Comment Netanyahu a perdu le contrôle et celui de sa coalition contre la COVID
Rechercher
Analyse

Comment Netanyahu a perdu le contrôle et celui de sa coalition contre la COVID

Le Premier ministre a toujours écarté les ministres concurrents et a décidé de tout ; cela lui a bien réussi lors de la première vague du virus, mais il a ensuite été distrait

Haviv Rettig Gur

Haviv Rettig Gur est l'analyste du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu porte un masque facial pour prévenir la propagation du coronavirus alors qu'il préside la réunion hebdomadaire du cabinet, au ministère des Affaires étrangères, à Jérusalem, le 5 juillet 2020. (Gali Tibbon/Pool via AP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu porte un masque facial pour prévenir la propagation du coronavirus alors qu'il préside la réunion hebdomadaire du cabinet, au ministère des Affaires étrangères, à Jérusalem, le 5 juillet 2020. (Gali Tibbon/Pool via AP)

« Benjamin Netanyahu doit démissionner. Il a échoué. Il a perdu le contrôle. La crise du coronavirus n’est pas gérée. Ni sur le plan économique, ni sur le plan sanitaire… C’est un échec total. Il est le seul responsable. En janvier, au plus fort de la vague hivernale du coronavirus, il siégera sur le banc des accusés trois fois par semaine. Netanyahu a fait de bonnes choses dans le passé, mais c’est fini. On ne peut pas continuer comme ça. Il doit partir », a affirmé lundi Yair Lapid, chef de l’opposition.

La pandémie de coronavirus est arrivée en Israël à la mi-février. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est apparu à la hauteur de la situation.

Il a régulièrement organisé des briefings télévisés annonçant chaque nouvelle étape des restrictions en matière de distanciation sociale. À ses côtés, à chaque fois, se trouvaient de hauts fonctionnaires d’État, notamment les directeurs des ministères de la Santé et des Finances, respectivement Moshe Bar Siman-Tov et Shai Babad.

Les ministres, en revanche, étaient introuvables pendant la crise la plus terrible dont les Israéliens puissent se souvenir. Le ministre des Finances de l’époque, Moshe Kahlon, et le ministre de la Santé de l’époque, Yaakov Litzman (aujourd’hui ministre du Logement), ont ouvertement admis qu’ils n’étaient pas impliqués et semblaient heureux de ce fait.

« Barsi » (le surnom de Bar Siman-Tov) et Babad allaient devenir des noms familiers au cours des mois de mars et avril – et allaient être en tête des sondages aux côtés de Netanyahu, à qui les Israéliens ont fait le plus confiance pour gérer l’urgence du coronavirus.

Netanyahu a passé la majeure partie de la dernière décennie à consolider son pouvoir au sein du bureau du Premier ministre et à traiter directement avec le reste des administrations, généralement par l’intermédiaire des ministres. C’est une impulsion qui a vu l’expansion du Conseil national de sécurité et du Mossad – tous deux directement responsables devant le Premier ministre – et l’éviscération proportionnelle du ministère des Affaires étrangères et d’autres organes de décision.

De gauche à droite : Le directeur général du ministère des Finances, Shai Babad, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le directeur général du ministère de la Santé, Moshe Bar Siman-Tov, et le conseiller à la sécurité nationale, Meir Ben-Shabbat, à la résidence du Premier ministre à Jérusalem, le 22 mars 2020. (Capture d’écran : Twitter)

Netanyahu préfère travailler directement avec les fonctionnaires, et, selon ses partisans, ce fait a permis de rationaliser l’élaboration des politiques et de supprimer une partie de la pression populiste qui a autrefois conduit les gouvernements israéliens à des dépenses irresponsables et à de mauvaises politiques. Israël est plus fort grâce à cela.

Observez la première vague d’infections. La puissante bureaucratie israélienne, affirmée et compétente, a travaillé directement avec et pour Netanyahu – et a fourni l’une des réponses les plus rapides et les plus décisives à la pandémie de tous les gouvernements du monde. Israël a fermé son ciel aux vols en provenance de Pékin et de Rome avant la plupart des nations, s’attirant même les reproches de ces gouvernements. Alors que l’Amérique, l’Italie, l’Espagne, l’Iran et bien d’autres pays ont été mis en garde contre une pandémie qui échappait à tout contrôle, Israël était un exemple de ce que des décisions politiques rapides et intelligentes pouvaient accomplir en cas d’urgence.

