Berlin : un leader juif peut qualifier un membre de l’AfD de négationniste
Rechercher

Berlin : un leader juif peut qualifier un membre de l’AfD de négationniste

Le juge a fait savoir que les questions d'opinion sont protégées par la loi allemande et a rejeté l'injonction demandé par Wolfgang Gedeon contre Josef Schuster

Wolfgang Gedeon, membre du parti d'extrême-droite AfD (Alternative pour l'Allemagne ) le 5 juillet 2016 à Stuttgart. (Crédit : AFP/dpa/Bernd Weissbrod)
Wolfgang Gedeon, membre du parti d'extrême-droite AfD (Alternative pour l'Allemagne ) le 5 juillet 2016 à Stuttgart. (Crédit : AFP/dpa/Bernd Weissbrod)

Une cour de district de Berlin a jugé qu’il était admissible de qualifier le politicien allemand Wolfgang Gedeon de négationniste, ajoutant qu’il s’agit d’une question d’opinion protégée sous les termes de la constitution allemande.

Gedeon, qui représente le parti d’extrême droite AfD (Alternative pour l’Allemagne) au Parlement d’Etat de la région Baden-Württemberg, avait demandé une injonction au printemps dernier qui empêcherait Josef Schuster, chef de l’organisation cadre juive allemande, de se référer à lui en tant que négationniste.

Schuster l’avait décrit comme tel, en public, début 2016, notant dans divers médias allemands que Gedeon avait « banalisé et relativisé les dimensions, la signification historique et la classification de la Shoah ».

Le négationnisme, la banalisation et la relativisation de la Shoah sont illégaux en Allemagne.

La tentative de Gedeon de réduire Schuster au silence a été rejetée mardi par un juge de Berlin, a fait savoir l’hebdomadaire juif allemand Juedische Allgemeine. Gedeon peut faire appel de cette décision.

Dans un communiqué, Schuster a félicité la cour pour avoir adopté ce positionnement à un moment où « un antisémitisme agressif en Allemagne s’implante de plus en plus fortement ».

« Les hostilités verbales sur Internet, le déni ou la relativisation de la Shoah et les attaques physiques contre les Juifs ne sont plus une exception », a dit Schuster.

L’Allgemeine a indiqué que l’avocat de Gedeon avait déclaré que son client voulait prévenir la stigmatisation de son parti politique, entré au Parlement allemand pour la première fois au mois de septembre en épousant la vague de ressentiment contre les réfugiés dans le pays.

De plus, l’avocat a déclaré que Gedeon ne pouvait être comparé à des négationnistes célèbres, comme l’historien David Irving au Royaume-Uni ou l’auteure allemande Ursula Haverbeck, qui a été récemment condamnée à six mois d’emprisonnement pour ses propos sur la Shoah.

Dans la salle d’audience, l’avocat de Schuster, Oliver Stegmann, a cité un texte que Gedeon avait publié sous le pseudonyme W.G. Meister, dans lequel il disait qu’il pouvait « imaginer une modification éventuelle de certains aspects de l’Holocauste, en particulier s’agissant du nombre [de personnes assassinées] mais d’aucune manière une révision du phénomène entier ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...