Israël en guerre - Jour 281

Rechercher

Arabie saoudite: sept personnes exécutées pour des crimes liés au « terrorisme »

Les sept accusés ont été condamnés pour "avoir créé et financé des organisations et des entités terroristes (...) dans le but de porter atteinte à la sécurité et la stabilité de la société"

Un membre de la garde d'honneur est couvert par le drapeau de l'Arabie saoudite, à Washington, le 22 mars 2018. (Crédit : AP Photo/Cliff Owen, Archive)
Un membre de la garde d'honneur est couvert par le drapeau de l'Arabie saoudite, à Washington, le 22 mars 2018. (Crédit : AP Photo/Cliff Owen, Archive)

L’Arabie saoudite a annoncé l’exécution mardi de sept personnes pour des crimes liés au « terrorisme », le plus grand nombre d’exécutions en un seul jour dans ce royaume du Golfe depuis celles de 81 personnes en mars 2022.

Cela porte à 29 le nombre d’exécutions dans le pays depuis le début de l’année, dont 11 dans des affaires similaires, selon un bilan établi par l’AFP à partir d’annonces faites par les autorités saoudiennes.

Les sept accusés, dont la nationalité n’a pas été précisée mais dont les noms laissent penser qu’il pourrait s’agir de Saoudiens, ont été condamnés pour « avoir créé et financé des organisations et des entités terroristes (…) dans le but de porter atteinte à la sécurité et la stabilité de la société », a rapporté l’agence de presse officielle saoudienne (SPA), citant un communiqué du ministère de l’Intérieur.

Arrêtés entre décembre 2019 et janvier 2022, ils ont été exécutés à Ryad, leur condamnation à mort ayant été confirmée par la Cour d’appel spécialisée et la Cour suprême, a-t-elle ajouté.

Le vice-président de l’Organisation euro-saoudienne pour les droits de l’homme, basée à Berlin, Adel al-Saeed, a dénoncé des accusations « très vagues » invoquées pour ce « jugement collectif ».

« Le communiqué ne mentionne pas le nom de l’organisation ‘terroriste’ à laquelle appartiendraient les victimes, ni les crimes exacts qu’elle aurait commis, ni le rôle des victimes dans ces crimes », a-t-il déclaré à l’AFP.

La monarchie pétrolière figure parmi les pays qui appliquent le plus la peine capitale.

En 2023, 170 personnes y ont été exécutées, contre 147 l’année précédente. Un record de 187 exécutions avait été enregistré en 2019.

En mars 2022, l’exécution de 81 personnes en une seule journée, toutes pour des crimes liés au « terrorisme », avait suscité un tollé international.

Les autorités saoudiennes jugent toutefois les exécutions, généralement par décapitation, « compatibles avec la charia (loi islamique) » et nécessaires pour « maintenir l’ordre public ».

Selon plusieurs organisations, les exécutions ont largement augmenté depuis l’arrivée au pouvoir en 2015 du roi Salmane, qui a depuis donné les commandes à son fils Mohammed ben Salmane.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.