Puis, plus du tout.

Le Premier ministre perd le contrôle de la situation

Là où le gouvernement aurait dû passer ces semaines de « courbe aplatie » durement gagnées à construire une capacité épidémiologique « à la carte » – la capacité de tester la population en masse, de séparer les individus infectés de la population générale et de les isoler, et de permettre à l’économie générale de rester ouverte sans vagues d’arrêts répétées – Netanyahu s’est plutôt concentré sur autre chose. Après une décennie de consolidation du pouvoir bureaucratique jusqu’à ce qu’il soit presque le seul maître du domaine politique, sa distraction a fait que peu de choses ont pu avancer.

Une annexion « historique » de la Cisjordanie a été le moteur de l’agenda politique pendant la majeure partie du mois de juin. Une journée entière de débat au sein de la commission des Finances de la Knesset à la fin du mois a été consacrée à la question de l’octroi à Netanyahu, un homme riche, d’allègements fiscaux rétroactifs sur le budget de l’État pour sa villa de Césarée – une journée de travail en commission consacrée aux finances personnelles de Netanyahu alors qu’un projet de loi de sauvetage économique désespérément nécessaire n’avançait pas.

Des travailleurs sociaux israéliens protestent contre leurs conditions de travail devant la Knesset, le 25 juin 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Netanyahu s’excusera plus tard pour le « timing » de ce débat. Mais début juillet, alors que la deuxième vague menaçait d’appauvrir de nouvelles circonscriptions et de mettre au chômage des centaines de milliers d’Israéliens supplémentaires, il est devenu de plus en plus évident que les distractions de Netanyahu étaient plus qu’un problème de relations publiques. Un gouvernement non préparé avait gaspillé les sacrifices du premier confinement.

Chiffre d’affaires

Il y avait une autre différence entre la première et la deuxième vague d’infection : en juin, Netanyahu ne contrôlait plus les principaux fonctionnaires.

Le directeur du ministère de la Santé, Bar Siman-Tov – qui fait partie de la sous-culture de la « jeunesse du Trésor » prudente sur le plan financier au sein du gouvernement israélien que Netanyahu a toujours soutenue et encouragée – avait travaillé directement avec Netanyahu tandis que le ministre Litzman était resté à l’écart. Mais après la prestation de serment du nouveau gouvernement d’union le 17 mai, un nouveau ministre de la Santé était arrivé. Yuli Edelstein est une figure puissante au sein du Likud, capable d’exiger un véritable rôle dans la prise de décision.

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein
s’exprime lors d’une conférence de presse sur le coronavirus au ministère de la Santé à Jérusalem, le 28 juin 2020. (Photo par Olivier Fitoussi/Flash90)

« Barsi » est parti, remplacé par un nouveau directeur général du ministère de la Santé, le médecin et directeur d’hôpital Chezy Levy. Levy n’a pas l’oreille du Premier ministre et n’a pas l’intention de court-circuiter son ministre pour l’obtenir. Alors que le rôle de Bar Siman-Tov était le plus souvent d’être le représentant du gouvernement fiscalement conservateur porteur de mauvaises nouvelles pour le système de santé, Levy préfère être la voix des hôpitaux et des associations médicales face à ce qu’ils considèrent comme un gouvernement déconnecté et avare.

C’est une histoire similaire au ministère des Finances. Le ministre des Finances Katz, comme son collègue Edelstein, est une figure populaire dans la hiérarchie du Likud. Et la nouvelle directrice générale de son ministère, Keren Terner Eyal, est une proche confidente du ministre. Comme « Barsi », Terner Eyal a commencé sa carrière dans la fonction publique en tant que « jeune du Trésor » au département des budgets, gravissant rapidement les échelons du département et se spécialisant dans les budgets de transport. Elle a fait le saut au ministère des Transports en 2011. En 2014, elle est devenue directrice générale adjointe et en 2016, elle a été nommée directrice générale par le ministre des Transports de l’époque, M. Katz, qui l’a emmenée avec lui au ministère des Finances.

