Avec la rénovation du boulevard Rothschild, l’éclectisme rencontre le design
Rechercher

Avec la rénovation du boulevard Rothschild, l’éclectisme rencontre le design

Un nouveau projet sur la célèbre avenue de Tel Aviv combine les maisons historiques des années 1920 avec des immeubles de luxe de plusieurs millions de dollars

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

  • Les façades distinguées de la Villa Rothschild, qui s'étendent du numéro 62 au numéro 66 Boulevard Rothschild avec au centre la maison Awad, au style éclectique, dessinée par l'architecte Joseph Berlin (Autorisation : Architectes Bar Orian )
    Les façades distinguées de la Villa Rothschild, qui s'étendent du numéro 62 au numéro 66 Boulevard Rothschild avec au centre la maison Awad, au style éclectique, dessinée par l'architecte Joseph Berlin (Autorisation : Architectes Bar Orian )
  • Une partie de la façade de la maison Awad, imaginée par l'architecte russe Joseph Berlin (Autorisation : Villa Rothschild)
    Une partie de la façade de la maison Awad, imaginée par l'architecte russe Joseph Berlin (Autorisation : Villa Rothschild)
  • L'une des nombreuses piscines en construction dans le cadre de la Villa Rothschild (Autorisation Villa Rothschild).
    L'une des nombreuses piscines en construction dans le cadre de la Villa Rothschild (Autorisation Villa Rothschild).

Tel Aviv aime être désignée comme la ville blanche pour ses plus de 4 000 bâtiments blancs de style Bauhaus, conçus par des architectes formés en Allemagne qui ont émigré ici avant la création de l’État.

Mais il y a aussi la série de constructions éclectiques de la ville, des bâtiments conçus dans les années 1920 et 1930, décorés de fenêtres arquées, de colonnes et de toits en tuiles, qui rappellent les liens historiques de Tel Aviv avec I’Orient et l’Occident.

L’un des joyaux les plus célèbres de cette collection plus petite, mais toujours importante, est Beit Awad, une maison conçue en 1926 par l’architecte russe Joseph Berlin pour la famille Awad, qui a immigré d’Aden, au Yémen, vers la Palestine pré-étatique. Ils voulaient une maison qui se démarquerait et qui soulignerait leur statut social et financier.

Pour Berlin, c’était l’une des 80 maisons et projets qu’il a conçus à Tel Aviv, et l’un des nombreux projets qu’il a créés sur le boulevard Rothschild au centre-ville, y compris sa propre maison dans la même rue (82 Rothschild, conçue avec son fils architecte, Zeev Berlin).

Une partie de la façade de la Awad House, conçue par l’architecte russe Joseph Berlin (Courtesy Villa Rothschild).

Dans son livre sur Joseph Berlin, Baruch Ravid explique que les projets ultérieurs de Berlin présentaient davantage d’éléments du Bauhaus à mesure qu’il s’adaptait à son nouvel environnement, avec des surfaces non décorées, des toits plats et des fenêtres en bandeau.

La maison Awad, d’après les architectes, est l’un de ses premiers joyaux.

Pour les Awad, Berlin a conçu une maison symétrique avec des éléments d’un temple grec classique, avec des colonnes centrales, des détails cubistes, des lignes géométriques et des éléments hellénistiques.

Elle a fini par se délabrer et la maison abritait une série d’entreprises, dont Ying Yang, le célèbre restaurant chinois du chef Yisrael Aharoni au 64 boulevard Rothschild. Les deux autres bâtiments ont été transformés en bureaux.

Quatre-vingt-douze ans plus tard, Awad House fait l’objet d’une restauration complète dans le cadre d’un projet résidentiel de luxe. Aujourd’hui appelée Villa Rothschild, le joyau architectural sera flanqué de deux immeubles de luxe de sept étages de style Bauhaus s’étendant du 62 au 66 boulevard Rothschild .

Les façades distinguées de la Villa Rothschild, qui s’étendent du numéro 62 au numéro 66 Boulevard Rothschild avec au centre la maison Awad, au style éclectique, dessinée par l’architecte Joseph Berlin (Autorisation : Architectes Bar Orian )

L’espace est rare ici, mais certains des acheteurs, dont deux grands industriels israéliens et au moins un acheteur étranger, auront leurs propres piscines privées, des terrasses spacieuses donnant sur la ville et la mer au loin, et un parking souterrain, ce qui n’est pas une évidence dans la ville bondée de Tel Aviv.

Les prix sont élevés, allant de 19 680 000 de shekels (5 622 857 de dollars) pour la villa de jardin et 24 730 000 de shekels (7 065 714 de dollars) pour le penthouse du cinquième étage à 29 850 000 de shekels (8 528 571 de dollars) pour le penthouse du dernier étage.

