Antisémitisme : Des élus du Labour contestent les chiffres de la direction
Rechercher

Antisémitisme : Des élus du Labour contestent les chiffres de la direction

7 députés remettent en cause les chiffres de Corbyn, selon lesquels des centaines de plaintes pour antisémitisme ont entraîné la suspension de plusieurs dizaines de membres

Manifestation organisée par le groupe britannique Campaign Against Anti-Semitism devant le siège du parti d'opposition du Labour à Londres, le 8 avril 2018. (AFP PHOTO / Tolga AKMEN)
Manifestation organisée par le groupe britannique Campaign Against Anti-Semitism devant le siège du parti d'opposition du Labour à Londres, le 8 avril 2018. (AFP PHOTO / Tolga AKMEN)

Sept députés travaillistes britanniques ont envoyé lundi une lettre de colère au chef du parti, Jeremy Corbyn, au sujet de ce qu’ils ont décrit comme une réaction terne de la direction du parti aux appels à la transparence lancés par les législateurs concernant le traitement des plaintes antisémites.

La semaine dernière, les législateurs travaillistes ont adopté à l’unanimité une motion exigeant que la direction du parti fournisse des données détaillées par écrit d’ici le 11 février sur le traitement des plaintes concernant l’antisémitisme, certains députés accusant les hauts fonctionnaires du parti de dissimuler les chiffres.

La motion interne du parti a été adoptée lors de la réunion parlementaire hebdomadaire du Parti travailliste à la Chambre basse, ce qui a aggravé les dissensions internes sur la question. La motion demandait « aux dirigeants du parti de s’attaquer adéquatement aux cas d’antisémitisme, car s’ils ne le font pas sérieusement, l’antisémitisme risque de paraître normalisé au sein du parti et de donner l’impression que le parti est institutionnellement antisémite ».

Les députés ont également exigé que des représentants du parti, comme la secrétaire générale Jennie Formby ou le chef Jeremy Corbyn, assistent à la réunion pour répondre aux questions sur les données.

Jennie Formby à la conférence du Parti travailliste de 2016. (Wikimedia commons/Rwendland)

Mais les sept députés ont dit dans leur lettre de lundi dernier que personne n’était venu leur parler à la réunion du Parti travailliste au Parlement lundi. Un courriel contenant seulement neuf mois d’information a été envoyé aux législateurs par Formby 90 minutes avant la réunion, ont-ils dit.

« Le non-respect de cette simple demande d’informations ne dissipe en rien l’accusation selon laquelle le parti travailliste est une organisation institutionnellement antisémite », ont accusés les sept députés.

Certains législateurs ont également rejeté catégoriquement les chiffres, affirmant qu’ils ne les croyaient pas.

Dans son courriel, Mme Formby donne des détails sur l’ampleur des plaintes pour antisémitisme entre avril 2018 et janvier 2019, indiquant que 673 plaintes ont été reçues par les institutions du parti au sujet de membres travaillistes. (433 autres plaintes ont été déposées contre des personnes qui n’étaient pas membres du parti.)

De ce nombre, 211 ont été jugées suffisamment graves pour justifier une enquête, ce qui a entraîné la suspension immédiate de 96 membres du parti travailliste.

Dans 44 autres cas, les membres ont quitté volontairement le parti une fois qu’ils ont été contestés en raison de preuves d’antisémitisme.

Douze autres ont été expulsés du parti par le National Constitutional Committee, seul organe habilité à le faire.

Luciana Berger, députée juive, qui dirige le Mouvement travailliste juif (Capture d’écran YouTube).

Plusieurs centaines d’autres ont reçu des avertissements écrits ponctuels ou leur dossier a été abandonné faute de preuves.

Au total, un peu plus de 300 personnes ont fait l’objet d’une enquête ou d’une suspension pour actes antisémites au cours des neuf mois couverts par les chiffres.

Formby semblait expliquer son hésitation initiale à publier les chiffres en disant dans la lettre qu’ils pourraient être « mal interprétés ou utilisés à d’autres fins par les rivaux politiques du parti ». Elle a ajouté, cependant, que la direction du parti comprenait maintenant l’importance de « rétablir la confiance avec les communautés juives ».

Le quotidien The Guardian a cité un porte-parole travailliste qui a déclaré que les chiffres montrent que le phénomène n’était pas généralisé, mais affirmant que le parti était « engagé » à le combattre.

« Ces chiffres concernent environ 0,1 % de nos membres, mais un antisémite dans notre parti est un antisémite de trop. Nous sommes déterminés à lutter contre l’antisémitisme et à l’éradiquer une fois pour toutes de notre parti », a déclaré le porte-parole.

