Israël en guerre - Jour 261

Rechercher

Blinken dénonce les violences en Cisjordanie et le « déplacement forcé » des Gazaouis

Mahmoud Abbas fustige la "machine de guerre israélienne" auprès du secrétaire d'État américaine en visite et ne se contentera pas des fonds fiscaux d'Israël sans ceux destinés à Gaza

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 5 novembre 2023. (Crédit : Jonathan Ernst/POOL/AFP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken et le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 5 novembre 2023. (Crédit : Jonathan Ernst/POOL/AFP)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a rencontré le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Ramallah dimanche. C’est la première fois que le haut diplomate américain se rend en Cisjordanie depuis le début de la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Peu après la rencontre, le porte-parole du Département d’État américain, Matthew Miller, a déclaré que Blinken avait dit à Abbas que les Palestiniens de Gaza « ne devaient pas être déplacés de force ».

Miller a également indiqué que les deux hommes avaient discuté de « la nécessité de mettre fin à la violence extrémiste contre les Palestiniens » en Cisjordanie, faisant sans doute référence à l’augmentation rapide du nombre d’attaques récentes – parfois mortelles – commises par des résidents d’implantations extrémistes. Selon les médias israéliens, l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet a averti le gouvernement qu’il craignait une éruption de violence en Cisjordanie si les résidents d’implantations extrémistes n’étaient pas maîtrisés.

La visite de Blinken à Ramallah n’a pas été annoncée officiellement à l’avance, mais la réunion avait été rapportée pour la première fois par le Times of Israel samedi.

Malgré le refus du Département d’État américain de confirmer le voyage jusqu’à ce que Blinken ait quitté la Cisjordanie, des protestations ont éclaté contre sa visite et le soutien des États-Unis à Israël lorsque la nouvelle de son arrivée a été divulguée.

Hormis les civilités, aucun des deux hommes n’a parlé lorsqu’ils se sont salués devant les caméras et la rencontre s’est terminée sans déclaration publique. Il n’a pas encore été possible de savoir si l’absence de mots indiquait que la rencontre s’était mal passée.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken débarquant à l’aéroport israélien Ben Gurion pour une visite inopinée à Ramallah, en Cisjordanie, afin de rencontrer le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, le 5 novembre 2023. (Crédit : Jonathan Ernst/POOL/AFP)

Selon des propos rapportés par l’agence de presse officielle de l’AP, Wafa, Abbas a dénoncé ce qu’il a appelé le « génocide » d’Israël dans la bande de Gaza, dans le cadre de sa guerre contre les terroristes palestiniens du Hamas.

« Je n’ai pas de mots pour décrire le génocide et la destruction subis par notre peuple palestinien à Gaza aux mains de la machine de guerre israélienne, au mépris des principes du droit international », a déclaré Abbas à Blinken.

Il a également répété que l’AP ne serait prête à assumer l’entière responsabilité de la bande de Gaza que dans le cadre d’une « solution politique globale » qui inclurait la Cisjordanie, Jérusalem-Est et Gaza. Abbas a souligné que la sécurité et la paix ne peuvent être obtenues qu’en mettant fin à l’occupation des territoires de « l’État de Palestine » et en reconnaissant Jérusalem-Est comme sa capitale.

Abbas a réaffirmé que l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), qui contrôle l’AP, est le seul représentant légitime du peuple palestinien et son seul décideur, désavouant ainsi son rival, le Hamas, le groupe terroriste qui contrôle la bande de Gaza depuis qu’il avait évincé l’AP lors d’un coup d’État sanglant en 2007.

Selon un haut fonctionnaire américain qui voyageait avec lui, Blinken a déclaré que les États-Unis envisageaient que l’AP « joue un rôle central » dans toute administration post-Hamas à Gaza. Le fonctionnaire a parlé aux journalistes sous le couvert de l’anonymat pour détailler des discussions privées.

Blinken et d’autres fonctionnaires américains ont présenté un vague projet pour une Gaza d’après-guerre qui pourrait inclure une combinaison d’une Autorité palestinienne revitalisée – qui n’a pas été un facteur à Gaza depuis l’éviction du Hamas par le Hamas – avec des organisations internationales et potentiellement une force de maintien de la paix.

Les responsables américains reconnaissent que ces idées ont été accueillies avec un manque d’enthousiasme certain.

La réunion a eu lieu quelques jours après que Blinken a déclaré lors d’une audition au Congrès « qu’à un moment donné, le plus logique serait qu’une Autorité palestinienne efficace et revigorée assume la gouvernance et, en fin de compte, la responsabilité de la sécurité à Gaza ».

