Campagne pour « dénazifier » un cépage star autrichien
Rechercher

Campagne pour « dénazifier » un cépage star autrichien

Créé en 1922 par Fritz Zweigelt, antisémite convaincu, ce cépage produit le vin rouge le plus consommé en Autriche

Un bénévole émonde la vigne Tekuma, pour aider Boyman à se préparer pour l'année sabbatique après un été difficile. (Crédit : Rony Shrem / OneDay bénévolat social)
Un bénévole émonde la vigne Tekuma, pour aider Boyman à se préparer pour l'année sabbatique après un été difficile. (Crédit : Rony Shrem / OneDay bénévolat social)

Le monde viticole autrichien s’interroge sur l’opportunité de débaptiser ou non le « Zweigelt », vin star des tables locales, après qu’un collectif a rappelé qu’il porte le nom d’un ancien militant hitlérien.

Créé en 1922 par le botaniste autrichien Fritz Zweigelt (1888-1964) à partir d’un croisement entre le Saint-Laurent et le Blaufränkisch, ce cépage produit le vin rouge le plus consommé en Autriche.

Initialement baptisé « Rotburger », il porte depuis 1975 le nom de son créateur, sous lequel il est commercialisé et servi dans les restaurants.

Mais Fritz Zweigelt était un membre de la première heure du parti nazi NSDAP et un antisémite convaincu, souligne l’Institut sans qualités directes, un collectif d’artistes qui a appelé cette semaine à ce qu’il soit débaptisé.

« Le silence est de mise dans le monde viticole autrichien comme dans aucune autre branche qui a été impliquée dans le système de terreur nazi », estime ce collectif basé à Vienne.

Deux viticulteurs et un restaurant viennois ont indiqué qu’ils commercialiseraient désormais le vin sous l’appellation « Blauer Montag » (Lundi bleu), en allusion aux débuts de semaine difficiles après un week-end arrosé.

L’organisme Österreich Wein Marketing, chargé de la promotion du vin autrichien, s’est dit ouvert à la discussion, tout en soulignant que le dossier devait être davantage étayé.

Un point de vue partagé par l’historien Robert Streibel, qui a toutefois estimé qu' »une fois que tout sera prouvé et inattaquable, il sera difficile de cautionner le nom Zweigelt ».

Ce nom de vin n’est pas le premier à faire polémique dans l’espace germanique. Un cépage appelé « Dr. Wagnerrebe » sous le Troisième Reich en hommage à un dirigeant agricole nazi avait ainsi dû être débaptisé après la Seconde Guerre mondiale.

Renommé « Scheurebe » en Allemagne, d’après le nom de son inventeur, il est aujourd’hui encore produit et commercialisé en Autriche sous le nom de « Sämling 88 » (Semis 88). Mais cette appellation, qui se réfère au numéro du croisement qui a produit le cépage, est aussi sujette à controverse, le chiffre 88 étant un code employé dans les milieux néonazis pour signifier « Heil Hitler ».

L’Autriche, un pays annexé par le Troisième Reich en 1938 et étroitement associé aux crimes nazis, n’a que tardivement commencé à regarder en face cette page de son histoire, après s’être longtemps affiché comme une « victime » de Hitler.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...