Keren Terner Eyal, alors directrice générale du ministère des Transports, assiste à une audition à la Knesset, le 20 mars 2017. (Yonatan Sindel/Flash90)

La première vague du virus a rencontré un État israélien dirigé par un chef centralisateur qui contrôle de facto tous les organes de l’État concernés. Israël a réagi rapidement et efficacement.

La deuxième vague a nécessité un autre type de réponse. De nombreux organismes gouvernementaux, dirigés par des politiciens rivaux, ont dû s’unir pour mettre au point une réponse complexe à la pandémie qu’aucun organisme ne pouvait mettre en place seul. C’est alors que la personnalité de Netanyahu et ses méthodes de gouvernement ont échoué.

Le jeu des reproches

Sa cote de popularité a chuté abruptement lorsque les Israéliens ont vu leurs moyens de subsistance s’évaporer et en sont venus à croire que la faute n’était pas seulement due au virus, mais aussi à la mauvaise gestion du gouvernement.

Deux journalistes, Ben Caspit et Yinon Magal – le premier est un critique virulent de Netanyahu, le second un défenseur passionné – ont interviewé des Israéliens ordinaires sur la façon dont ils font face à la pandémie.

Lors d’un échange mémorable, ils se sont assis la semaine dernière avec Meir Micha, le célèbre propriétaire du restaurant de houmous Pinati dans le centre de Jérusalem, symbole de la classe ouvrière Mizrahi de Jérusalem et partisan du Likud depuis toujours.

Meir Micha, (à gauche), propriétaire de l’emblématique restaurant de houmous de Jérusalem Pinati, s’entretient avec les journalistes Ben Caspit, (à droite), et Yinon Magal, à l’abri des regards, à l’établissement de Jérusalem, en juillet 2020. (Capture d’écran Twitter)

Lorsqu’on lui a demandé s’il était critique envers Netanyahu, Micha a répondu « Pourquoi devons-nous en arriver, après 40 ans, à un point où je ne peux plus payer mes fournisseurs ? Pourquoi ? Il s’occupe de sa piscine, de l’eau de sa piscine [un des éléments de l’entretien de la villa de Netanyahu pour lequel il a demandé des allègements fiscaux]. De quoi parlez-vous ? Bibi était un Dieu pour nous ».

Plus maintenant.

Des manifestations régulières contre Netanyahu ont eu lieu pendant des mois, mais la plupart des participants étaient des militants politiques plus âgés. La semaine dernière, ils ont été soudainement rejoints par de nouvelles cohortes de jeunes de 20 et 30 ans sans emploi.

C’était un spectacle inquiétant pour le Premier ministre, ces jeunes gens devant sa résidence officielle à Jérusalem. Avec des centaines de milliers de chômeurs, de telles protestations pourraient rapidement se multiplier et remodeler la réalité politique.

Grosse dépense

Netanyahu est passé à l’action, annonçant soudainement mercredi dernier un plan de 6 milliards de NIS (1,5 milliard d’euros) pour accorder des subventions uniques de 750 NIS (187,50 euros) à 3 000 NIS (750 euros) à tous les Israéliens. Le plan a été raillé et tourné en dérision, les politiciens et les fonctionnaires se plaignant que les versements ne faisaient aucune distinction entre ceux qui avaient besoin d’argent et ceux qui n’en avaient pas besoin, et qu’un gouvernement confronté à un déficit historique ne pouvait pas se permettre un tel populisme.

Des manifestants protestent contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu devant la résidence officielle du Premier ministre à Jérusalem, le 18 juillet 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Mais ce qui est plus important, c’est la façon dont la décision a été prise. Les ministres ont été tenus à l’écart. Tout comme les fonctionnaires, le cœur même de l’appareil d’État auquel Netanyahu s’identifiait si étroitement autrefois.

