Bill Clinton : les juifs devraient comprendre mieux que quiconque le danger de Trump
Rechercher

Bill Clinton : les juifs devraient comprendre mieux que quiconque le danger de Trump

Ratissant la Floride, l’ancien président prévient les électeurs juifs de “la menace posée au caractère fondamental de notre nation et au futur de nos enfants et petits-enfants”

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

L'ancien président Bill Clinton au théâtre Ashe Power pour la campagne de son épouse, la candidate démocrate à la présidentielle Hillary Clinton, à La Nouvelle Orléans, en Louisiane, le 4 mars 2016. (Crédit : Josh Brasted/Getty Images via JTA)
L'ancien président Bill Clinton au théâtre Ashe Power pour la campagne de son épouse, la candidate démocrate à la présidentielle Hillary Clinton, à La Nouvelle Orléans, en Louisiane, le 4 mars 2016. (Crédit : Josh Brasted/Getty Images via JTA)

WASHINGTON – L’ancien président des Etats-Unis Bill Clinton a fait campagne dimanche pour mobiliser les juifs de Floride et les inciter à voter pour son épouse et à reconnaître les dangers posés par son opposant républicain, Donald Trump.

« Il s’agit de plus qu’un parti, a-t-il déclaré. S’il existe dans ce pays un groupe de personnes qui devrait comprendre la menace posée au caractère fondamental de la nation et au futur de nos enfants et petits-enfants posée par le choix de cette élection, c’est les membres de la communauté juive. Personne ne devrait rester les bras croisés. »

S’adressant à plus de 100 personnes au centre communautaire juif Century Pines du comté de Broward, dans le sud de la Floride, Clinton a souligné la nécessité pour les juifs américains de « participer à cette élection », affirmant que la campagne de cette année avait transcendé les clivages partisans habituels.

Il a décrit une mentalité de « eux contre nous » qui s’est manifestée dans le monde depuis la crise financière de 2008, notamment par la hausse des partis politiques xénophobes en Europe. Dans ce climat, a-t-il indiqué, un candidat non conventionnel comme Trump a pu aller de l’avant.

Clinton a de plus prévenu les électeurs des « conséquences de toute idéologie qui établit que nos différences sont plus importantes que notre humanité commune. »

S’exprimant quelques jours à peine après une déclaration du magnat de l’immobilier qui a secoué tout le système politique américain en suggérant qu’il pourrait ne pas accepter le résultat de l’élection, Clinton a encouragé les Américains à gérer leurs conflits politiques de la même manière que les Israéliens.

« Soyez en désaccord comme le font les Israéliens : battons-nous comme un diable sur les sujets où nous sommes en désaccord, mais au final, rassemblons-nous, et mettons le spectacle en route, et avançons vers un futur, et continuons, et restons un phare d’espoir et de liberté pour le reste du monde, a-t-il déclaré. C’est plus important que n’importe quel autre sujet. »

Barbra Streisand, l'ancien président américain Bill Clinton, Shimon Peres, alors président, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant la fête donnée pour le 90e anniversaire de Peres, à Jérusalem, le 18 juin 2013. (Crédit : Kobi Gideon/GPO/Flash90)
Barbra Streisand, l’ancien président américain Bill Clinton, Shimon Peres, alors président, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant la fête donnée pour le 90e anniversaire de Peres, à Jérusalem, le 18 juin 2013. (Crédit : Kobi Gideon/GPO/Flash90)

Clinton a invoqué son amitié avec Shimon Peres, ancien président et Premier ministre israélien dont il a récemment fait l’éloge funèbre à Jérusalem, et avec le dernier lauréat du Nobel de littérature, déclarant que l’homme d’Etat israélien incarnait la célèbre chanson de Bob Dylan
« Forever Young », dont les paroles disent notamment « puissiez-vous construire une échelle vers les étoiles, et en grimper chaque barreau. »

« Pourquoi est-ce que je vous dis ça ?, a ensuite demandé Clinton au public. Parce que l’Amérique est à présent la démocratie libre la plus durable de l’histoire humaine, et c’est parce que nos fondateurs nous ont donné cette mission de former une union plus parfaite, ce qui est une mission éternelle. Notre travail est de faire mieux. »

« Il s’agit de tikkun olam », a-t-il ajouté, en référence au concept juif d’agir avec bonté et de chercher à réparer le monde. « Nous avons des ponts dans notre pays. Nous devons les réparer. »

La candidate démocrate Hillary Clinton et son mari, l'ancien président Bill Clinton, au Caesars Palace à Las Vegas, dans le Nevada, le 20 février 2016. (Crédit : Justin Sullivan/Getty Images via JTA)
La candidate démocrate Hillary Clinton et son mari, l’ancien président Bill Clinton, au Caesars Palace à Las Vegas, dans le Nevada, le 20 février 2016. (Crédit : Justin Sullivan/Getty Images via JTA)

La visite de Clinton en Floride n’était pas un hasard.

L’état disputé, dont environ 5 % des habitants sont juifs, est crucial pour l’élection générale, et pourrait détenir le pouvoir de modifier la balance des votes du collège électoral.

Il y a deux mois, le Conseil démocrate juif national avait lancé un super PAC, Juifs pour le progrès, pour cibler les électeurs juifs des états pivots, comme le Colorado, l’Ohio, la Floride et la Pennsylvanie, où « un changement du vote juif pourrait inverser la tendance de l’élection présidentielle. »

La plupart des sondages montraient que Clinton était en tête en Floride, mais pas de beaucoup. La dernière étude la donne en tête de quatre points.

Un sondage du mois d’août montrait qu’elle rassemblait 66 % du soutien juif en Floride, contre 23 % pour son opposant républicain.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...