Comment Ayelet Shaked, une femme laïque, a réussi à séduire la droite religieuse
Rechercher
Analyse

Comment Ayelet Shaked, une femme laïque, a réussi à séduire la droite religieuse

Aucune femme n'a jamais atteint le sommet du pouvoir politique dans un bloc représentant la communauté orthodoxe traditionnellement masculine

Ayelet Shaked, ancienne ministre de la Justice et chef du parti HaYamin HaHadash, pose pour un selfie lors d'une conférence de presse à Ramat Gan, le 21 juillet 2019. (Tomer Neuberg/Flash90)
Ayelet Shaked, ancienne ministre de la Justice et chef du parti HaYamin HaHadash, pose pour un selfie lors d'une conférence de presse à Ramat Gan, le 21 juillet 2019. (Tomer Neuberg/Flash90)

JTA – Le mois dernier, alors qu’Israël se préparait à un nouveau scrutin, Ayelet Shaked a accédé à la direction du parti Droite Unie, une liste commune comprenant les principales factions représentant la communauté sioniste religieuse de la nation.

Si les femmes ont dirigé des partis politiques israéliens, aucune n’a jamais atteint le sommet du pouvoir politique dans un bloc représentant la communauté orthodoxe traditionnellement masculine.

Et plus remarquable encore, cette mère de deux enfants de 43 ans est une juive laïque de Tel Aviv.

Alors qui est Ayelet Shaked et comment a-t-elle vaincu des décennies de tradition politique ?

Ayant grandi dans la classe moyenne à Tel-Aviv dans les années 1980, Shaked aurait pu devenir une électrice de gauche, du Parti travailliste ou Meretz, une adepte des deux États et de la politique libérale. Mais comme Shaked l’a déclaré au New York Times en 2015, elle a vécu une révélation personnelle à l’âge de 8 ans lorsqu’elle a vu le Premier ministre Yitzhak Shamir débattre avec un adversaire à la télévision : Elle a été influencée par sa vision nationaliste.

Naftali Bennett (à gauche), chef du parti HaBayit HaYehudi, et la députée Ayelet Shaked avant un événement au siège du parti, le 10 mai 2015. (Flash90)

Pendant leur service militaire obligatoire, certains Israéliens ont tendance à se déplacer vers la droite, du moins pendant un certain temps, et un passage comme instructeur dans la brigade d’infanterie Golani a aidé Shaked à renforcer sa vision politique conservatrice.

« Je viens de réaliser qu’il n’y aura pas de solution pour l’instant », a-t-elle dit au Times.

Comme la coalition qu’elle représente, Shaked est résolument en faveur des implantations et radicale en matière de défense.

Bien qu’elle ait étudié l’ingénierie informatique et qu’elle ait commencé sa carrière en travaillant pour Texas Instruments, Shaked s’est tournée vers la politique en 2006, allant travailler pour Benjamin Netanyahu, alors leader de l’opposition, comme chef de son bureau. Elle a emmené avec elle le futur chef du parti HaBayit HaYehudi et collaborateur fréquent Naftali Bennett, l’aidant à faire une transition similaire de la high-tech vers la jungle de la politique parlementaire Israélienne.

Les deux ont travaillé pour Netanyahu pendant quatre ans, mais ils sont partis à la suite d’une dispute avec son épouse, Sara. En 2012, Bennett et Shaked sont entrés dans le monde de la politique de droite en faveur des implantations.

C’est cette année-là que HaBayit HaYehudi – un parti composé de l’ancien Parti national religieux et de plusieurs petites factions de droite – a tenu ses premières primaires ouvertes. Bennett, religieux orthodoxe moderne et politiquement radical, est entré à la Knesset en 2013 en tête de sa liste. Shaked a obtenu sa cinquième place.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’entretient avec la ministre israélienne de la Justice Ayelet Shaked (G) lors d’un vote dans la salle de réunion du Parlement israélien, le 21 décembre 2016, lors du vote du budget national pour 2017-2018. (Yonatan Sindel/Flash90)

Lors des primaires de 2015, Shaked, qui venait de terminer son premier mandat à la Knesset, était suffisamment populaire auprès de la base du parti pour décrocher la deuxième place derrière Bennett, établissant sa position comme leader du camp nationaliste. Dans un parti traditionnellement dirigé par des hommes plus âgés, aux cheveux gris, Shaked à 39 ans n’était pas seulement un porteur de flambeau idéologique, mais littéralement un visage frais.