Des Palestiniens réconfortant un homme en pleurs sur les décombres d’un bâtiment détruit à la suite d’une attaque aérienne israélienne, à Gaza City, le 4 novembre 2023. (Crédit : Abed Khaled/AP Photo)

C’est la première fois que l’administration Biden déclare publiquement qu’elle souhaite que l’AP reprenne la bande de Gaza, après avoir évoqué l’idée en privé avec des partenaires régionaux pendant la guerre.

Ramallah, pour sa part, a affirmé qu’il n’avait aucun intérêt à retourner à Gaza à moins que cela ne fasse partie d’une initiative diplomatique qui réunisse l’enclave avec la Cisjordanie et relance le processus de paix avec Israël, une idée qui serait soutenue par l’administration Biden mais qui n’a que peu de soutien dans le gouvernement israélien actuel.

Par ailleurs, l’AP a déclaré dimanche qu’elle n’accepterait pas de fonds fiscaux d’Israël après que les ministres ont voté le transfert des fonds fiscaux gelés à l’AP, tout en retenant les fonds destinés à la bande de Gaza.

« Nous réitérons notre rejet des tentatives israéliennes actuelles visant à séparer la bande de Gaza de la Cisjordanie, la dernière en date étant la déduction des fonds alloués à la bande », a déclaré le Premier ministre de l’AP, Mohammad Shtayyeh, selon le site d’information Ynet.

Le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Mohammad Shtayyeh, participant à une réunion du cabinet dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 16 octobre 2023. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/Pool Photo via AP)

Selon les médias israéliens, environ 100 millions de dollars devraient être retenus pour compenser les transferts de l’AP à Gaza, qui sont destinés à payer l’électricité et l’eau dans la bande, les traitements médicaux pour les Gazaouis en Israël et en Cisjordanie, et les salaires des responsables du Fatah dans la bande.

Le fonctionnaire américain a déclaré que Blinken avait dit à Abbas que les États-Unis faisaient pression sur Israël pour qu’il rétablisse totalement les transferts de fonds suspendus vers l’AP. Ces fonds ont été partiellement débloqués la semaine dernière, mais les Palestiniens exigent la totalité.

La semaine dernière, le cabinet de sécurité israélien a voté en faveur de la remise des fonds, mettant fin à une impasse entre les ministres du gouvernement.

Cette décision a été soutenue par les chefs de la sécurité et par Washington, qui considère que le transfert des fonds est nécessaire pour consolider la position de l’AP en Cisjordanie en tant que force plus modérée face aux extrémistes.

Le ministre d’extrême-droite des Finances, Bezalel Smotrich, avait demandé le gel du transfert des droits de douane perçus par Israël, accusant l’AP de soutenir le massacre perpétré par le Hamas le 7 octobre dans le sud d’Israël.

Mais le ministre de la Défense Yoav Gallant s’était opposé à cette position, affirmant qu’il était dans l’intérêt d’Israël de transférer les fonds immédiatement, et le Premier ministre Benjamin Netanyahu se serait également prononcé en faveur du soutien à cette mesure.

Les transferts mensuels en place représentent près de 65 % du budget annuel palestinien. L’AP n’ayant pas le statut d’État, Israël est chargé de collecter les droits de douane et autres recettes fiscales en son nom. Israël a effectué des déductions dans le passé sur la base de la législation de 2018 qui lui permet de compenser le paiement par l’AP d’allocations aux terroristes et à leurs familles. Mais il n’applique que partiellement cette politique, car les fonctionnaires sont parfaitement conscients que l’AP est dangereusement proche de l’effondrement financier.

L’AP n’a pas condamné l’attaque du Hamas du 7 octobre, au cours de laquelle des terroristes de Gaza se sont déchaînés dans le sud d’Israël, tuant brutalement 1 400 personnes, pour la plupart des civils, et en enlevant au moins 247 autres. Au lieu de cela, Ramallah a fait de vagues déclarations sur la protection des civils des deux côtés, tout en décriant sévèrement l’offensive militaire d’Israël.

Des soldats israéliens autour des destructions causées par les terroristes du Hamas dans le kibboutz Kfar Azza, près de la frontière entre Israël et la bande de Gaza, dans le sud d’Israël, le 15 octobre 2023. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

La visite de Blinken à Ramallah et l’annonce de Shtayyeh ont eu lieu le lendemain de la visite du principal envoyé américain à Amman, où il a rencontré ses homologues jordanien et égyptien, qui font pression en faveur d’un cessez-le-feu dans la guerre entre Israël et le Hamas, alors que l’incursion terrestre se poursuit dans la bande de Gaza.