L’une des nombreuses piscines en construction dans le cadre de la Villa Rothschild (Autorisation Villa Rothschild).

« Ce sera leur résidence principale », a déclaré Amit Banayan, le directeur du projet de Boulevard-Terra, les promoteurs immobiliers qui s’occupent du projet. « De quoi d’autre avez-vous besoin si vous habitez sur Rothschild ? »

Le boulevard Rothschild, l’une des premières artères majeures de Tel Aviv, est connu pour son allée centrale au milieu de la rue, bordée d’arbres jacaranda violets, de bancs, de kiosques et de terrains de jeux, ainsi qu’une série de restaurants et cafés haut de gamme, et le marché Rothschild/Allenby, une imitation du marché Chelsea de New York, avec des échoppes et des étals de marché.

C’est un quartier qui abrite des tours de bureaux construites dans les années 1980 et 1990 ainsi que des bâtiments Bauhaus, et quelques constructions éclectiques à proximité.

Le boulevard Rothschild aujourd’hui (Miriam Alster/Flash90)

« Les bâtiments éclectiques n’ont pas une grande valeur culturelle », a déclaré Gidi Bar Orian, l’architecte dont le cabinet a conçu la Villa Rothschild et est connu pour son travail de restauration des bâtiments historiques de Tel Aviv qui sont ensuite accolés à de nouvelles structures. « Ils en ont beaucoup en Europe, mais quand ils sont dans une rue avec d’autres bâtiments et qu’ils sont bas, ils ressemblent à un petit diamant dans une succession de bâtiments contemporains ».

Ce sont les styles architecturaux ultérieurs du Bauhaus et du Brutalism qui ont finalement pris racine à Tel Aviv, mais la ville a finalement appris que son évolution architecturale de styles éclectiques et autres a aussi de la valeur, a dit Bar Orian.

« Vous ne pouvez pas simplement détruire l’ancien et construire du nouveau », a-t-il dit. « Ces bâtiments ont de la valeur et ils se retrouvent face à ces bâtiments éclectiques, qui sont très travaillés, et le Bauhaus avec leurs lignes épurées et même les nouveaux bâtiments construits sur la base du Bauhaus. »

Les beaux immeubles du boulevard Rothschild (Crédit: Shmuel Bar-Am)

C’est ce que Bar Orian a fait lors de ce dernier projet, qui place Awad House avec son style éclectique au centre, et les deux nouveaux bâtiments de luxe aux lignes droites et épurées, de part et d’autre.

« Il y a quelque chose de beau dans cette association, dans cette possibilité de se côtoyer, qui indique la période à laquelle ils ont été construits », a-t-il dit.

Au Rothschild 62, la maison Awad restaurée abritera une famille, tandis que les deux autres bâtiments abriteront plusieurs logements, chacun des acheteurs choisissant ou non de joindre deux appartements.

C’est un projet qui a suscité quelques critiques, car les trois adresses sont maintenant regroupées en une seule parcelle, avec le parking souterrain de trois niveaux creusé à 13 mètres sous terre.

L’historienne Shula Vidrich, spécialiste de Tel Aviv, a qualifié le boulevard Rothschild de musée de l’architecture à ciel ouvert, et a fait observer que la combinaison de la Villa Rothschild endommage le « tissu existant des styles architecturaux ».

Le service de conservation de la municipalité a déclaré que le projet actuel préserve l’utilisation du terrain comme bâtiment résidentiel, ce qui s’inscrit dans les plans de conservation de la ville.

Bar Orian, qui a fondé son entreprise avec son épouse, Tal Bar Orian, s’est occupé de la rénovation de douzaines de bâtiments emblématiques de Tel-Aviv.

Le 10 Brenner Street, où Bar Orian Architects restaurera un autre bâtiment de style éclectique et l’agrémentera d’une structure aérée et moderne (Crédit : Orian Architects).

Le système de protection des monuments historiques de la ville permet la construction de nouveaux bâtiments de luxe qui offrent le financement nécessaire à la restauration de la structure d’origine qui fait partie du projet. Certains projets permettent d’ajouter de nouveaux étages et appartements sur le toit de l’immeuble d’origine, tandis que d’autres, comme la Villa Rothschild, créent de nouveaux bâtiments nichés dans la structure d’origine.

« Je m’intéresse moins à la restauration d’un bâtiment autonome et à sa protection telle qu’elle était autrefois « , a déclaré Bar Orian. « Ce qui m’intéresse vraiment, c’est le lien entre l’ancien et le nouveau, pas seulement l’ancien. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...