« Nous aimons aussi votre pays [Israël] », dit Trump aux Juifs américains
Rechercher

« Nous aimons aussi votre pays [Israël] », dit Trump aux Juifs américains

Dans ses vœux de Rosh HaShana aux chefs de la communauté, le président a averti que les Juifs américains devaient voter Républicain pour le bien d'Israël

Illustration : Le président américain Donald Trump s'entretient au téléphone avec le Premier ministre australien Malcolm Turnbull dans le bureau ovale de la Maison Blanche à Washington, le 28 janvier 2017. (AP/Alex Brandon, File)
Illustration : Le président américain Donald Trump s'entretient au téléphone avec le Premier ministre australien Malcolm Turnbull dans le bureau ovale de la Maison Blanche à Washington, le 28 janvier 2017. (AP/Alex Brandon, File)

WASHINGTON – Le président américain Donald Trump a semblé suggérer à nouveau que les Juifs américains étaient loyaux envers Israël, alors qu’il a exhorté les leaders de la communauté à voter pour lui lors d’un bref appel téléphonique pré-Rosh HaShana mercredi.

Trump a terminé l’appel de 20 minutes en disant aux dirigeants juifs : « Nous vous apprécions vraiment… Nous aimons aussi votre pays. »

Ces commentaires font écho à d’autres qu’il a tenus par le passé et qui suggéraient déjà que les Juifs américains avaient pour nation Israël – notamment lors d’une fête de Hanoukka à la Maison Blanche il y a deux ans.

Ces propos avaient été critiqués, parce qu’ils semblaient porter une accusation de double allégeance, rappelant les calomnies antisémites classiques qui ont fait que les Juifs ont été considérés avec suspicion pendant des siècles.

En présentant son gendre juif, Jared Kushner, qui a joué un rôle clé dans la négociation d’accords historiques avec les Emirats arabes unis et le Bahreïn, signés mardi à la Maison Blanche, M. Trump l’a qualifié de « leader incroyable pour Israël ».

« Ici, j’ai un beau-fils et une fille qui sont Juifs, j’ai de beaux petits-enfants qui sont Juifs, j’ai toutes ces réussites incroyables », a-t-il déclaré dans un enregistrement officieux de l’appel transmis au Times of Israël.

Le président américain Donald Trump écoute Jared Kushner s’exprimant dans le bureau ovale de la Maison Blanche, le 11 septembre 2020 à Washington, après que Trump a annoncé que les Etats-Unis avaient négocié un accord de paix entre Israël et Bahreïn. (AP/Andrew Harnik)

« Je peux honnêtement dire qu’il n’y a pas eu de plus grand président pour le peuple juif dans l’histoire que Donald Trump », a déclaré Kushner.

Semblant brouiller la frontière entre les événements de la Maison Blanche et la campagne électorale, M. Trump a pressé ses interlocuteurs d’œuvrer en sa faveur pour la prochaine élection présidentielle et a affirmé qu’Israël souffrirait s’il n’était pas réélu cet automne.

Le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn, Abdullatif bin Rashid Al-Zayani, le Premier ministre d’Israël, Benjamin Netanyahu, et le président des États-Unis, Donald Trump, participent à la cérémonie de signature des Accords d’Abraham sur la pelouse sud de la Maison Blanche, le 15 septembre 2020 à Washington. (Alex Wong/Getty Images/AFP)

« Je dois dire que tout ce que vous pourrez faire en ce qui concerne le 3 novembre sera très important car si nous ne gagnons pas, Israël aura de gros problèmes », a déclaré M. Trump.

