Changement de présidence à l’UEJF
Rechercher

Changement de présidence à l’UEJF

Sacha Reingewirtz laissera sa place à Sacha Ghozlan la tête de l’UEJF en octobre : il revient sur son mandat

Sacha Reingewirtz (Crédit : autorisation)
Sacha Reingewirtz (Crédit : autorisation)

Entre les attentats à Charlie Hebdo et à l’Hypercacher, l’affaire Dieudonné et l’explosion des actes antisémites en France, le mandat de Sacha Reingewirtz à la présidence de l’Union des Etudiants Juifs de France (UEJF) fut agité.

Dans un entretien avec Actualité Juive, il revient sur ces trois années passées à la tête d’une organisation qui fait autant pour les étudiants juifs que pour la coexistence.

Il se souvient notamment, très ému, des cérémonies après l’attentat de l’Hypercacher, qui ont vu une prise de conscience par les autorités de l’importance de la communauté juive en France. Manuel Valls avait ainsi déclaré « La France sans les Juifs, ce n’est plus la France », et Sacha Reingewirtz avait lu la Prière pour la République.

Et l’UEJF s’est empressée d’agir pour que de tels actes ne se reproduisent pas : « quand nous avons su que Coulibaly avait motivé son acte en postant des vidéos, cela nous a poussés à continuer la lutte contre l’antisémitisme sur Internet », explique le jeune homme, à la formation d’avocat.

Ainsi, tout récemment, en mai 2016, l’UEJF, SOS Racisme et SOS Homophobie ont porté plainte contre Facebook, Twitter et YouTube pour « non-respect des obligations de modération ».

Ce combat pour que les commentaires soient modérés avait porté ses fruits en avril dernier, lorsque l’UEJF avait réussi, en justice, à imposer un système de modération au site d’Alain Soral, Egalité et Réconciliation.

Mais la lutte n’a pas lieu que sur Internet : le président insiste sur les actions de terrain menées par l’UEJF, souvent en partenariat avec d’autres associations.

« Le meilleur moyen de déconstruire les discours complotistes était de rencontrer des populations de moins en moins en contact avec des Juifs », explique-t-il à Actualité Juive. Les rencontres ont aussi lieu en Israël : en mars, l’UEJF, avec SOS Racisme, Beit Esther et l’association ECD, avait organisé un voyage en Israël avec Latifa ibn Ziaten, mère d’un soldat tué par Mohamed Merah et très engagée dans la vie associative.

« Il y aura toujours des combats à mener », reconnaît Sacha Reingewirtz : à l’approche de la présidentielle, la lutte contre le Front National est toujours d’importance, comme celle contre le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) qui gagne du terrain en France.

Et il ne laisse pas de directives particulières à son successeur, Sacha Ghozlan, actuellement secrétaire général de l’Union : « ce sera décidé pendant le congrès. L’UEJF identifiera ses orientations pour les années à venir. Après, on pourra lui demander directement, je ne peux pas me prononcer pour lui ! ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...