Baron Cohen s’infiltre dans une manifestation de l’extrême-droite à Washington
Rechercher

Baron Cohen s’infiltre dans une manifestation de l’extrême-droite à Washington

Le comédien, connu pour railler les idéologies de haine, a entonné un chant antisémite contre Soros et un autre chant contre Obama et Fauci, accompagné par certains participants

JTA — Les centaines de personnes qui s’étaient rendues samedi à un événement organisé par une milice américaine de droite à Olympia, à Washington, s’attendaient à ce qu’on y joue de la musique. Mais ils ont été surpris lorsque l’un des musiciens s’est avéré être le comédien Sacha Baron Cohen, qui a offert un concert incognito – certains spectateurs reprenant avec lui avec entrain les paroles racistes et haineuses de ses chansons.

Baron Cohen, flanqué d’une fausse barbe et d’un bleu de travail, est monté sur la scène à l’Heritage Park d’Olympia pour la troisième édition du rassemblement baptisé « la Marche pour nos droits ». Il a ensuite entonné une chanson entraînante dont les paroles reprenaient un langage raciste ainsi que des théories du complot antisémites prisées par les extrémistes de droite.

« Dr. Fauci, mais qu’est-ce qu’on va faire ? Il faut lui injecter la fièvre de Wuhan », a-t-il chanté, selon une vidéo postée sur les réseaux sociaux, qui a montré certains membres du public reprendre les paroles avec entrain. « Hillary Clinton, mais qu’est-ce qu’on va faire ? Il faut l’enfermer, comme on le faisait auparavant. L’OMS, mais qu’est-ce qu’on va faire ? Mais décapitez-les, comme le font les Saoudiens ».

Il a entonné ensuite « CNN, ça propage des Infox, ces gars sont contrôlés par vous-savez-qui – George Soros et les sales types qui lui servent d’amis ».

Soros, survivant de la Shoah et philanthrope milliardaire, connu pour financer toute une gamme de causes libérales, est l’une des cibles favorites de la droite et des conspirationnistes.

L’an dernier, Baron Cohen avait été distingué par l’ADL (Anti-Defamation League) pour utiliser l’humour dans la lutte contre les haines, notamment par le biais de son émission sur ShowTime intitulée « Who is America ? » qui se fait un devoir de persifler la politique américaine.

Sacha Baron Cohen, star de la série « Qui est l’Amérique? », pose avant un événement consacré à la série aux Studios Paramount, le 15 mai 2019 à Los Angeles. (Crédit : Chris Pizzello/Invision/AP)

« Baron Cohen utilise l’humour et la satire pour dévoiler les préjugés inhérents en dépeignant les racistes, les antisémites, les néonazis, les islamophobes et d’autres comme étant des personnes profondément biaisées, des gens ordinaires dont les préjugés sont en fin de compte risibles », avait alors commenté l’organisation.

Selon TMZ, le public s’est ensuite énervé contre Baron Cohen, qui a ensuite été emmené dans une ambulance qui l’attendait avec ses gardes du corps.

Matt Marshall, un fondateur de la milice Washington Three Percenters, un groupe d’extrême-droite qui, dans le passé, a organisé des rassemblements en faveur du droit aux armes, a déclaré dans un post écrit sur Facebook que Baron Cohen s’était présenté comme leader d’un groupe désireux de parrainer le meeting. Marshall a précisé que l’acteur avait payé un service de sécurité supplémentaire qui est alors intervenu pour empêcher les tentatives de le faire descendre de la scène et de couper sa musique.

A LIRE – Sacha Baron Cohen : Régulons « cette machine à propagande » – les médias sociaux

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...