Rechercher

Cisjordanie : Suspension des soldats filmés frappant des détenus palestiniens

Sur des images, des soldats du bataillon religieux Netzah Yehuda donnent des coups de pied répétés à deux hommes ; le chef d'État-major déplore une attaque "répugnante"

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats israéliens du bataillon religieux ‘Netzah Yehuda’ frappent deux détenus palestiniens en Cisjordanie sur une vidéo postée sur  TikTok, le 15 août 2022. (Capture d'écran :   TikTok)
Des soldats israéliens du bataillon religieux ‘Netzah Yehuda’ frappent deux détenus palestiniens en Cisjordanie sur une vidéo postée sur TikTok, le 15 août 2022. (Capture d'écran : TikTok)

Les soldats israéliens du bataillon religieux Netzah Yehuda qui avaient été filmés en train de frapper deux détenus palestiniens en Cisjordanie, la semaine dernière, ont été suspendus mercredi, a fait savoir Tsahal.

Sur la vidéo diffusée sur le réseau TikTok en date du 15 août, trois soldats apparaissent en train de donner des coups de pieds répétés à deux hommes palestiniens près de Ramallah, sous le regard impassible d’un quatrième militaire.

Selon l’enquête initiale de l’armée israélienne sur cet incident, un véhicule suspect avait été remarqué par les troupes pendant une opération dans le secteur. Deux Palestiniens avaient été arrêtés dans ce cadre par les forces israéliennes « qui se sont comportées avec violence et qui ont utilisé une force non-nécessaire à leur encontre », a annoncé Tsahal.

Le responsable du Commandement central a suspendu, en conséquence, les militaires du bataillon et de tous leurs postes de combat jusqu’à la fin de l’enquête de l’armée. Les conclusions des investigations seront présentées au procureur militaire.

Le chef d’État-major Aviv Kohavi a émis une condamnation des soldats, disant que l’agression était « un incident grave » et « répugnant » qui « va à l’encontre des valeurs de Tsahal ».

« Les militaires impliqués dans cet incident ne méritent pas leur poste. L’incident fera l’objet d’un examen minutieux de la part des commandants de Tsahal et d’une enquête de la police militaire », a ajouté Kohavi.

@firas._.1998

#شبتين #رام_الله لو يعقوب ولا انتو ي مؤيد ومدين ???????????????????? @yaqoob_theeb_18 @مدينذيب @muayadmahmoud

♬ الصوت الأصلي – Ńâśēm Śhøõr

« Nous présenterons les personnes impliquées à la justice. Il n’y a et il ne saurait y avoir de tolérance au sein de l’armée israélienne pour ce type de comportement », a-t-il poursuivi.

Kohavi a également noté que les conclusions de l’enquête « seront transmises dans toute l’armée, qui devra en tirer les leçons ».

Dans un tweet, le ministre israélien des Affaires de la diaspora à lui appelé à la fin du bataillon religieux Netzah Yehuda.

« Le bataillon Netzah Yehuda doit être dissous », a déclaré Nachman Shai du Parti travailliste, qui a été porte-parole de Tsahal pendant plusieurs années.

Les soldats du bataillon religieux Netzah Yehuda, au sein de la Brigade d’infanterie Kfir, qui est déployée en Cisjordanie, ont été au centre de plusieurs controverses liées à l’extrémisme de droite et aux violences contre les Palestiniens.

Des hommes appartenant au bataillon ont été condamnés, dans le passé, pour avoir torturé et violenté des détenus palestiniens.

Au début de l’année, plusieurs officiers du bataillon Netzah Yehuda ont été démis de leurs fonctions après la découverte du corps sans vie d’un ressortissant américano-palestinien qui avait été arrêté. Les soldats avaient bâillonné Omar Asad, 78 ans, attaché ses mains et l’avaient mis dans la cour d’un bâtiment voisin abandonné en pleine nuit, dans le froid du mois de janvier, l’abandonnant sans vérifier son état.

Le bataillon avait été créé pour que les soldats ultra-orthodoxes et religieux puissent faire leur service militaire sans compromettre leur foi. Les militaires du bataillon n’ont pas autant de relation avec les soldates que les autres recrues, et ils bénéficient d’un temps consacré à la prière et à l’étude religieuse.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...