Amélioration de l’état de santé d’Abbas qui souffrirait d’une pneumonie
Rechercher

Amélioration de l’état de santé d’Abbas qui souffrirait d’une pneumonie

Les médias palestiniens ont publié des photos et une vidéo du leader de l'AP, âgé de 83 ans, se promenant en robe de chambre dans l'hôpital et lisant son journal

Avi Issacharoff est notre spécialiste du Moyen Orient. Il remplit le même rôle pour Walla, premier portail d'infos en Israël. Il est régulièrement invité à la radio et à la télévision. Jusqu'en 2012, Avi était journaliste et commentateur des affaires arabes pour Haaretz. Il enseigne l'histoire palestinienne moderne à l'université de Tel Aviv et est le coauteur de la série Fauda. Né à Jérusalem , Avi est diplômé de l'université Ben Gourion et de l'université de Tel Aviv en étude du Moyen Orient. Parlant couramment l'arabe, il était le correspondant de la radio publique et a couvert le conflit israélo-palestinien, la guerre en Irak et l'actualité des pays arabes entre 2003 et 2006. Il a réalisé et monté des courts-métrages documentaires sur le Moyen Orient. En 2002, il remporte le prix du "meilleur journaliste" de la radio israélienne pour sa couverture de la deuxième Intifada. En 2004, il coécrit avec Amos Harel "La septième guerre. Comment nous avons gagné et perdu la guerre avec les Palestiniens". En 2005, le livre remporte un prix de l'Institut d'études stratégiques pour la meilleure recherche sur les questions de sécurité en Israël. En 2008, Issacharoff et Harel ont publié leur deuxième livre, "34 Jours - L'histoire de la Deuxième Guerre du Liban", qui a remporté le même prix

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas souffre d’une pneumonie mais son état s’améliore, ont fait savoir des responsables lundi dans la soirée alors que des photos du leader se promenant dans un hôpital en robe de chambre étaient diffusées.

« Je suis allé rendre visite au président Abbas à l’hôpital, ce soir. Il souffre d’une pneumonie et il est sous antibiotiques », a expliqué Ahmad Tibi, député arabe israélien, dans un post publié sur Twitter, ajoutant que l’état de santé de l’octogénaire s’était « remarquablement amélioré ».

Les médias palestiniens ont publié des photos et une vidéo d’Abbas, l’air jovial, se promenant dans un hôpital dans une robe de chambre bleue foncé et assis dans son lit en train de lire un journal, entouré de ses conseillers.

Des informations initiales avaient indiqué qu’Abbas, 83 ans, souffrait d’une fièvre résultant d’une infection à l’oreille.

Lundi après-midi, un haut-responsable palestinien a indiqué au Times of Israel que l’état de santé d’Abbas était « bon » et qu’il s’était considérablement amélioré durant les dernières heures, au lendemain de son hospitalisation pour la troisième fois en une semaine.

Selon le responsable palestinien, Abbas souffrait d’une infection à l’oreille consécutive à une chirurgie récente. La fièvre, symptôme de l’infection, est tombée, a-t-il ajouté.

Abbas a été soigné par des antibiotiques en intraveineuse depuis dimanche. Il est pleinement conscient et il communique avec ceux qui se trouvent autour de lui et se rend seul à la salle de bains, a poursuivi le responsable.

« Nous espérons qu’il quittera l’hôpital d’ici deux jours et son état est assurément bon », a continué le responsable.

Abbas avait été admis à l’hôpital arabe Istishari, situé en Cisjordanie, à proximité de Ramallah, dimanche, suite à des complications résultant de son opération de l’oreille.

Depuis son hospitalisation, il y a eu des récits divergents sur ses symptômes, certains responsables palestiniens affirmant qu’Abbas souffrait d’une pneumonie et qu’il se trouvait sous respiration artificielle, recevant des antibiotiques par intraveineuse. Certaines sources avaient également dit qu’il présentait des douleurs à la poitrine.

Abbas a subi une récente série de problèmes de santé qui ont refait naître l’inquiétude d’une succession potentiellement chaotique, et même sanglante, susceptible d’affaiblir encore davantage la cause palestinienne.

Saeb Erekat, haut responsable palestinien, avait minimisé les craintes autour de son état de santé dimanche.

« Le président souffre d’une inflammation de l’oreille qui s’est développée suite à l’opération qu’il a récemment subie », avait déclaré Erekat à l’AFP.

C’est la troisième fois qu’Abbas se trouve à l’hôpital, cette semaine. Il y était entré mardi pour l’opération puis pour des examens samedi.

Abbas, qui est un gros fumeur et qui a des problèmes de poids, a de lourds antécédents médicaux, allant de problèmes cardiaques à un cancer de la prostate, il y a une décennie. Il y a deux ans, il avait subi une procédure d’urgence au cœur après avoir présenté des symptomes d’essoufflement et de douleurs à la poitrine.

Plus récemment, un cardiologue était entré dans le complexe présidentiel de Ramallah pour examiner le haut-responsable après une visite mystérieuse dans un hôpital, aux Etats-Unis, suite au discours d’Abbas au conseil de sécurité des Nations unies lors duquel il était apparu affaibli.

Abbas, qui avait insisté, après l’intervention de l’oreille subie la semaine dernière, sur le fait qu’il allait bien, a refusé de désigner un successeur. Mais après plus d’une décennie pendant laquelle il a évité les discussions sur l’ère post-Abbas, les responsables palestiniens reconnaissent être inquiets – et les candidats potentiels s’alignent tranquillement dans la course à la succession.

Il avait remporté un mandat de quatre ans au poste de président en 2005 mais il est depuis resté à ses fonctions en l’absence de scrutin.

Abbas a affirmé que les divisions survenues entre son parti du Fatah et le groupe terroriste du Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, ont rendu des élections politiquement impossibles.

Il a été impliqué dans des décennies de négociations avec Israël mais reste impopulaire parmi les Palestiniens, la majorité d’entre eux désirant son départ. Il a également rendu furieux le gouvernement israélien avec une série de discours récents niant la connexion juive avec la Terre sainte, penchant singulièrement vers l’antisémitisme.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...