Blinken a maintenu la position américaine selon laquelle un cessez-le-feu porterait atteinte au droit et à l’obligation d’Israël de défendre ses citoyens après l’attaque dévastatrice du groupe terroriste palestinien du Hamas.

Il a déclaré que les États-Unis étaient favorables à des « trêves humanitaires » dans les opérations israéliennes afin de permettre un meilleur acheminement de l’aide et un transit accru des ressortissants étrangers hors de Gaza et vers l’Égypte. Israël a semblé rejeter la demande de trêve humanitaire de Blinken.

Blinken a également rencontré le Premier ministre intérimaire du Liban, Najib Mikati, dont le pays, ravagé économiquement et politiquement, abrite le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, soutenu par l’Iran. Les États-Unis craignent que le Hezbollah, qui a multiplié les tirs de roquettes et les attaques transfrontalières contre le nord d’Israël, ne joue un rôle plus actif dans la guerre entre Israël et le Hamas.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken, à droite, le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukri, à gauche, et le vice-premier ministre et ministre jordanien des Affaires étrangères Ayman Safadi tenant une conférence de presse à Amman, en Jordanie, le 4 novembre 2023. (Crédit : Jonathan Ernst/Pool via AP)

Blinken a remercié Mikati pour son leadership « qui a empêché le Liban d’être entraîné dans une guerre dont le peuple libanais ne veut pas », a déclaré le Département d’État américain.

Blinken a ensuite rencontré le ministre des Affaires étrangères du Qatar, dont le pays est devenu l’interlocuteur le plus influent du Hamas. Le Qatar a joué un rôle clé dans la négociation de la libération limitée des otages détenus par le Hamas, ainsi que dans la persuasion du groupe terroriste palestinien d’autoriser les citoyens étrangers à quitter Gaza et à passer en Égypte.

Après son départ de Ramallah, Blinken devait se rendre en Turquie pour y rencontrer le président Recep Tayyip Erdogan et d’autres hauts responsables, a indiqué le Département d’État. Samedi, la Turquie a suivi l’exemple de la Jordanie et a annoncé le rappel de son ambassadeur en Israël.

Les autorités américaines estiment que Netanyahu pourrait assouplir son opposition si on le convainc qu’il est dans l’intérêt stratégique d’Israël d’alléger le sort des civils palestiniens à Gaza. L’explosion du nombre de morts a suscité une colère internationale croissante, des dizaines de milliers de personnes, de Washington à Berlin, étant descendues dans la rue au cours du week-end pour exiger un cessez-le-feu immédiat.

Les ministres des Affaires étrangères arabes que Blinken a rencontrés à Amman (Jordanie, Égypte, Arabie saoudite, Qatar et Émirats arabes unis) ont formulé la même exigence. Mais Blinken a déclaré que les États-Unis ne feraient pas pression en ce sens.

Les États arabes résistent aux suggestions américaines qui leur demandent de jouer un rôle plus important dans la résolution de la crise. Ils expriment leur indignation face au nombre de civils victimes des opérations militaires israéliennes, et estiment que Gaza est un problème dont Israël est en grande partie responsable.

Israël a lancé sa guerre contre le Hamas le 7 octobre, après que le groupe terroriste a mené un assaut sanglant dans le sud d’Israël.

La grande majorité des plus de 1 400 personnes tuées ce jour-là étaient des civils, dont beaucoup ont été massacrés chez eux. En réponse à ces tueries, Israël a promis d’éradiquer le groupe terroriste et de détruire son infrastructure. Depuis, il a frappé des milliers de cibles du Hamas à l’intérieur de la bande de Gaza par des frappes aériennes et une incursion terrestre en cours.

Israël affirme qu’il vise toutes les zones où le Hamas opère tout en cherchant à minimiser les pertes civiles.

Plus de 9 770 Palestiniens auraient été tués au cours de la guerre. Les bilans des morts publiés par le ministère de la Santé, dirigé par le Hamas, ne peuvent être vérifiés de manière indépendante et incluent à la fois des civils et des membres du Hamas tués à Gaza, y compris à la suite de tirs de roquettes ratés par le groupe terroriste lui-même.

Des centaines de milliers d’habitants du nord de la bande de Gaza se sont déplacés vers le sud, Israël ayant prévenu de l’intensification de son offensive sur la ville de Gaza. Les Nations unies et les acteurs internationaux ont mis en garde contre une catastrophe humanitaire potentielle et ont demandé à Israël d’augmenter considérablement l’aide autorisée à entrer dans la bande de Gaza par le point de passage égyptien de Rafah.

Jacob Magid a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.