Un passage en tant que ministre de la Justice du pays sous Netanyahu a renforcé sa popularité. Avec un succès mitigé, Shaked a cherché à réformer un système judiciaire militant qui, selon elle, a menotté les militaires et sapé le gouvernement élu de droite. Elle a également contribué à l’adoption d’un projet de loi qui définit Israël comme l’État-nation du peuple juif. Les partisans ont déclaré qu’elle avait fait de la réalité évidente une loi, tandis que les opposants l’attaquaient parce qu’elle donnait la priorité à l’identité ethnique au détriment de la démocratie.

Ses détracteurs disent qu’elle représente une menace pour cette démocratie.

« Alors que Shaked est ‘courtoise’, elle est aussi un bulldozer qui ferait peu de cas de la démocratie libérale », a déclaré Tamar Zandberg, une députée du parti libéral d’extrême gauche Meretz, dans un message sur Facebook. Sa tentative de réformer le système judiciaire n’est pas « un malentendu sur ce qu’est la démocratie, c’est un désir de la détruire et d’établir l’État juif, les implantations, la suprématie juive au lieu de l’égalité ».

En mars, l’équipe de Shaked a produit une parodie de publicité pour un parfum mettant en vedette « Fascism by Ayelet Shaked » dans laquelle elle jouait comme un modèle tandis que le narrateur raillait ses détracteurs libéraux.

Gagner à tout prix

Son efficacité en tant que politicienne et l’évolution de HaBayit HaYehudi vers des primaires ouvertes ont contribué à faire progresser Shaked dans le secteur religieux, selon Yair Sheleg, qui mène des recherches sur le secteur sioniste religieux à l’Institut israélien de la démocratie.

À bien des égards, a-t-il dit, ses partisans considèrent que l’aspect nationaliste du sionisme religieux – peupler tout l’Israël biblique et affirmer le caractère juif d’Israël – est plus fondamental que l’aspect religieux. De nombreux dirigeants de la communauté « peuvent vivre avec Shaked en tant que leader parce qu’elle amène beaucoup plus d’électeurs » que d’autres politiciens.

« Ce sont des nationalistes. Ils veulent qu’un camp de droite gagne les élections et si une femme laïque peut apporter ces résultats, alors que ce soit une femme laïque à la direction », a dit Sheleg, ajoutant que puisque la Droite Unie est techniquement un bloc et non un parti unique, il est plus facile pour de nombreux politiciens orthodoxes de voir Shaked jouer son rôle en des termes pragmatiques. Après tout, ils gardent le contrôle de leurs factions.

Les secteurs religieux les plus modérés de la société israélienne sont de plus en plus favorables à un rôle accru des femmes dans la vie nationale. Une faction plus traditionaliste appelée khardal, ou ultra-orthodoxe sioniste, ne représente qu’environ 12 à 15 % de la communauté sioniste religieuse. Et une partie de ce groupe pourrait très bien finir par voter pour de plus petites factions archi-nationalistes comme Otzma Yehudit (le pouvoir juif).

Le ministre de l’Éducation, Nafatli Bennett, et la ministre de la Justice, Ayelet Shaked, lors d’un rassemblement pour soutenir les résidents de Netiv Haavot, en prévision de l’évacuation et la démolition du quartier juif illégal Netiv HaAvot de Gush Etzion, le 11 juin 2018. ( Gershon Elinson/Flash90)

Sheleg a indiqué que le secteur traditionaliste de khardal ne correspond pas au courant dominant. Shaked a obtenu une ouverture, a-t-il dit, une fois que l’électeur moyen, plutôt que les rabbins et la génération plus âgée d’activistes conservateurs religieux, a pu voter pour les chefs de parti.

