Antisémitisme : Après l’attaque de la synagogue, les Juifs réclament des actions
Rechercher

Antisémitisme : Après l’attaque de la synagogue, les Juifs réclament des actions

La synagogue de Pittsburgh, l'ADL, des chefs communautaires et des politiciens tirent la sonnette d'alarme devant la recrudescence de la haine anti-juive

Une femme et une jeune fille placent des papiers sur un petit mémorial dressé face à la synagogue Habad de Poway, en Californie, après une fusillade, le 27 avril 2019 (Crédit : SANDY HUFFAKER / AFP)
Une femme et une jeune fille placent des papiers sur un petit mémorial dressé face à la synagogue Habad de Poway, en Californie, après une fusillade, le 27 avril 2019 (Crédit : SANDY HUFFAKER / AFP)

Les leaders de la communauté juive ont appelé à un renforcement du passage à l’action contre l’antisémitisme et les autres crimes de haine alors que les Etats-Unis et Israël sont sous le choc suite à une fusillade survenue dans une synagogue de Californie au dernier jour de la fête de Pessah.

« CELA DOIT S’ARRETER. Nous avons le cœur brisé – et nous sommes horrifiés et scandalisés », a fait savoir la synagogue Tree of Life de Pittsburgh dans un communiqué émis samedi, quelques heures après qu’un homme armé a ouvert le feu sur un centre ‘Habad à Poway, en Californie, lors de la terrible répétition d’un massacre meurtrier qui avait frappé le lieu de culte de Pennsylvanie six mois auparavant très exactement.

« Nous savons très précisément ce que sont la peur, la colère et le processus de guérison causés par une telle atrocité et nos cœurs sont auprès des familles et de la congrégation de San Diego… Ces actes insensés de violence et ces préjugés doivent cesser. Ça suffit », a continué le communiqué.

Une personne a été tuée et trois autres ont été blessées dans une fusillade survenue au sein de la synagogue de Poway, ont fait savoir samedi les autorités. Le suspect, John Earnest, a été arrêté. Il est actuellement interrogé par la police.

L’attaque, au dernier jour des festivités de la Pâque juive, a visé la communauté juive de Poway, une ville d’environ 50 000 habitants.

L’ADL (Anti-Defamation League) a expliqué que la fusillade représentait « un rappel de la virulence continue de l’antisémitisme. Elle doit être un appel lancé en faveur du passage à l’action de notre part, en tant que société, pour mettre à bas cette haine une bonne fois pour toutes ».

« Les fidèles de toutes les confessions ne devraient pas vivre dans la peur de se rendre dans leurs lieux de cultes respectifs. De Charleston à Pittsburgh à Oak Creek et de Christchurch au Sri Lanka, avec maintenant Poway, nous devons dire : ‘Ça suffit ! ». »

S’exprimant devant ses partisans lors d’un rassemblement dans le Wisconsin, le président américain Donald Trump a déclaré que « le coeur de l’Amérique est aux côtés des victimes de cette fusillade horrible qui a eu lieu dans une synagogue et qui vient tout juste d’arriver ».

« Notre nation toute entière pleure la victime qui a perdu la vie. Elle prie pour les blessés et elle reste solidaire de la communauté juive. Nous condamnons avec force ces fléaux de l’antisémitisme et de la haine qui doivent être vaincus », a-t-il ajouté.

Michael Masters, du Secure Community Network, qui aide les centres communautaires juifs à se protéger, a indiqué que le groupe contrôlait la situation.

Des gens se réconfortent mutuellement devant la synagogue Habad de Poway, en Californie, qui se trouve de n’autre côté de la rue, après une fusillade, le 27 avril 2019 (Crédit : SANDY HUFFAKER / AFP)

« Nous rappelons aux synagogues et aux structures juives partout où elles se trouvent que nous devons prendre des mesures pour prévenir ces attaques et pour nous protéger », a-t-il dit dans une déclaration, selon le LA Times. « La fusillade d’aujourd’hui nous rappelle tristement que cette nécessité est toujours d’actualité ».

La police n’a pas encore avancé de mobile mais plusieurs responsables – notamment Steve Vaus, maire de Poway, et Trump – ont indiqué que la fusillade relevait probablement du crime de haine.

« En allant de l’avant, nous devons néanmoins entendre ce nouveau signal d’alarme qui nous rappelle que l’antisémitisme est une menace croissante et toujours meurtrière », a commenté Sara J. Bloomfield, directrice du musée national de l’Holocauste, dans un communiqué. « La Shoah est un rappel des dangers de l’antisémitisme quand il n’est plus contrôlé et de la manière dont la haine peut infecter toute une communauté. Tous les Américains doivent condamner sans équivoque la haine antijuive et s’y confronter partout où elle redresse la tête ».

Pour le centre Simon Wiesenthal de Los Angeles, la fusillade est « un rappel horrible de ce que les flammes de la haine brûlent encore chez certains ».

« Une attaque dans un lieu de culte quel qu’il soit – dans les églises du Sri Lanka et de la France jusqu’aux synagogues de Jérusalem ou de Pittsburgh, en passant par les mosquées de Christchurch, est une attaque contre la dignité humaine et contre nos droits en tant que personnes de religions différentes et qui, toutes, prions Dieu », a-t-il ajouté.

En Israël, le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est entretenu avec le consul de Los Angeles et lui a demandé d’offrir toute l’aide nécessaire à la synagogue Habad.