Aucun travail d’équipe n’a été effectué, ont déclaré les fonctionnaires du ministère des Finances chargés de débourser les fonds. Personne n’a été consulté. La directrice générale du ministère des Finances, Keren Terner Eyal, en a entendu parler la veille de l’annonce publique. Le gouverneur de la Banque d’Israël, Amir Yaron, en a entendu parler à la radio.

Le responsable des budgets, Shaul Meridor, a déclaré aux ministres qu’il avait du mal à établir un budget de l’Etat qui changeait sans cesse en fonction de ces caprices.

Les critiques de Meridor sont devenues publiques. Elles ont suscité de vives et féroces réprimandes de la part de Netanyahu et de ses alliés politiques.

« Il est antidémocratique que des fonctionnaires tentent de contrôler l’État contre la volonté des dirigeants élus », a déclaré le député Shlomo Karhi, membre du Likud, qui fait partie de la poignée de députés d’arrière-ban dont le rôle est de prononcer le genre de discours musclé que Netanyahu veut faire entendre au public, mais qu’il ne veut pas dire lui-même.

Shaul Meridor, directeur du budget du ministère des Finances. (Yonatan Sindel/Flash90)

« Le chef du département des budgets, Shaul Meridor, torpille chaque décision de Netanyahu visant à envoyer de l’argent et de l’aide aux travailleurs indépendants et aux chômeurs, et fait un point de presse contre le gouvernement », a accusé Karhi dans un tweet qui comprenait une photo peu flatteuse de Meridor.

Le fils de Netanyahu, Yair, parfois considéré comme un indicateur de la base militante pro-Netanyahu, s’est manifesté. « La vérité est que les employés du Trésor public ‘sabotent’ et refusent de transférer les fonds aux travailleurs indépendants et aux chômeurs dans le but de soulever le peuple. Les administrations sont mobilisées contre la politique de Netanyahu ». (Le mot hébreu utilisé par Yair Netanyahu pour « saboter » était mehablim, ce qui fait également référence aux terroristes, et il l’a mis entre guillemets pour que personne ne manque de le remarquer).

Une fois le terrain préparé, Netanyahu est entré en piste, a retweeté Karhi et a ajouté : « Il est inconcevable que des employés informent [les journalistes] des décisions prises par le gouvernement et tentent de les perturber. C’est inacceptable ».

Netanyahu avait trouvé son saboteur (ou même « terroriste »). Les mêmes fonctionnaires du Trésor que Netanyahu avait toujours considérés comme son armée de gestionnaires responsables, son mécanisme pour contourner les politiciens concurrents, étaient maintenant l’ennemi travaillant fébrilement « pour soulever le peuple ».

Des Israéliens affrontent la police lors d’une manifestation contre les nouvelles restrictions du gouvernement visant à contenir la propagation du coronavirus, à Tel Aviv, le 18 juillet 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Le Trésor public riposte

Meridor, qui est habitué à bousculer les politiciens, a tenu bon.

« Nous continuerons à exprimer notre point de vue, même si les politiciens n’aiment pas l’entendre », a-t-il déclaré jeudi. Il a averti que le bouche-trou de Netanyahu de six milliards de shekels n’aidera pas de manière significative les Israéliens, tout en convainquant beaucoup de gens que l’aide économique du gouvernement était un processus politisé. Il serait plus difficile d’exiger davantage de sacrifices de la part du public à l’avenir.

« La confiance est quelque chose qui prend beaucoup de temps à construire et qui se détruit assez rapidement », a-t-il prévenu.

Signe de la nouvelle réalité des bases de pouvoir concurrentes en dehors du bureau du Premier ministre, Meridor avait un défenseur : sa directrice générale Keren Terner Eyal, qui a publié une déclaration exprimant la surprise et la frustration ressenties par les fonctionnaires du Trésor face à l’agression de leur patron de longue date Netanyahu.

