Cérémonie d’hommage aux victimes de l’attentat du Musée juif de Belgique
Rechercher

Cérémonie d’hommage aux victimes de l’attentat du Musée juif de Belgique

La cérémonie s’est déroulée dans la cour du musée, devant la plaque commémorative, en comité restreint en raison de la crise sanitaire

Le Musée juif de Belgique, à Bruxelles. (Crédit photo : Musée juif de Belgique / Facebook)
Le Musée juif de Belgique, à Bruxelles. (Crédit photo : Musée juif de Belgique / Facebook)

Dimanche 24 mai, le Musée juif de Belgique a rendu hommage aux quatre victimes de l’attentat survenu au même endroit six ans plus tôt, a rapporté le journal Le Soir.

La cérémonie s’est déroulée dans la cour du musée, devant la plaque commémorative. Elle s’est tenue en comité restreint en raison de la crise sanitaire liée à l’épidémie de coronavirus.

Albert Guigui, grand rabbin de Belgique, et Philippe Blondin, président du musée, ont participé à l’évènement. Une dizaine de personnes étaient également présentes.

Le président de l’institution a évoqué le rôle éducatif de celle-ci durant son discours. Le rabbin a lui prononcé une prière et allumé des bougies. Il a également appelé au rejet de toute idéologie de haine dans la lutte contre le terrorisme.

« [Les terroristes] continuent à se battre contre notre démocratie », a-t-il déclaré. « Aujourd’hui plus que jamais, nous ne devons pas oublier que le terrorisme signifie aussi que chacun d’entre nous a le devoir de lutter pour l’égalité entre les personnes et contre toutes les formes de racisme, d’antisémitisme et de xénophobie. »

Le 24 mai 2014, le terroriste français Mehdi Nemmouche s’était introduit au Musée juif de Bruxelles, abattant quatre personnes par armes à feu : les Israéliens Miriam et Emmanuel Riva, 53 et 54 ans, ainsi qu’un employé belge de 26 ans, Alexandre Strens, et une bénévole française de 66 ans, Dominique Sabrier.

Le tueur a été condamné à la prison à perpétuité par la cour d’assises de Bruxelles en mars 2019. Il a depuis été remis à la justice anti-terroriste française qui le soupçonne d’avoir été l’un des geôliers de journalistes séquestrés en Syrie en 2013-2014.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...