Dans son message de Rosh HaShana, Joe Biden appelle au changement
Rechercher

Dans son message de Rosh HaShana, Joe Biden appelle au changement

Le candidat démocrate à la présidence a mis l'accent sur les thèmes de renouveau de la fête et son engagement envers les valeurs juives

Le candidat démocrate à la présidentielle américaine Joe Biden et son épouse Jill s'adressent à leurs sympathisants juifs pour Rosh Hashanah lors d'une visioconférence, le 17 septembre 2020. (Capture écran / Biden-Harris campaign via JTA)
Le candidat démocrate à la présidentielle américaine Joe Biden et son épouse Jill s'adressent à leurs sympathisants juifs pour Rosh Hashanah lors d'une visioconférence, le 17 septembre 2020. (Capture écran / Biden-Harris campaign via JTA)

Le candidat démocrate à la présidence américaine Joe Biden et son épouse Jill ont salué leurs sympathisants juifs avant Rosh HaShana jeudi, utilisant l’occasion pour appeler à la destitution du président américain Donald Trump.

C’est la deuxième fois en autant de jours que des vœux de bonne année juive se transforment en annonce politique. Trump a adressé ses meilleurs vœux mercredi lors d’un appel à ses sympathisants juifs depuis la Maison Blanche.

Contrairement à Trump, qui a utilisé cet appel pour souligner son soutien à Israël en tant que président, il n’a mentionné l’État juif qu’une seule fois au cours de son message de sept minutes, qui s’est plutôt concentré sur les thèmes du renouveau et de la réflexion de Rosh HaShana, ainsi que sur son engagement plus large à faire avancer les valeurs juives s’il est élu président.

« Ce sont les Journées de l’émerveillement qui nous donnent une chance de redémarrer, de nous exprimer », a commenté le candidat lors d’un webcast organisé par les American Jews for Biden, une branche de sa campagne. « Quel genre de pays voulons-nous être ? Nos deux religions, la vôtre et la mienne, nous enjoignent de ne pas ignorer ce qui nous entoure. »

Biden se souvient d’une leçon que son père lui a inculquée lorsqu’il était enfant – que « le silence est une complicité » – qui, selon lui, l’a aidé à comprendre le vœu que « plus jamais » un génocide tel que la Shoah ne puisse se produire.

Il a fait savoir lors de l’appel qu’il avait emmené ses enfants et petits-enfants visiter les camps de concentration nazis lorsqu’ils étaient assez âgés « pour comprendre qu’il faut parler ».

Le candidat démocrate, un catholique, a évoqué l’épidémie de coronavirus qui ne cesse de se propager aux États-Unis, les troubles sociaux actuels liés au racisme et l’économie malmenée.

« Le point commun entre eux est un président qui aggrave les choses, qui fait appel à notre côté sombre », a dénoncé Biden.

Comme il l’a souvent fait lors d’événements avec des soutiens juifs, Biden a souligné pourquoi il avait décidé de se présenter : il l’a fait après avoir vu des images de néonazis défilant à Charlottesville en 2017, et été consterné par le manque de réaction de Trump.

La femme de Biden, Jill, pédagogue, a cité le rabbin du 19e siècle, Yisrael Salanter, qui a fondé le mouvement éthique juif Musar.

Comme l’a enseigné le rabbin Yisrael Salanter, « tant que la bougie brûle, il est encore possible d’accomplir et de réparer », a-t-elle déclaré. « J’espère que ces jours d’émerveillement renouvelleront votre esprit pour les jours à venir. »

Dans son discours, Joe Biden a indiqué : « Nous pouvons poursuivre la paix dans le monde, y compris en restant un allié solide d’Israël. »

Tout au long de la campagne, il a repoussé les progressistes du Parti démocrate qui sont plus critiques à l’égard d’Israël.

Il a terminé son appel de jeudi en souhaitant une « bonne année » en hébreu.

« Shana tova. Faites-le. Nous pouvons le faire. Ce doit être une meilleure année que l’année dernière », a-t-il conclu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...