Rechercher

Au programme du 14e festival d’art Manofim à Jérusalem

L'événement artistique transforme la capitale en galerie, avec des événements sur les toits, dans les studios et les jardins

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

La Tea House Sound Gallery, nouvellement installée à la Hansen House de Jérusalem, est l'un des nombreux lieux où se déroulera le prochain festival d'art contemporain Manofim, du 13 au 17 septembre 2022. (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)
La Tea House Sound Gallery, nouvellement installée à la Hansen House de Jérusalem, est l'un des nombreux lieux où se déroulera le prochain festival d'art contemporain Manofim, du 13 au 17 septembre 2022. (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)

La scène artistique de Jérusalem est active, dynamique et contemporaine. Tel est le message du prochain festival d’art contemporain Manofim, le plus grand événement artistique annuel de la ville, qui se déroulera du 13 au 17 septembre sur les toits et dans les studios, galeries et jardins de toute la capitale.

Fondé par Lee Hee Shulov et Rinat Edelstein il y a 14 ans, cet événement artistique fait appel à des artistes locaux et extérieurs, dont certains sont permanents dans les studios d’artistes du Talpiot Artist Cube de la ville. Il comprend des événements musicaux, des activités pour enfants et une célébration du 10e anniversaire de la revue d’art en ligne, HaRama.

De nombreuses galeries de la ville présenteront de nouvelles expositions à l’occasion du festival d’art contemporain Manofim, notamment les studios d’artistes du Talpiot Art Cube, la Maison des artistes, Hansen, Musrara, l’Atelier d’impression de Jérusalem, la Maison Ticho, Beita, Agrippas 12, l’Atelier des artistes du stade Teddy, Barbur et Hacubia.

Il est possible d’acheter des billets pour les visites guidées de Manofim, qui durent environ deux heures et demie et conduisent les visiteurs sur plusieurs sites de Manofim à différents endroits de la ville. L’une des visites commence à l’espace artistique HaMiffal, derrière l’hôtel Waldorf Astoria, et se termine au Collège d’Enseignement Supérieur Hadassah, tandis qu’une autre commence à la léproserie à Hansen et se termine à la maison des artistes du centre-ville.

L’un des plus vieux lieux où l’on peut voir les œuvres d’artistes permanents – ou de passage – est le Talpiot Art Cube Artists’ Studios, situé au-dessus des garages automobiles de la rue Hauman, là où Shulov et Edelstein ont créé Manofim.

L’exposition d’Ofri Cnaani intitulée « Testimonies of Things » ouvrira ses portes le 13 septembre aux studios d’artistes du Talpiot Art Cube. Cnaani, un Israélien qui a vécu à l’étranger pendant la majeure partie des 20 dernières années, témoignera de l’incendie survenu en 2018 au Musée National du Brésil, à travers des photos et des textes sur les résidus géologiques et numériques laissés par le feu.

Quelque 20 millions d’objets ont brûlé dans l’incendie, a déclaré le conservateur Dveer Shaked, transformant le musée en un mémorial de choses qui n’existent plus.

L’artiste Neta Moses présentant son exposition « Deep Fake » avant le festival d’art contemporain Manofim à Jérusalem, du 13 au 17 septembre 2022. (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)

Le studio des artistes est également l’un des endroits où les visiteurs peuvent rencontrer des artistes locaux pour « First Reveal » (des rencontres avec des artistes nouveaux et émergents dans des studios de la ville).

Les visiteurs peuvent réserver une visite avec Neta Moses le 13 septembre dans son atelier, où la diplômée de Bezalel présente son projet « Deep Fake », une œuvre vidéo sur sa savta (mot signifiant grand-mère en hébreu) bien-aimée. En fouillant dans ses archives, Moses a trouvé des façons alternatives de combiner les visages des deux femmes en utilisant des applications de vieillissement.

« Nous avions un accord selon lequel je n’utiliserais pas de photos d’elle », a déclaré Moses, dont la grand-mère qui ne s’est jamais intéressée aux écrans, pas même à la télévision, est décédée à l’âge de 92 ans.

« Savta avait une approche old school, mais elle s’inquiétait aussi de l’intégrité de ce que nous voyons, les écrans permettant de tout truquer si facilement. »

Au lieu de cela, Moses exploite ses photos d’archives pour placer son propre visage sur celui de sa grand-mère, révélant ses traits sur le visage plus jeune de cette dernière. Elle propose d’utiliser son « générateur Savta » avec les photos des grands-parents des visiteurs.

Une œuvre de l’artiste vidéo Sharon Balaban, issue d’une exposition précédente, qui fait partie de son examen permanent du corps et de l’existence de la femme, et de sa prochaine exposition au festival Manofim à Mamuta, du 13 au 17 septembre 2022. (Crédit : Herzliya Museum of Art)

À la Hansen House, dans le quartier de la colonie allemande de Jérusalem, la vidéaste Sharon Balaban – connue pour ses œuvres qui exploitent l’expérience féminine tentant de susciter de fortes réactions – exposera « Resting Bitch » à Mamuta, l’espace d’exposition du sous-sol de ce bâtiment historique.

L’exposition solo, organisée par Sala-Manca, est une installation multi-écrans dans laquelle Balaban déconstruit et réexamine le corps féminin et sa relation avec l’environnement dans lequel il existe.

Elle considère le corps de la femme comme un lieu de fertilité et de création, un lieu qui « crée et fabrique », a déclaré Balaban, « non pas comme quelque chose de magique, mais comme quelque chose de plus animal ».

Balaban expose sa vision dans plus d’une douzaine d’installations vidéo à Mamuta, en utilisant sa propre obsession pour des appareils ménagers simples et banals pour démêler l’existence domestique féminine réprimée, sexuelle, sensuelle et absurde.

La Hansen House sera également le théâtre d’une fête en plein jour le vendredi 16 septembre en présence de la chanteuse Riff Cohen et du groupe El Khat, ainsi que de la conférence Manofim, qui se tiendra jeudi et vendredi et qui portera sur l’art à l’ère de la politique, du dérèglement climatique et de la technologie.

Une activité familiale lors d’un précédent festival Manofim, qui se déroulera cette année du 13 au 17 septembre 2022. (Crédit : Itamar Grinzbourg)

Lors de votre visite de la Hansen House, ne manquez pas de visiter le théâtre sonore de la Tea House nouvellement installé, un espace sonore extérieur déplacé de la Sherover House voisine, où plusieurs haut-parleurs diffusent, en boucle, 30 minutes de musique méditative du Medusa Band.

Des activités pour enfants auront lieu chaque jour du mardi au jeudi, du 13 au 15 septembre, de 16 h à 19 h, et le samedi, de 10 h à 13 h, sur le parc ferroviaire (parc Hamesila), un sentier de promenade de six kilomètres qui traverse l’extrémité sud de la ville.

Pour plus d’informations sur les événements, les activités et les billets (y compris le billet quotidien Manofim qui comprend l’entrée à tous les événements de la journée), rendez-vous sur le site web de Manofim.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...