Azealia Banks traite les Israéliens de « racistes », et jure de ne jamais revenir
Rechercher

Azealia Banks traite les Israéliens de « racistes », et jure de ne jamais revenir

L'artiste accuse El Al d'avoir délibérément perdu sa valise, dit que les commerçants sont impolis ; elle ne reviendra pas "à moins que ce ne soit pour une grosse somme d'argent"

La rappeuse Azealia Banks en concert à Tel Aviv, le 8 mai 2018. (Capture d'écran: YouTube)
La rappeuse Azealia Banks en concert à Tel Aviv, le 8 mai 2018. (Capture d'écran: YouTube)

La rappeuse Azealia Banks a déclaré dans une série de tweets mercredi qu’elle a été victime de racisme lorsqu’elle s’est produite en Israël et a juré de ne jamais revenir, à moins que ce ne soit « pour beaucoup d’argent ».

« Je ne reviendrai jamais, plus jamais en Israël », a-t-elle posté sous son pseudo « CHEAPY XO ». « J’adore mes fans mais il va falloir que vous veniez me voir parce que votre pays est fou. »

Banks s’est produite au club Barby de Tel Aviv mardi soir, et avant le spectacle elle a fait part de son enthousiasme à l’idée de venir en Israël. Mais son séjour a été si déplorable qu’elle a dit qu’elle ne reviendrait pas.

Elle s’est plainte du racisme, de la grossièreté et de la culture israélienne, même si elle a dit que le spectacle était génial.

« J’adore mes fans mais les gens de Tel Aviv sont vraiment très impolis », a-t-elle tweeté. « Les gens à l’hôtel, dans les restaurants, à l’épicerie m’ont traité avec un tel mépris que je n’ai vraiment pas aimé mon séjour ici. Le concert était génial. »

« Pourquoi ces gens sont-ils comme ça ? Je ne comprends pas … le nombre de fois où j’ai été délibérément doublée, piétinée, dans la file d’attente, c’est trop. J’ai besoin de boire quelque chose de fort », a-t-elle écrit.

Elle a dit qu’à partir du moment où elle est montée à bord du vol El Al vers Israël, les gens l’ont maltraitée pour des raisons de racisme.

« Maintenant, une vieille dame juive sur mon vol El Al m’a crié dessus devant tout l’avion m’accusant d’avoir essayé de mettre mon sac sur le sien. C’était tellement raciste que je me suis assise sur mon siège et que j’ai pleuré », a-t-elle tweeté.

« Les gens de la sécurité ont délibérément pris plus de temps pour fouiller mes bagages parce que je suis noire », a-t-elle ajouté. « J’étais escortée et pourtant je suis restée debout à patienter alors que je voyais un groupe de Blancs passer devant moi rapidement et arriver aux portes d’embarquement à l’heure. »

L’Autorité aéroportuaire israélienne a déclaré que « Banks avait été traitée comme tout autre touriste en Israël ou citoyen israélien », a rapporté le journal Haaretz.

Elle s’est plainte de l’attitude des employés envers elle dans les restaurants et les magasins.

« Chaque fois que j’entrais dans un restaurant, les gens semblaient agacés que je veuille manger. Les gens à l’épicerie m’ont demandé ce que je faisais là… en prétendant qu’ils ne parlaient pas anglais quand je leur ai demandé de l’aide », raconte-t-elle.

Et elle a ajouté qu’un rabbin assis à côté d’elle dans l’avion lui a demandé un rapport sexuel.

« Lors de mon vol retour, je me suis assise à côté d’un rabbin qui m’a enseigné la numérologie puis m’a demandé si je voulais avoir des relations sexuelles avec lui pour de l’argent … ‘à l’abri des regards’ … c’était un peu pervers, mais j’ai poliment refusé », ajoutant « combien voulez-vous parier que ces racistes de cette compagnie aérienne ont perdu ma valise volontairement ? »

Cependant, elle s’est défendu contre ses fans qui lui reprochaient de ne pas boycotter Israël.

« Imaginez que tout le monde arrête de venir aux Etats-Unis parce qu’ils détestent Trump », a-t-elle répondu à un fan. « La musique est un rêve et une libération. Et mes fans sont de partout, de 16 à 30 ans, des LGBTQ qui aiment les sirènes et les tritons. Où qu’ils soient, je les rejoindrai. »

Elle a également souligné que la majorité de son public était arabe ou noir, s’opposant ainsi aux allégations d’apartheid et laissant entendre que le boycott du pays nuirait aux Palestiniens plutôt que de les aider.

« Chérie. Les États-Unis d’Amérique sont un pays suprémaciste blanc. On ne peut pas condamner un autre pays sans d’abord s’examiner soi-même, répondit-elle à une fan. « En plus, le public était composé d’environ 50 % d’Arabes et 7 % d’Africains de l’Est. « Et tu sais quoi ? Il y a des Juifs noirs petite sœur. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...