Rechercher

Corruption : Le chauffeur d’Arnon Milchan témoigne au procès Netanyahu

Yonatan Hasson a confirmé le témoignage de Hadas Klein, disant que "99 %" des cigares luxueux étaient achetés pour l'ex-Premier ministre

Yonatan Hasson, ancien chauffeur du producteur de Hollywood Arnon Milchan, témoigne devant la cour de district de Jérusalem dans le cadre du procès pour corruption de Benjamin Netanyahu, le 24 octobre 2012. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Yonatan Hasson, ancien chauffeur du producteur de Hollywood Arnon Milchan, témoigne devant la cour de district de Jérusalem dans le cadre du procès pour corruption de Benjamin Netanyahu, le 24 octobre 2012. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Après une pause de trois semaines, les audiences dans le cadre du procès pour corruption du leader de l’opposition Benjamin Netanyahu ont repris devant la cour de district de Jérusalem. Le chauffeur personnel d’un homme d’affaires israélien, appelé à la barre des témoins, a raconté comment il livrait de manière régulière des caisses entières de champagne et des boîtes de cigares à l’ex-Premier ministre et à son épouse.

Yonatan Hasson, chauffeur pour le producteur hollywoodien Arnon Milchan, témoigne actuellement sous le statut de témoin des parties civiles dans « l’Affaire 1000 », qui concerne des cadeaux luxueux que le couple Netanyahu avait reçus de la part de milliardaires et des avantages que l’ancien chef de gouvernement avait pu offrir à ces hommes en échange de leurs largesses.

Le chef du Likud est actuellement jugé dans trois affaires de corruption distinctes.

Hasson succède à la barre des témoins à Hadas Klein, une témoin déterminante dans ce dossier. Klein, assistante personnelle du milliardaire australien James Packer et du producteur Arnon Milchan, a fourni des preuves des cadeaux qu’elle avait fait livrer à Netanyahu et à sa famille. A ce moment-là, l’avocat du parquet, Alon Gildin, avait lu à voix haute devant les juges la déposition faite par le chauffeur à la police, dans laquelle il avait établi que « 99 % » des cigares de premier choix achetés par Milan étaient destinés à Netanyahu.

Pendant son témoignage à la barre, lundi, Hasson a confirmé ce récit et il a fourni des détails qui semblent soutenir l’hypothèse d’un Milchan qui fournissait de manière régulière à Netanyahu et à sa famille des produits luxueux.

« La plus grande partie des produits achetés, c’était des bouteilles de champagne et des cigares. Mais il y avait aussi d’autres choses – comme des manteaux ou des portefeuilles de luxe », a-t-il déclaré. Il a ajouté que Klein lui avait personnellement confié que l’un des deux hommes d’affaires lui avait demandé de procéder à ces achats.

Alors que le juge lui demandait si Milchan et Packer avaient connaissance de l’importance des cadeaux achetés pour Netanyahu, il a a répondu qu’ils le savaient « à 100 % ».

Hadas Klein arrive lors d’une audience de la Cour dans le procès contre l’ex-Premier ministre Benjamin Netanyahu devant la Cour de district de Jérusalem, le 21 septembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Hasson a ajouté que « Milchan avait connaissance de tout ce qui était acheté par ses soins et de tout ce qui quittait la maison ». Packer, a-t-il poursuivi, « connaissait très bien la nature de l’arrangement et il voulait être tenu au courant de tous les détails, même les plus petits ».

La défense a cherché à minimiser la question des cadeaux, affirmant qu’ils n’étaient pas tous destinés à Netanyahu et que leur importance n’était pas aussi importante que voulait le dépeindre le parquet.

Hasson a raconté qu’il emmenait Milchan à la résidence du Premier ministre à Jérusalem, rue Balfour. « Mon travail était d’emmener Milchan et des bouteilles de champagne à Balfour – il mettait certaines bouteilles dans une glacière et il allait voir Sara Netanyahu ou Bibi. Il prenait aussi des cigares à l’occasion », a-t-il dit.

Alors qu’il lui était demandé à combien d’occasions il avait pu emmener Milchan à la résidence du Premier ministre, Hasson a répondu : « Une quinzaine de fois ».

Arnon Milchan (à gauche) et Benjamin Netanyahu lors d’une conférence de presse à la Knesset, le 28 mars 2005. (Crédit : Flash90/File)

Il a aussi raconté avoir livré du champagne et des produits gastronomiques de premier choix au domicile privé de Netanyahu, à Césarée, à plusieurs reprises. Dans un cas, il s’y était rendu avec deux caisses de champagne et il avait été accueilli par Netanyahu lui-même, a-t-il précisé.

Hasson a déclaré avoir mis, un jour, douze bouteilles de champagne dans la voiture de Netanyahu, ce que Milchan lui avait demandé de faire. « Quand Sara était partie, elle m’avait demandé si je m’étais occupé d’elle. J’avais répondu par l’affirmative et elle m’avait dit que c’était dans l’intérêt du pays. »

Le procureur a aussi demandé à Hasson s’il avait conscience du prix des bijoux offerts à Sara.

« Quand j’avais commencé ce travail en 2011, Klein m’avait envoyé un fax avec le croquis d’un bijou. Elle ne m’avait rien dit, seulement que je devais l’emmener dans un studio du Moshav HaYogev. Je ne l’avais jamais récupéré. A ce moment-là, Klein m’avait dit que le bijou était pour Sara Netanyahu, » a expliqué Hasson au tribunal, confirmant ainsi un témoignage antérieur de Klein qui avait raconté que Sara dessinait les bijoux qu’elle voulait que Packer lui achète.

Dans un autre exemple, Hasson a raconté comment un assistant de Milchan avait acheté un autre bijou d’une valeur de 45 000 dollars pour Sara.

S’il a affirmé ne jamais avoir vu cette pièce d’orfèvrerie, Hasson a indiqué avoir emmené Klein en voiture rue Balfour pour montrer le reçu à Sara. « Arnon Milchan voulait, en réalité, que Sara voit combien le bijou avait coûté et il a fait passer la pilule en disant à Klein de lui faire croire que c’était pour une question d’assurances ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et son épouse Sara lors de la cérémonie de prestation de serment du 23e gouvernement à la Knesset, le 17 mai 2020. (Alex Kolomoisky/Flash90)

Dans l’Affaire 1000, Netanyahu est accusé d’avoir violé les lois sur le conflit d’intérêt en offrant son aide à Milchan quand ce dernier avait eu besoin de faire renouveler son visa de résidence à long-terme aux États-Unis. Ces violations – en plus des cadeaux faits par Milchan, qui aura offert au chef du Likud du champagne, des bijoux, des cigares et autres produits et objets de luxe à hauteur de 700 000 shekels – seraient constitutives de fraude et d’abus de confiance.

La défense de Netanyahu a cherché à profiter des lacunes figurant dans le narratif du parquet en affirmant que l’ancien Premier ministre et son épouse entretenaient une amitié authentique avec Milchan et que les cadeaux entraient dans le cadre de cette amitié.

La défense a aussi souligné, pendant le contre-interrogatoire de Klein, que les cadeaux avaient commencé avant que Netanyahu ne devienne Premier ministre en 2009 et qu’à au moins une occasion, Sara Netanyahu avait elle-même acheté un présent apparemment coûteux pour l’épouse de Milchan, Amanda, ce qui démontrait que ces relations étaient réciproques.

En plus de l’Affaire 1000, Netanyahu doit répondre de fraude et d’abus de confiance dans deux autres dossiers et il est aussi accusé de pots-de-vin dans l’un d’eux. Il n’a cessé de clamer son innocence.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...