Casheroute : Aroma signe avec un organisme de supervision alternatif
Rechercher

Casheroute : Aroma signe avec un organisme de supervision alternatif

La filiale Aroma de Tel Aviv a signé avec Tzohar ; tour de force pour l'organisation en concurrence avec le rabbinat

Une succursale de la chaîne de cafés Aroma à Tel Aviv qui a reçu une licence casher de l'organisation Tzohar, le 9 mai 2018. (Tzohar)
Une succursale de la chaîne de cafés Aroma à Tel Aviv qui a reçu une licence casher de l'organisation Tzohar, le 9 mai 2018. (Tzohar)

Un restaurant de la chaîne Aroma a obtenu une licence de casheroute mercredi après s’être engagé avec un groupe qui s’est placé en concurrence avec l’organe de certification de casheroute mandaté par l’État.

Un café Aroma situé sur la rue Menahem Begin à Tel-Aviv a signé avec Tzohar pour que ses superviseurs s’assurent de l’applications de loi de casheroute dans ses cuisines.

Jusqu’à présent, l’établissement n’avait pas du tout de certification et était ouverte les jours de Shabbat et fêtes juives.

Pour obtenir la certification de Tzohar, la branche Aroma n’ouvrira plus le Shabbat ni durant les fêtes juives et se pliera à des exigences strictes pour la préparation de nourriture sur place. Le restaurant continuera à servir des produits carnés et lactés, qui seront stockés séparément selon les exigences de la loi juive.

Les superviseurs de l’organisation Tzohar travaillent pour préparer une succursale de la chaîne de café Aroma à Tel Aviv qui a obtenu une licence casher le 9 mai 2018. (Tzohar)

Les superviseurs de Tzohar ont passé environ deux semaines à travailler sur les lieux pour s’assurer que le restaurant répondent aux normes fixées.

« Cela vient confirmer que la révolution de la supervision pour la casheroute est en marche », a déclaré Tzohar dans un communiqué. « C’est une nouvelle réjouissante et importante pour le peuple juif et pour les communautés que nous avons la chance de servir. Nous avons pour vision et espoir de continuer à augmenter le nombre de personnes respectueuses de la casheroute en Israël, et nous voyons que nous obtenons de plus en plus de succès. »

La chaîne Aroma, qui a des points de vente partout dans le pays, est en pourparlers pour que davantage de ses succursales soient placées sous la supervision de Tzohar.

Le Grand Rabbinat d’Israël est impliqué dans une longue bataille contre les initiatives visant à dé-monopoliser le rabbinat – une instance ultra-orthodoxe gérée par l’État – des protocoles de supervisions.

L’organisation religieuse-sioniste Tzohar œuvre à combler le fossé entre les Israéliens laïques et religieux en trouvant des alternatives au rabbinat sur des sujets tels que les mariages juifs, les services de prière et maintenant, la supervision casher.

Une décision de la Haute Cour de justice en septembre a déclaré que les restaurateurs avaient le droit d’informer leur clientèle qu’ils servaient de la nourriture casher, tout en ne se désignant pas explicitement comme étant un « établissement casher ».

La décision, considérée comme une brèche dans le contrôle du rabbinat sur le processus de supervision casher, a joué en faveur des licences de Tzohar, mais il est exigé également que soit fournie une explication détaillée des normes de casheroute dans tous ses restaurants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...