Commémoration en France du génocide arménien : les associations satisfaites
Rechercher

Commémoration en France du génocide arménien : les associations satisfaites

"Cette mesure constitue un hommage aux 1,5 million d'Arméniens assassinés [...] par le gouvernement turc", a dit le Conseil de coordination des organisations arméniennes de France

Le président français Emmanuel Macron durant le dîner annuel du Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF), le 5 février à Paris. (Crédit : LUDOVIC MARIN / POOL / AFP)
Le président français Emmanuel Macron durant le dîner annuel du Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF), le 5 février à Paris. (Crédit : LUDOVIC MARIN / POOL / AFP)

Le Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF) a salué mercredi l’instauration le 24 avril d’une journée nationale de commémoration du génocide arménien, annoncée par le président Emmanuel Macron.

« Le CCAF se félicite de l’annonce du président de la République de faire du 24 avril une journée nationale de commémoration du génocide arménien et de l’inscrire dans le calendrier républicain » écrit-il dans un communiqué.

« Cette mesure attendue constitue un hommage mérité aux 1,5 million d’Arméniens assassinés lors de l’entreprise d’extermination lancée par le gouvernement turc à la faveur de la Première Guerre mondiale », poursuit-il.

M. Macron a fait cette annonce lors du dîner annuel du Conseil mardi soir, honorant ainsi une promesse faite lors de sa campagne en 2017, geste que les Arméniens de France attendaient avec impatience.

La date du 24 avril est celle qui a déjà été retenue par l’Arménie et le Nagorny-Karabakh (région à majorité arménienne qui a déclaré son indépendance de l’Azerbaïdjan en 1991) pour commémorer le génocide de 1915.

« Cette décision s’inscrit également dans le nécessaire arsenal officiel à mettre en place pour faire barrage à l’exportation du négationnisme d’État de la Turquie » estimé le CCAF.

« Après la loi de reconnaissance du génocide arménien promulguée en 2001, cette décision confirme l’engagement de la France sur la problématique du devoir de mémoire, notamment en ce qui concerne les crimes contre l’humanité » conclut le CCAF qui « remercie » Emmanuel Macron pour cette annonce.

La Turquie en revanche, qui a « condamné » la décision du président français, « persiste et signe dans le déni » estimé le Conseil.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...