Rechercher

Bennett se confie sur les startup vertes, la paix avec Amman et Le Caire

Les solutions aux changements climatiques n’apportent pas de succès immédiat aux entrepreneurs ; Les fruits de la paix avec nos voisins doivent se faire ressentir

Le Premier ministre Naftali Bennett s'exprime lors de la réunion hebdomadaire du cabinet au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 17 octobre 2021. (AP Photo/Sebastian Scheiner, Pool)
Le Premier ministre Naftali Bennett s'exprime lors de la réunion hebdomadaire du cabinet au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 17 octobre 2021. (AP Photo/Sebastian Scheiner, Pool)

Le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré dans une interview publiée samedi, la veille du début de la Conférence des Nations Unies sur le climat, que le secteur technologique israélien devait davantage se tourner vers la lutte contre le changement climatique.

Bien qu’Israël soit un petit pays et que son engagement à être neutre en carbone d’ici 2050 fera une différence relativement faible au niveau mondial, a déclaré Bennett au journal londonien Times, le secteur technologique israélien a lui le potentiel d’avoir un impact énorme.

« Pour que le monde arrive à zéro émission d’ici 2050, changer notre comportement fera moins de la moitié du travail. L’autre moitié proviendra d’une technologie qui n’a pas encore été développée. C’est là qu’Israël doit mener », a-t-il dit.

Cependant, Bennett a admis que la crise climatique n’était pas une priorité pour la communauté technologique israélienne et qu’il devait trouver un moyen d’amener « les entrepreneurs israéliens à passer de la création d’une énième application cool à quelque chose d’important ».

Le Premier ministre a fait remarquer que l’un des problèmes était que les solutions aux changements climatiques n’apportent pas de succès immédiat aux entrepreneurs comme le font d’autres développements technologiques, et qu’il y avait trop d’obstacles bureaucratiques sur le chemin.

Bennett a déclaré au Times qu’il prévoyait de remédier à la situation en réduisant les formalités administratives « à la machette » et en s’assurant que le gouvernement – aux niveaux local et national – ainsi que les entreprises de services publics, s’inscriront comme premiers clients pour toute technologie potentielle.

Bennett a également déclaré que le gouvernement devrait égaler les sociétés de capital-risque dans le financement des technologies vertes afin que « nous partagions le risque pendant qu’elles profitent des bénéfices ».

Le Premier ministre a également déclaré que les technologies vertes sont un moyen d’assurer la stabilité régionale et de permettre aux pays voisins de travailler ensemble.

« Nous avons un énorme potentiel dans la région pour créer des partenariats dans le domaine de l’énergie. Israël est un très petit État, en terme d’espace territorial. Nous sommes dans une région où l’eau est rare, la plupart de nos voisins ne manquent pas d’espace désertique vide, et en 2021, cet espace est synonyme d’énergie. Et l’énergie signifie l’eau », a-t-il déclaré.

Israël est déjà un leader mondial dans les projets de dessalement, avec environ 75 % de l’eau potable et industrielle du pays fournie par cinq usines sur la côte méditerranéenne.

Mais Bennett a déclaré au journal qu’il voulait que cela aille plus loin, avec des partenariats régionaux impliquant des champs massifs pour la production d’énergie solaire qui à leur tour alimenteront plus d’usines de dessalement.

« C’est un modèle économique que nous n’avions pas il y a 20 ans, mais aujourd’hui, grâce à la technologie, nous pouvons à la fois améliorer la production d’énergie renouvelable et augmenter l’approvisionnement en eau », a-t-il déclaré au Times.

Bennett a déclaré qu’il avait entamé des discussions sur les projets potentiels avec les pays de la région.

« Nous avons intérêt à ce que la paix avec la Jordanie et l’Égypte se répercute également sur les avantages pour les consommateurs afin qu’ils ressentent réellement les fruits de la paix », a déclaré Bennett. « Jusqu’à présent, la paix avec nos voisins est restée au niveau diplomatique et politique, mais ses effets n’ont pas été ressentis. »

Bennett assiste à la Conférence des Nations unies sur le climat qui débutera dimanche et dirigera une délégation de 120 personnes aux pourparlers de la COP 26 à Glasgow.

L’interview a été publiée le lendemain du jour où Bennett et la ministre de l’Énergie Karine Elharrar ont annoncé qu’Israël rejoindrait le nombre croissant de pays s’engageant à être neutres en carbone d’ici 2050.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...