporal nazi Paul Schäfer dans la « colonie de la dignité », que ce dernier avait fondée en 1961. Ce lieu était présenté comme un village familial idyllique.

En réalité, M. Schäfer a régné avec brutalité sur cette communauté allemande de quelques centaines de personnes, les soumettant à un traitement allant jusqu’à l’esclavage et multipliant les sévices sexuels sur les enfants.

Pour la justice chilienne, c’est grâce « au soutien de Hopp » que Schäfer a pu commettre ces sévices sexuels.

Ce n’est qu’après la fuite de M. Schäfer en 1997 que les Chiliens ont découvert que l’enclave allemande avait aussi été un enfer pour les opposants à la dictature d’Augusto Pinochet (1973-1990), nombre d’entre eux y ayant été torturés ou ayant disparu là-bas.

Arrêté en 2005 en Argentine, Paul Schäfer est mort en prison en 2010. Et Colonia Dignidad a été transformé en un centre touristique et agricole, sous le nom de Villa Baviera.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...