« La communauté internationale doit intensifier la lutte contre l’antisémitisme », a jugé M. Netanyahu.

Le président israélien Reuven Rivlin a également qualifié dimanche l’attaque de « douloureux rappel que l’antisémitisme et la haine des juifs sont toujours présents, partout ».

« Ce n’est que par l’éducation pour la mémoire de la Shoah et l’enseignement de la tolérance que nous pourrons faire face à ce fléau », a-t-il affirmé dans un communiqué.

Le ministre des Affaires de la diaspora sortant, Naftali Bennett, a indiqué qu’il suivait de près la situation et il a remercié la police pour sa réponse rapide.

« Que tous ceux qui veulent nuire aux Juifs le comprennent bien : Nous sommes forts, nous sommes unis et nous ne serons jamais vaincus par la haine. La population d’Israël est aux côtés de ses frères et sœurs en Amérique et aux côtés de tout le peuple américain pour dénoncer ce qu’il s’est passé et toutes les formes de terrorisme », a-t-il dit dans une déclaration.

Deux personnes se réconfortent mutuellement aux abords de la synagogue Habad de Poway, en Californie, après une fusillade, le 27 avril 2019 (Crédit : AP/Denis Poroy)

L’ambassadeur américain aux Nations unies Danny Danon a semblé faire le lien entre la fusillade et un dessin antisémite publié dans l’édition internationale du New York Times au cours du week-end, montrant Trump et Netanyahu.

« Les mots, les manifestations et les dessins se transforment en fusillades perpétrées contre des fidèles dans une synagogue », a-t-il dit.

Pour leur part, les politiciens américains des deux côtés de l’échiquier ont condamné l’attaque avec force.

« Nous réaffirmons notre engagement à combattre l’antisémitisme, les crimes de haine et la violence par arme à feu qui frappent nos communautés, nos lieux de culte et nos écoles », a dit le chef du Jewish Democratic Council, Haile Soifer, dans un communiqué.

« Nous recommandons vivement à nos responsables publics de prendre immédiatement des mesures pour empêcher des incidents tels que celui-là à l’avenir et à garantir que notre communauté est en sûreté. Personne ne devrait avoir à prier en ayant peur », a-t-il ajouté.

« La violence – et en particulier celle qui naît de la haine religieuse – n’a pas sa place au sein de notre société », a écrit Norm Coleman de la Republican Jewish Coalition dans un communiqué.

« La RJC condamne fortement l’antisémitisme, le fanatisme et le racisme partout où ils se trouvent », a-t-il poursuivi.

La présidente américaine de la Chambre Nancy Pelosi, représentante démocrate de Californie, a écrit sur Twitter que « nous devons tous défendre la communauté juive face à cet acte de haine ».

« Personne ne devrait avoir peur d’aller dans un lieu de culte et personne ne devrait être pris pour cible parce qu’il pratique les principes de sa confession », a pour sa part déclaré le gouverneur de Californie Gavin Newsome.

Du côté Démocrate, plusieurs candidats aspirant à la présidence se sont aussi exprimés.

« Ce Shabbat nous apporte une nouvelle attaque meurtrière contre des Juifs qui étaient réunis pour prier sur le sol américain. A chaque attaque commise contre des Juifs parce qu’ils sont Juifs, c’est nous tous qui nous trouvons diminués. Nous ne pourrons pas connaître de repos avant que cette haine ne soit éradiquée », a noté dans un tweet le maire de South Bend, Pete Buttigieg.

Jessica Parks, à droite, réconforte Tina White aux abords de la synagogue de Poway, en Californie, après une fusillade, le 27 avril 2019 (Crédit : AP/Denis Poroy)

« Nous devons œuvrer chaque jour à éliminer toutes les formes de haine et de fanatisme et prendre des mesures sérieuses pour protéger les américains face aux violences induites par les armes à feu », a tweeté pour sa part Bernie Sanders, lui-même Juif.

Les membres de la communauté ont décrite cette dernière comme un lieu de taille modeste, connu pour être sûr et ouvert aux autres confessions. Au mois de décembre, des douzaines d’habitants de Poway s’étaient rassemblés pour une veillée après qu’une habitation qui avait été décorée par Hanoukkah a été vandalisée. Des croix gammées y avaient été peintes au spray.

« Je veux que vous sachiez que Poway, ce n’est pas ça », a dit le maire Steve Vaus aux journalistes dans la journée de samedi. « Le Poway que je connais se réunit tout comme nous l’avons fait il y a seulement quelques semaines lors d’un événement interconfessionnel ».

« Nous avançons toujours en nous tenant les uns et autres et nous traverserons cette tragédie en nous soutenant les uns les autres », a-t-il continué.

Le maire Steve Vaus aux abords de la synagogue ‘Habad de Poway, prise pour cible lors d’une fusillade, le 27 avril 2019 (Crédit : AP/Denis Poroy)

Minoo Anvari, membre de la synagogue, a déclaré aux médias que son époux se trouvait à l’intérieur du lieu de culte pendant la fusillade. Elle a expliqué qu’il l’avait appelé pour lui dire que le tireur avait ouvert le feu.

Elle a qualifié « d’incroyable » la fusillade survenue dans cette communauté pacifique et soudée.

« Nous sommes forts. Vous ne pourrez pas nous briser », a dit Anvari.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...