Attentats de Bali: le chef religieux islamiste Abu Bakar Bachir a été libéré
Rechercher

Attentats de Bali: le chef religieux islamiste Abu Bakar Bachir a été libéré

Abu Bakar Bachir avait été condamné en 2011 à 15 ans de prison pour avoir aidé à financer des camps d'entraînements islamistes dans la province conservatrice d'Aceh

L'ecclésiastique islamique Abu Bakar Bashir est assis dans une camionnette à sa sortie de la prison de Gunung Sindur à Bogor, Java Ouest, Indonésie, vendredi 8 janvier 2021. (Crédit : AP Photo/Aditya Irawan)
L'ecclésiastique islamique Abu Bakar Bashir est assis dans une camionnette à sa sortie de la prison de Gunung Sindur à Bogor, Java Ouest, Indonésie, vendredi 8 janvier 2021. (Crédit : AP Photo/Aditya Irawan)

Le chef religieux islamiste Abu Bakar Bachir lié aux attentats de Bali de 2002, a été libéré vendredi de sa prison indonésienne, ont indiqué les autorités pénitentiaires.

« Il a été remis à sa famille qui, accompagnée d’une équipe d’avocats, était venue le récupérer à la prison » près de Jakarta, où il était détenu, a dit une porte-parole, Rika Aprianti, dans un communiqué.

Abu Bakar Bachir, âgé de 82 ans, avait été condamné en 2011 à 15 ans de prison pour avoir aidé à financer des camps d’entraînements islamistes dans la province conservatrice d’Aceh.

Mais il a bénéficié d’une réduction de peine. Ses avocats ont fait valoir aussi le risque de contracter le coronavirus en prison en raison de son âge.

Il y a deux ans, une première tentative de le libérer avait dû être reportée après avoir provoqué une vive émotion en Indonésie et en Australie, pays dont étaient originaires des dizaines des victimes des attaques de 2002.

Bachir est considéré une figure centrale de l’organisation islamiste Jemaah Islamiyah, responsable des attentats de Bali d’octobre 2002, au cours desquels plus de 200 personnes, dont des dizaines d’Australiens, avaient perdu la vie.

Il a néanmoins toujours nié toute implication dans ces attentats et sa condamnation pour les attentats de Bali avait été annulée en appel faute de preuves.

Cette annonce intervient après l’arrestation en décembre du chef militaire de la Jemaah Islamiyah au moment des attentats, Zulkarnaen, âgé de 57 ans et qui était en fuite depuis 18 ans.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...