Jeremy Corbyn s’adresse à la foule à Trafalgar Square à Londres, en Angleterre, le 13 juillet 2018. (Niklas Hallen / AFP / Getty Images / via JTA)

Mme Formby s’est également efforcée de s’identifier aux préoccupations des législateurs, affirmant qu’elle n’était pas d’accord avec les critiques pro-Corbyn des députés qui prétendaient que leurs préoccupations au sujet de l’antisémitisme étaient une tentative de « salir » le leader d’extrême gauche.

« Je rejette totalement l’idée que l’existence de l’antisémitisme dans notre parti est une calomnie », a-t-elle écrit. « J’en ai vu des preuves tangibles et c’est pourquoi j’ai été si déterminée à faire tout ce qui était possible pour l’éliminer du parti. C’est aussi la raison pour laquelle j’ai fait une priorité de mettre en place des procédures rigoureuses pour y faire face chaque fois qu’il est identifié ».

Elle a ajouté : « Bien que je ne puisse pas garantir son éradication totale, étant donné que de nouveaux membres s’y joignent chaque jour, je peux garantir que nous disposons à présent de procédures rigoureuses pour traiter ce problème dès qu’il est détecté ».

Mais la lettre de Formby était bien loin de ce à quoi s’attendaient de nombreux députés, selon une lettre à Corbyn signée lundi par sept éminents législateurs, dont Louise Ellman, Margaret Hodge, Luciana Berger, John Mann, Catherine McKinnell, Ruth Smeeth et Wes Streeting.

Qualifiant les chiffres de Formby de « incomplets », ils ont demandé à Corbyn de répondre dans les 48 heures à huit questions.

Margaret Hodge prend la parole lors de la Conférence du Jewish Labour Movement à Londres, le 2 septembre 2018. (Dan Kitwood/Getty Images/via JTA)

La première : « Les données fournies ne représentent que neuf mois d’information – et non le nombre total de cas d’antisémitisme auxquels la Partie a répondu ».

La question 2 portait sur les frais juridiques engagés par le parti pour répondre aux plaintes. Les questions 3 à 5 portaient sur le moment et la façon dont la formation promise sur l’antisémitisme serait mise en œuvre.

Les questions 6 et 7 demandaient si le parti fixait un « délai maximal » pour répondre aux plaintes sur l’antisémitisme, et comment il abordait « les cibles de la violence à caractère antisémite ». La question 8 portait sur le harcèlement persistant des députés qui critiquent Corbyn, demandant quel « processus le Parti travailliste met en œuvre en ce qui concerne son devoir de diligence envers ses représentants élus », selon une copie de la lettre publiée par le Jewish Chronicle.

Lors de la réunion des législateurs de lundi, plusieurs députés, dont Berger, Ellman et Mann, ont donné des détails sur les agressions antisémites qu’ils ont subies de la part de membres du parti.

Sky News, quant à elle, a cité deux législateurs, Hodge et Streeting, rejetant ouvertement les chiffres présentés par Formby comme incomplets.

« C’est très déprimant. Je ne crois pas les données. Je ne pense pas que les données soient complètes. La confiance s’est effondrée », a déclaré Mme Hodge après la réunion, selon Sky.

Des membres de la communauté juive manifestent contre le chef du parti travailliste britannique, Jeremy Corbyn, et contre l’antisémitisme au sein de son parti, devant les chambres du Parlement britannique dans le centre de Londres, le 26 mars 2018. (Crédit : AFP / Tolga Akmen)

Streeting, quant à lui, a insisté sur le fait que les chiffres ne « sentent pas bon ».

Un député déçu a déclaré au Guardian, lundi, que « le plus grand problème dans tout cela est le manque de solidarité des députés juifs et l’attente de devoir tout prouver avec le parti, plutôt que le soutien aux victimes du racisme ».

La querelle au sein du Parti travailliste britannique s’inscrit dans un contexte d’augmentation du nombre d’incidents antisémites signalés en Grande-Bretagne et d’une montée de l’inquiétude des juifs face à l’antisémitisme dans toute l’Europe.

La semaine dernière, le Community Security Trust (CST), l’organisme créé en 1994 pour assurer la sécurité de la communauté juive au Royaume-Uni, a rapporté que 2018 avait battu un troisième record consécutif pour les incidents antisémites signalés au Royaume-Uni. Avec 1 652 incidents à l’échelle nationale, le nombre d’incidents a augmenté de 16 % par rapport à l’année précédente et le nombre le plus élevé depuis que CST a commencé à faire le suivi en 1984.

Par ailleurs, un rapport de l’UE publié en décembre a révélé qu’environ 90 % des Juifs en Europe estimaient que l’antisémitisme avait augmenté là où ils vivent.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...