Bennett et Netanyahu s’affrontent sur la question des implantations
Rechercher

Bennett et Netanyahu s’affrontent sur la question des implantations

HaBayit HaYehudi déplore le retour à la solution à 2 états ; le Likud accuse Bennett de céder aux gauchistes

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à droite), et le ministre de l'Education Naftali Bennett pendant la réunion hebdomadaire du cabinet dans les bureaux du Premier ministre, à Jérusalem, le 30 août 2016. (Crédit : Emil Salman/Pool)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, (à droite), et le ministre de l'Education Naftali Bennett pendant la réunion hebdomadaire du cabinet dans les bureaux du Premier ministre, à Jérusalem, le 30 août 2016. (Crédit : Emil Salman/Pool)

Le président du parti HaBayit HaYehudi, Naftali Bennett, a déploré dimanche qu’Israël soit revenu à la « même vieille » approche de la solution à deux états au conflit avec les Palestiniens, alors que des extraits de la réunion du cabinet de sécurité de jeudi dernier ont été publiés dans la presse, indiquant que le Premier ministre Benjamin Netanyahu imposait une série de mesures pour limiter la construction dans les implantations.

Le parti de Netanyahu, le Likud, a répliqué avec un communiqué accusant Bennett de mettre en danger Israël en cédant aux associations de gauche.

Bennett, qui a fait pression pour qu’Israël annexe des sections de la Cisjordanie suite à l’élection du président américain Donald Trump, s’est exprimé suite à la publication des extraits d’une réunion organisée jeudi soir, qui montraient que Netanyahu non seulement s’éloigne d’une telle décision, mais y ajoute de nouveaux obstacles.

Vendredi, le gouvernement a annoncé qu’il s’imposerait des limites à la construction dans les implantations, en les restreignant dans la plupart des cas aux zones qui sont déjà des implantations.

Naftali Bennett, président du parti Habayit Hayehudi, et Benny Kasriel, maire de Maale Adumim, à Jérusalem, le 2 janvier 2017. (Crédit : Yonathan Sindel/Flash90)
Naftali Bennett, président du parti Habayit Hayehudi, et Benny Kasriel, maire de Maale Adumim, à Jérusalem, le 2 janvier 2017. (Crédit : Yonathan Sindel/Flash90)

« Nous sommes revenus à la même vieille solution à deux états qui ne mène à rien sauf à la frustration, a déclaré Bennett sur Twitter. Je ne peux pas me plaindre parce que cela [les deux états] a toujours été la politique déclarée de Netanyahu. »

Bennett a affirmé qu’Israël aurait dû agir différemment. « C’était une opportunité stratégique que nous avons manquée, a-t-il déclaré. Au lieu de présenter une alternative, nous avons été passifs. »

Ces tweets semblaient revenir sur les premiers propos de Bennett après la réunion du cabinet, où il avait déclaré que « l’accord est convenable, mais nous attendons d’en avoir la preuve », selon le site d’information Walla.

Le Likud a fustigé Bennett, affirmant que le Premier ministre agissait avec responsabilité, en préservant aux mieux les intérêts sécuritaires d’Israël.

« Il est amusant de lire les tweets de Bennett sur le Premier ministre Netanyahu, qui agit avec détermination, sagesse et responsabilité pour la sécurité d’Israël et pour les implantations », a déclaré le Likud dans un communiqué.

Le parti accuse ensuite Bennett d’être doux avec les Palestiniens et de céder aux associations de gauche.

Le ministre de l'Education Naftali Bennett (à gauche) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le 1er septembre 2015. (Crédit : Haim Hornstein/Flash90)
Le ministre de l’Education Naftali Bennett (à gauche) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le 1er septembre 2015. (Crédit : Haim Hornstein/Flash90)

« Bennett est le dernier à parler de résistance à la pression quand lui, en tant que ministre de l’Education, a totalement cédé à la pression du New Israel Fund. Il a laissé au programme [le poète palestinien] Mahmoud Darwish, laissé la responsabilité de mettre en place les programmes d’éducation civique à une femme d’extrême-gauche, et fermer les yeux devant l’incitation à la violence palestinienne dans les écoles de Jérusalem Est et du secteur arabe financées par le ministère de l’Education », a déclaré le parti, faisant référence aux controverses qui ont concerné Bennett depuis qu’il est ministre de l’Education.

Bennett a publié ses tweets après que le quotidien Haaretz, qui a cité cinq participants anonymes de la réunion à huis clos, a annoncé que Netanyahu avait non seulement proposé des limites aux implantations israéliennes, mais aussi une série de mesures au bénéfice des Palestiniens, comme l’autorisation de la construction dans la zone C de Cisjordanie, sous contrôle militaire et civil israélien.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...