« Il m’est très difficile de rester silencieuse face aux critiques sans précédent du personnel du ministère, en particulier du responsable des budgets Shaul Meridor, et plus généralement face au discours violent qui s’est développé sur les médias sociaux », a-t-elle déclaré.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (au centre) et le ministre des Finances Israel Katz (à droite) avec des représentants des travailleurs indépendants israéliens et des patrons de petites entreprises au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 10 juillet 2020. (PMO)

« L’échelon professionnel du Trésor, la direction et Shaul Meridor en particulier », a-t-elle ajouté, « travaillent tous 24 heures sur 24 pour offrir une voix professionnelle et éthique qui prend en compte le bien-être du public aujourd’hui et à l’avenir, ainsi que la mise en œuvre, à la lettre, de toutes les décisions de l’échelon élu. C’est ainsi que cela a été, et c’est ce que nous continuerons à faire ».

Et moins délicatement : « La bonne gestion de la crise économique et de cette période, qui ne ressemble à rien de connu, exige de nous avant tout de l’honnêteté et de l’intégrité. »

Les commentaires de Terner Eyal ont suscité un reproche de la part de Katz, qui a déclaré qu’elle ne devrait pas se faire remarquer en critiquant l’échelon élu. La réprimande de Katz était si douce qu’il était clair pour les observateurs, et pour Terner Eyal, qu’elle était destinée à la protéger, à mettre rapidement un terme à cette affaire afin d’éviter que les députés d’arrière-ban du Likud ne s’enflamment encore plus pour obtenir l’approbation de Netanyahu.

Des mesures désespérées

Il est difficile de penser à une époque où Netanyahu a été plus vulnérable. Son procès pour corruption avance. Les distractions et la politique qui ont caractérisé une grande partie des mois de mai et juin ont provoqué un retour de flamme et une forte baisse de la confiance du public. Même les jeunes députés ne craignent plus sa colère.

Et le plus troublant pour Netanyahu, c’est qu’il est obligé de recourir au type de populisme coûteux qu’il a passé sa carrière à essayer de déraciner de la fonction publique, et qu’il se trouve maintenant dans une lutte acharnée avec ses plus proches alliés politiques dans l’appareil d’État.

Une manifestante anti-gouvernementale habillée en clown et portant un masque en raison de la pandémie de coronavirus brandit un panneau indiquant « Le gouvernement d’urgence est une triste blague » lors d’une manifestation au parc Charles Clore, à Tel-Aviv, le 18 juillet 2020. (Jack Guez/AFP)

Il faut le dire : Il y a des raisons valables de remettre en question la culture de conservatisme fiscal du Trésor en période d’effondrement économique. Netanyahu a fait valoir que sa subvention de six milliards de shekels était essentiellement un programme de relance, et qu’envoyer un chèque à tout le monde était plus rapide que d’établir des critères complexes pour les bénéficiaires qui pourraient bloquer l’argent dans la bureaucratie.

Mais ce débat de fond n’a pas eu lieu lorsqu’il a décidé du plan. Il n’a pas cherché d’alternatives auprès des agences qu’il avait considérées comme son terrain d’action, et il n’a même pas imaginé de stimulus tant que ses sondages restaient élevés. Même aujourd’hui, aucun débat sur un plan de relance plus large n’est en cours. Ce plan est un palliatif élaboré du jour au lendemain dans les murs du bureau du Premier ministre.

Netanyahu n’a jamais bien travaillé avec ses collègues politiques, préférant s’appuyer sur les bureaucrates pour gérer l’État de manière responsable et efficace. Désormais déconnecté des fonctionnaires, alors que la deuxième vague de la pandémie s’intensifie et que l’urgence économique s’aggrave, on ne sait plus très bien comment il compte redresser le navire et stabiliser l’économie. Les rangs des dirigeants sur lesquels il s’est traditionnellement appuyé dans la bureaucratie ne cessent de rétrécir alors qu’il fuit la colère du public en rejetant la faute sur tous les autres. Il ne restera peut-être bientôt plus que ses militants politiques dans ce cercle d’élaboration des politiques.

Netanyahu sait qu’il a fait une erreur, qu’il n’a plus personne à blâmer et il espère maintenant qu’en mettant de côté toutes les autres distractions et en remettant le gouvernement au travail, il obtiendra le pardon du public.

Les temps désespérés appellent des mesures désespérées : Il a même demandé à des ministres de commencer à prendre certaines décisions…

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...