Charges retenues contre un homme ayant nié la Shoah pendant la visite d’un camp
Rechercher

Charges retenues contre un homme ayant nié la Shoah pendant la visite d’un camp

Le suspect, un partisan présumé de l'AfD, n'est pas le seul à avoir tenu des propos niant l'existence de chambres à gaz à Sachsenhausen

Les prisonniers de Sachsenhausen en 1938 (Crédit : Heinrich Hoffman Collection/Wikipedia)
Les prisonniers de Sachsenhausen en 1938 (Crédit : Heinrich Hoffman Collection/Wikipedia)

Des charges ont été retenues contre un citoyen allemand qui aurait plusieurs fois interrompu une visite guidée du camp de concentration de Sachsenhausen par des « propos antisémites et historiquement insoutenables », selon les termes d’une porte-parole du gouvernement fédéral.

D’après la Deutsche Welle, l’homme a visité le site en juillet dernier et constamment perturbé la visite par des remarques négationnistes.

Plusieurs personnes venues de Bade-Wurtemberg ont tenu des propos similaires pendant la visite, mais seul lui risque une inculpation.

La chaîne allemande a rapporté que l’homme, qui serait affilié au parti d’extrême droite AfD, est accusé de discours haineux et d’avoir « troublé le repos des morts ».

Nier l’existence de la Shoah est illégal en Allemagne.

Situé à une trentaine de kilomètres au nord de Berlin, le camp de Sachsenhausen a été établi en 1936 et se trouvait au centre d’un réseau de 61 camps de travail forcé satellites. D’après Yad Vashem, le camp était doté d’une chambre à gaz, rarement utilisée, la plupart des victimes ayant été fusillées, dont 13 à 18 000 prisonniers de guerre soviétiques.

Des Juifs, des prisonniers politiques, des tziganes et des membres de la communauté LGBT y étaient internés. Yad Vashem estime que 200 000 personnes environ sont passées par le camp et que 30 000 d’entre elles y auraient péri (en plus des prisonniers soviétiques).

Le camp a également été le théâtre d’effroyables expériences médicales.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...