Arthur Stark, le président de la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines, a demandé quels étaient les plans de Trump pour aider Israël à affronter des acteurs tels que l’Iran et la Turquie qui soutiennent des groupes terroristes comme le Hamas et le Hezbollah. Réponse de Trump : « Votez Républicain. »

« C’est vraiment un moment très important dans la vie et la sécurité d’Israël. Et nous ferons un excellent travail », a-t-il déclaré. « Si l’autre camp gagne, tous les paris sont ouverts. Je pense que ce sera une toute autre histoire. Je pense que ce sera exactement le contraire. »

Le président américain Barack Obama (à droite) et le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pendant une réunion dans le bureau ovale de la Maison Blanche, à Washington, le 9 novembre 2015. (Crédit : AFP / SAUL LOEB)

Trump a souligné qu’il s’était retiré de l’accord nucléaire iranien et a déclaré qu’Obama, qui a négocié cet accord, avait « humilié » le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

« Je me souviens que Bibi est venu le supplier, le supplier jusqu’à un point d’humiliation de ne pas conclure l’accord sur l’Iran », a déclaré M. Trump. « Il l’a fait. Je l’ai brisé, mais il l’a fait. Et pourtant, les démocrates font 75 % d’actions de ce genre. C’est automatique. J’espère que vous pourrez faire mieux avec ça. J’espère que vous pourrez expliquer aux gens ce qui se passe. »

Les Juifs votent traditionnellement en grand nombre pour le candidat démocrate à la présidence. Un sondage de cette semaine a montré que Joe Biden recueillait 67 % des voix des Juifs et Trump 30 %.

Mais les électeurs juifs dans les États-charnière, en particulier en Floride, pourraient modifier ce qui pourrait être une élection serrée, et Trump a fait savoir qu’il était intrigué par le fait qu’il n’obtenait pas une plus grande part du vote juif.

Le président américain Donald Trump en compagnie de la première dame Melania Trump, avec, de gauche à droite, le vice-président Mike Pence, Jared Kushner et Ivanka Trump et leurs enfants Arabella Kushner et Joseph Kushner, applaudissant lors d’une cérémonie pour la fête de Hanoukka dans la salle Est de la Maison Blanche, le 11 décembre 2019 à Washington. (AP/Manuel Balce Ceneta)

« Ce qui m’étonne vraiment, et je dois vous le dire, parce que j’ai vu un sondage selon lequel lors des dernières élections, j’avais obtenu 25 % des votes juifs », a déclaré M. Trump. « Je suis étonné qu’il semble être presque automatiquement démocrate. »

« Le président Obama [était] le pire président, de loin, qu’Israël ait jamais connu aux États-Unis… Pourtant, les Démocrates ont obtenu 75 % [au sein de la population juive]. »

« J’espère que vous pourrez améliorer cela [et] expliquer aux gens ce qui se passe », a déclaré M. Trump. « Nous devons obtenir plus de soutien du peuple juif – pour Israël… Nous devons être capables de bien faire le 3 novembre, et j’espère que vous pourrez mobiliser tout le monde. Sinon, tout ce que nous avons fait, je pense, pourrait être défait et nous ne souhaitons pas cela. »

Le président a énuméré ce que son administration faisait pour Israël, disant qu’elle versait 4,2 milliards de dollars d’aide annuelle au pays. Il faisait référence au chiffre de 3,8 milliards de dollars, qui provient d’un accord négocié par le prédécesseur de Trump, Barack Obama.

« Nous sommes au Moyen-Orient pour Israël », a déclaré M. Trump, une position qui semble être en contradiction avec la myriade d’intérêts, y compris la libre circulation du pétrole, que les États-Unis ont dans la région.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) lors d’une conférence de presse conjointe avec le vice-président des États-Unis Joe Biden au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 9 mars 2016, pendant la visite officielle de M. Biden en Israël et à l’Autorité palestinienne. (Amit Shabi/POOL)

La campagne de Biden a critiqué Trump pour ses propos.

« L’incapacité de Trump à s’empêcher de se livrer à des stéréotypes antisémites est inquiétante et dangereuse en soi, mais ce n’est malheureusement pas une surprise. Qu’il s’agisse de qualifier les nazis et autres racistes de ‘gens très bien’ ou de suggérer à plusieurs reprises que les Juifs américains sont en quelque sorte moins que loyaux envers les États-Unis d’Amérique, ce qui reste étonnant, c’est le silence de ses partisans – en particulier ceux de notre communauté », a déclaré Aaron Keyak, directeur du panel juif de la campagne en faveur de Biden.

« Quand Trump nous dit que ‘nous aimons aussi votre pays’, nous comprenons très bien. Les antisémites aussi », a déclaré M. Keyak.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...