« La réponse dépend de la personne à qui vous posez la question, mais Ayelet Shaked semble avoir beaucoup de succès dans une grande partie du secteur sioniste religieux », convient Yehoshua Oz, conseiller principal au Jerusalem Institute for Strategy and Security.

« Bien sûr, le camp sioniste religieux est beaucoup plus complexe que certains le supposent », a-t-il poursuivi, citant une étude de l’Institut israélien de la démocratie en 2014 montrant que « 21 % des Israéliens se considèrent comme appartenant au secteur sioniste religieux et ce groupe a beaucoup de diversité dans ses opinions et ses convictions sur plusieurs points ».

« Ce qui semble unir les sionistes religieux, ce sont les questions politiques, telles que se considérer comme centre-droit et croire que la loi du retour devrait [étendre la citoyenneté seulement] à ceux qui sont juifs selon la loi juive », ou halakha, a-t-il dit.

Shaked a refusé une interview avec la Jewish Telegraphic Agency. Mais une source proche de l’entourage de Shaked était d’accord avec Sheleg, disant que Shaked est « très concentrée et productive », et a travaillé dur pour devenir « une figure consensuelle entre les partis » dans son camp politique.

« Beaucoup de gens y voient un paradoxe », a dit la source. « On voit cette femme laïque de Tel Aviv à la tête d’une liste généralement remplie de sionistes religieux, mais si vous parlez à chacune de ces personnes, vous verrez qu’elles ont beaucoup de respect pour elle et, plutôt plus à l’aise avec elle à la première place qu’avec beaucoup d’autres alternatives. »

Des conversations avec des proches de Shaked ont permis de brosser le portrait d’une femme prête à écouter les besoins et les exigences idéologiques particulières de ses électeurs et à respecter leur sensibilité spécifique. Par exemple, bien qu’elle ne soit pas personnellement religieuse, Shaked se fait un devoir de ne pas donner d’interviews le jour du Shabbat, ou de manger en public dans des restaurants non casher.

Shaked « croit en la création de liens et en un travail discret et approfondi en coulisses », a déclaré à JTA une autre source qui avait l’habitude de travailler en étroite collaboration avec Shaked. « Bien qu’Ayelet soit laïque dans sa vie personnelle, elle a un grand respect pour le judaïsme et les rabbins, et elle a lutté pour ces valeurs, en tout cas dans le contexte des implantations en Terre d’Israël. »

De nouvelles élections, une seconde chance

Après les élections pour la Knesset en avril, cependant, l’étoile de Shaked a semblé faillir. Elle et Bennett s’étaient séparés de HaBayit HaYehudi pour former HaYamin HaHadash, une faction laïque-sioniste religieuse qui n’a pas réussi à franchir le seuil électoral et à obtenir des sièges au Parlement.

Mais après l’échec de Netanyahu à former une coalition gouvernementale et le déclenchement de nouvelles élections, Bennett et Shaked se sont lancés dans la reconstruction de la coalition de droite qu’ils avaient abandonnée. Malgré l’opposition des milieux les plus conservateurs du secteur sioniste religieux (un éminent rabbin a affirmé publiquement que « le monde complexe de la politique n’est pas la place » pour une femme), les sondages ont montré qu’elle était la plus populaire des candidates pour diriger la nouvelle droite réunifiée. Après de dures négociations, le rabbin Rafi Peretz, le chef de HaBayit HaYehudi, s’est retiré.

Ayelet Shaked lors d’une conférence de presse à Ramat Gan, où elle a annoncé qu’elle avait pris la direction du parti HaYamin HaHadash, le 21 juillet 2019. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

« Nous nous sommes mis d’accord sur le fait que par devoir de responsabilité nationale et dans le but d’avoir un gouvernement de droite, avec la [communauté] sioniste religieuse, Ayelet prendra la tête », a expliqué Peretz dans un tweet.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...