Rechercher

Conflit ukrainien : le Royaume-Uni salue Israël pour son soutien des sanctions

Dans les faits, Yaïr Lapid a déclaré qu'Israël n'accueillerait pas les Russes fortunés susceptibles de chercher à éviter les sanctions imposées par les États-Unis et d'autres pays

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, le 22 novembre 2021, et la ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss, le 3 octobre 2021. (Crédit: Noam Revkin Fenton/Flash90 ; crédit: Jon Super /AP Photo)
Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, le 22 novembre 2021, et la ministre britannique des Affaires étrangères Liz Truss, le 3 octobre 2021. (Crédit: Noam Revkin Fenton/Flash90 ; crédit: Jon Super /AP Photo)

La cheffe de la diplomatie britannique a salué, lundi soir, la nouvelle de l’apparent soutien apporté par Israël aux sanctions occidentales imposées à la Russie après que le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, a annoncé que le pays ne permettrait pas aux oligarques russes d’échapper aux sanctions décidées par les pays occidentaux en réponse à l’invasion de l’Ukraine.

« Je me réjouis de [savoir que] @YairLapid [a dit que] Israël soutiendra les sanctions contre la Russie. Nous œuvrons avec nos alliés et nos partenaires à mettre la pression sur Poutine et à défier son attaque injustifiée et non-nécessaire menée contre l’Ukraine » , a écrit Liz Truss sur Twitter. Elle a rattaché à sa publication un tweet écrit par un journaliste israélien affirmant que Lapid s’était engagé à se conformer aux sanctions internationales.

Dans les faits, Lapid a seulement déclaré qu’Israël n’accueillerait pas les Russes fortunés susceptibles de chercher à éviter les sanctions imposées par les États-Unis et par d’autres pays. Après les propos du ministre des Affaires étrangères, l’oligarque russe Abramovich, citoyen israélien ciblé par les sanctions, a quitté le territoire de l’État juif où il était arrivé moins de vingt-quatre heures auparavant.

« Israël ne va pas être une voie de contournement des sanctions qui ont été imposées par les États-Unis et par les autres pays occidentaux », a affirmé Lapid.

« Le ministère des Affaires étrangères se coordonne actuellement sur ce sujet avec ses partenaires, avec parmi eux la Banque d’Israël, le ministère des Finances, le ministère de l’Économie, l’Autorité des aéroports, le ministère de l’Énergie et d’autres. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...