Colonel : les tirs sur le Golan sont une « nouvelle réalité »
Rechercher

Colonel : les tirs sur le Golan sont une « nouvelle réalité »

Après trois tirs de projectiles vers Israël en 24h, Kobi Marom prévient que la trêve en Syrie n’arrêtera pas le tir des rebelles car Assad les repousse vers la frontière

Le colonel (de réserve) Kobi Marom. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Le colonel (de réserve) Kobi Marom. (Crédit : capture d'écran YouTube)

La vie des Israéliens habitant sur le plateau du Golan a changé avec l’avancée de la guerre en Syrie vers la frontière, a déclaré mardi un colonel de l’armée israélienne après que trois tirs de projectiles perdus ont touché le plateau en une seule journée.

Après un cessez-le-feu d’une semaine négocié par les Etats-Unis et la Russie, qui a pris effet lundi au coucher du soleil, les tirs de projectiles ne se sont pas pour autant arrêtés, a déclaré à la radio publique israélienne le colonel (de réserve) Kobi Marom, qui habite également dans la région et est l’ancien commandant adjoint de la Brigade du Hermon, basée sur le Golan.

« La réalité a changé sur le Golan ces dernières semaines. Confiant et aidé par l’Iran et la Russie, le [président de la Syrie, Bashar el-] Assad réussit à revendiquer propriétés et territoires… et il pousse à nouveau les rebelles vers la frontière israélienne, donc les tirs ne sont pas une surprise. »

Marom a affirmé qu’il s’attendait à plus de chutes de projectiles sur le Golan dans les prochains jours.

Mercredi matin, l’armée israélienne a annoncé avoir bombardé par les airs des positions militaires appartenant au régime syrien, pour riposter aux tirs de mortiers ayant touché le Golan mardi.

La fumée monte du village syrien de Jubata al-Khashab, après des frappes de l'armée israélienne sur des positions de l'armée syrienne en représailles après un tir de mortier syrien sur le plateau du Golan, le 10 septembre 2016. (Crédit : AFP/Jalaa Marey)
La fumée monte du village syrien de Jubata al-Khashab, après des frappes de l’armée israélienne sur des positions de l’armée syrienne en représailles après un tir de mortier syrien sur le plateau du Golan, le 10 septembre 2016. (Crédit : AFP/Jalaa Marey)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...