COVID-19 : 17 décès en 24 heures, un bilan sans précédent
Rechercher

COVID-19 : 17 décès en 24 heures, un bilan sans précédent

Le ministère de la Santé a expliqué que 1 731 nouveaux cas avaient été enregistrés mercredi ; 369 personnes sont dans un état grave, 100 sous respirateur

Des soignants du Magen David Adom avec un malade aux abords de la nouvelle unité coronavirus de l'hôpital Shaare Zedek de Jérusalem, le 3 avril 2020 (Crédit : Nati Shohat/Flash90)
Des soignants du Magen David Adom avec un malade aux abords de la nouvelle unité coronavirus de l'hôpital Shaare Zedek de Jérusalem, le 3 avril 2020 (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Le bilan des décès des suites du coronavirus en Israël a grimpé à 639 mercredi soir alors que le pays a enregistré sa journée la plus meurtrière depuis le début de la pandémie avec 17 morts survenues au cours des dernières 24 heures.

Selon le ministère, il y a eu 1 731 nouveaux cas depuis mardi soir, ce qui amène le nombre total des infections à 87 878.

Sur 25 614 cas actifs, 369 personnes se trouvent dans un état grave, 100 ont été placées sous respirateur et 165 sont dans un état modéré, selon les données.

Les autres présentent une version légère ou asymptomatique de la maladie.

Le ministère a expliqué que 27 555 tests avaient été effectués mardi, et que 6,8 % étaient revenus positifs.

Les habitants de Jérusalem portant le masque par crainte du coronavirus font du shopping au Mamilla Mall, à proximité de la Vieille Ville de Jérusalem, le 10 août 2020 (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

L’Etat juif avait enregistré 15 morts en date du 3 août – un chiffre qui n’avait jamais été enregistré jusque-là. Il y a eu environ dix décès par jour des suites de la maladie depuis la mi-juillet, alors que la seconde vague du virus a montré quelques signes de ralentissement.

Mardi, Israël a dépassé la Chine en nombre total de cas depuis le début de la pandémie.

Le chef de la réponse gouvernementale au coronavirus, Ronni Gamzu, a visité mercredi l’hôpital Hadassah Ein Kerem de Jérusalem, qui fonctionne au-delà de ses capacités avec l’afflux des malades de la COVID-19. Pendant ce déplacement, Gamzu a promis d’œuvrer à octroyer plus de financements à cet hôpital de Jérusalem.

C’est Jérusalem qui présente le plus fort taux d’infection dans le pays, avec 3 767 cas actifs.

Lors d’une rencontre avec la municipalité, Gamzu a estimé que les contaminations résultaient des grands rassemblements – y compris les regroupements occasionnés par les manifestations hebdomadaires organisées aux abords de la résidence du Premier ministre.

Les derniers chiffres surviennent alors que les ministres ont débattu d’un plan de « réouverture des cieux », en augmentant le nombre de vols en partance et à destination de l’Etat juif. Les ministres dévoileront jeudi une liste de pays dans lesquels les Israéliens pourront entrer sans devoir se placer en quarantaine, selon le ministère de la Santé.

Le chef de la réponse gouvernementale au coronavirus, Ronni Gamzu, durant une réunion avec le maire de Jérusalem, Moshe Lion, à la mairie de Jérusalem, le 12 août 2020 (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Mercredi également, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que le gouvernement faisait « tout son possible » pour garantir que l’année scolaire débute bien le 1er septembre comme prévu dans un contexte d’inquiétudes sur la réouverture des établissements en pleine épidémie.

« C’est la date que nous visons et elle n’a pas changé », a-t-il martelé au cours d’une réunion entre les ministres de l’Education, de la Santé et des Finances.

Le directeur du ministère de la Santé, Chezy Levy, avait douté, au début de la semaine, que les écoles puissent accueillir les élèves à la date initialement fixée – et que le ministère de l’Education n’a pas la volonté de modifier.

De nouvelles restrictions sont entrées en vigueur, mardi matin, limitant les rassemblements à 20 personnes en plein air et à dix personnes en espace fermé, en limitant également le nombre de passagers dans une voiture à trois, et en exigeant des commerces d’accueillir les clients sur la base d’une personne par sept mètres-carrés.

Les magasins ont l’interdiction de servir des clients qui ne portent pas le masque, ils doivent prendre la température de ceux qui entrent dans leur boutique et ils doivent afficher des panneaux détaillant les protocoles à respecter.

Les espaces de restauration partagés sur les marchés en plein air et dans les centres commerciaux seront fermés. Les livraisons devront être laissées devant la porte des clients.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...