Israël en guerre - Jour 138

Rechercher

Australie: Une élue s’excuse pour ses propos sur les « tentacules » du lobby juif sioniste

Jenny Leong, du parti des Verts, qui maintient qu'Israël est coupable d'apartheid et de génocide, "a atteint de nouveaux sommets", selon le chef de la communauté juive locale

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

La députée de Nouvelle-Galles du Sud Jenny Leong, du Parti des Verts, s'exprimant au Parlement, janvier 2024. (Crédit : Screen capture/YouTube ; Utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)
La députée de Nouvelle-Galles du Sud Jenny Leong, du Parti des Verts, s'exprimant au Parlement, janvier 2024. (Crédit : Screen capture/YouTube ; Utilisé conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Une députée australienne s’est excusée pour les propos qu’elle a tenus sur les groupes juifs et sionistes qui « étendent leurs tentacules » dans toutes les sphères du pouvoir. Elle maintient toutefois qu’Israël est, selon elle,  un régime d’apartheid qui commet un génocide à l’encontre des Palestiniens.

Les remarques de Jenny Leong, membre du parlement de Nouvelle-Galles du Sud pour le parti des Verts, qui se targue d’être antiraciste, ont suscité l’indignation des groupes juifs locaux. Le Premier ministre de la Nouvelle-Galles du Sud, Chris Minns, a réagi en mettant en garde les législateurs contre les propos qui sèment la discorde.

Leong a tenu ces propos lors d’un forum du Mouvement pour la justice en Palestine à Sydney en décembre. Une vidéo de l’incident a été publiée en début de semaine.

« Le lobby juif et le lobby sioniste infiltrent tous les aspects de ce qui constitue les groupes communautaires ethniques », avait-elle déclaré à l’époque. « Leurs tentacules s’étendent dans des domaines qui tentent d’influencer le pouvoir et je pense qu’il est de notre devoir de les dénoncer et de les exposer. »

Le New South Wales Jewish Board of Deputies, l’organisation qui représente la communauté juive locale, a publié une déclaration sur X (anciennement Twitter) disant que Leong « a atteint de nouveaux et dangereux sommets en utilisant l’un des tropes antisémites les plus anciens et les plus sombres pour accuser les Juifs de manipuler secrètement la vie civique ».

« Elle a outrageusement suggéré qu’il y a un but diabolique ou maléfique au fait que des Juifs se livrent à la plus normale des activités, à savoir interagir avec d’autres Australiens », peut-on lire dans le communiqué, qui précise que ses remarques « font écho à la propagande antisémite à travers les âges, y compris la propagande nazie, qui prétendait que les Juifs complotaient pour contrôler le monde. »

Une célèbre caricature de l’Allemagne nazie de 1938, réalisée par l’artiste autrichien Josef Plank, représentait les juifs comme une pieuvre serrant un globe terrestre de ses tentacules.

Dvir Abramovich, président de l’Anti-Defamation Commission, une importante organisation de défense des droits civiques qui lutte contre l’antisémitisme, a réagi en déclarant que les propos de Leong étaient « plus qu’obscènes ».

« Qui aurait pensé voir une membre élue du parlement en Australie aujourd’hui utiliser des termes antisémites comme ‘lobby juif’ et ‘tentacules’ que la plupart des Juifs et surtout les survivants de la Shoah pensaient ne plus jamais entendre de leur vivant ? », a-t-il déclaré au Times of Israel dans un communiqué. « Je suis sûr que Josef Plank (…), depuis l’endroit de l’enfer réservé aux antisémites comme lui, sourit en voyant que son dessin diabolique a été ressuscité et légitimé dans l’Australie du XXIe siècle ».

« Mme Leong a déshonoré son parti et le Parlement de Nouvelle-Galles du Sud, et ses prétendues excuses sont un peu trop tardives et insuffisantes », a ajouté Abramovich.

Dans un communiqué publié jeudi, Leong s’est excusée pour les propos controversés qu’elle a tenus en décembre : « J’ai utilisé un mot inapproprié et j’ai formulé un argument d’une manière inappropriée qui a offensé certains, qui a eu des implications antisémites et qui a blessé des personnes. Je m’en excuse de tout cœur et sans réserve. »

Elle s’est également excusée d’avoir laissé entendre que « les Juifs qui s’impliquent dans la société civile et les campagnes contre la haine le font avec des arrière-pensées ».

Leong a ensuite expliqué que son intention, lors du forum de Sydney, était de « critiquer ceux qui soutiennent et approuvent un programme sioniste et une position en faveur du génocide et de l’apartheid ».

Le Premier ministre de la Nouvelle-Galles du Sud, Minns, a déclaré : « Tout le monde, et en particulier la députée des Verts, doit être très prudent en formulant ses commentaires, notamment à l’égard des groupes ethniques, des groupes raciaux, et en particulier des tropes anciens ».

« Je reconnais qu’elle s’est excusée pour cela », a indiqué Minns. « C’est très important. Mais lorsque les passions s’exacerbent, les gens peuvent déraper et tenir des propos terribles qui divisent et sèment la désunion au sein de notre communauté, et c’est la dernière chose dont nous ayons besoin en ce moment ».

Le premier ministre de la Nouvelle-Galles du Sud, Chris Minns, s’exprime lors d’un événement communautaire à Sydney, en Australie, le 23 mai 2023. (Crédit : Mark Baker/AP)

Leong avait déjà suscité la controverse le 9 octobre, deux jours après l’attaque meurtrière du groupe terroriste palestinien du Hamas contre Israël, lorsqu’elle avait qualifié de « honteuse » la déclaration du ministre australien de la Défense, Richard Marles, qui avait déclaré que l’attaque du groupe terroriste n’avait pas été provoquée.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.