D’après leur chef, l’armée iranienne pourrait adopter une « approche offensive »
Rechercher

D’après leur chef, l’armée iranienne pourrait adopter une « approche offensive »

Mohammad Bagheri fait savoir que Téhéran se prépare à changer de tactique ; le commandant des forces terrestres affirme que ses troupes sont prêtes à des opérations "offensives"

Le chef des forces armées iraniennes, le général de division Mohammad Bagheri, (à gauche), avec le général Fahd al-Freij, (à droite), ministre syrien de la Défense, au ministère de la Défense de Damas, le 18 octobre 2017. (Crédit : STRINGER/AFP)
Le chef des forces armées iraniennes, le général de division Mohammad Bagheri, (à gauche), avec le général Fahd al-Freij, (à droite), ministre syrien de la Défense, au ministère de la Défense de Damas, le 18 octobre 2017. (Crédit : STRINGER/AFP)

Le chef d’état-major iranien a fait savoir dimanche que Téhéran se préparait à adopter une tactique militaire offensive dans le but de protéger ses intérêts nationaux.

« Parmi les stratégies étendues du pays se trouve une stratégie défensive. Nous défendrons l’indépendance, l’intégrité territoriale et les intérêts personnels du pays, » a indiqué le général Mohammad Bagheri, cité par la chaîne iranienne Press TV.

Il a également indiqué que l’Iran n’avait pas l’intention de s’accaparer des territoires étrangers, mais que « pour protéger nos réussites et intérêts nationaux, nous pourrions adopter une approche offensive ».

Parallèlement dimanche, le général de brigade Kiumars Heidari, commandant des forces terrestres iraniennes, assurait que ses troupes s’étaient transformées en une force « en mouvement et offensive ».

« Pour protéger l’Iran, nos forces armées n’ont plus besoin d’approches asymétriques. Nous sommes dans une phase où nous sommes en mesure de protéger notre patrie… en recourant à des approches offensives adaptées, » aurait-il dit d’après Press TV.

Un missile balistique Khalij Fars pendant une parade militaire en Iran. (Crédit : armée iranienne/CC BY-SA 3.0/WikiMedia)

Ces annonces des chefs militaires iraniens surviennent quelques jours après les exercices annuels de l’infanterie de la République islamique, qui ont réuni environ 12 000 hommes, des avions de chasse, des véhicules blindés et des drones.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...