Délégation bipartite de femmes du Congrès US : nos 2 partis soutiennent Israël
Rechercher

Délégation bipartite de femmes du Congrès US : nos 2 partis soutiennent Israël

Une délégation de femmes démocrates et républicaines a rencontré Netanyahu, Gantz et Erekat, et les 3 veulent que les Israéliens et les Palestiniens vivent "côte à côte en paix"

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Les membres d'une délégation bipartisane de femmes du Congrès américain dans un kibboutz près de la frontière de Gaza, novembre 2019. Le groupe comprenait Bonnie Watson Coleman, Brenda Lawrence, Angie Craig, Mikie Sherrill, Debbie Wasserman Schultz, Susie Lee et Martha Roby. (Autorisation)
Les membres d'une délégation bipartisane de femmes du Congrès américain dans un kibboutz près de la frontière de Gaza, novembre 2019. Le groupe comprenait Bonnie Watson Coleman, Brenda Lawrence, Angie Craig, Mikie Sherrill, Debbie Wasserman Schultz, Susie Lee et Martha Roby. (Autorisation)

Une délégation bipartite de femmes membres du Congrès s’est rendue en Israël cette semaine pour souligner qu’il n’y a « pas l’ombre d’une différence » entre les partis démocrate et républicain lorsqu’il s’agit de garantir la solidité des relations entre les Etats-Unis et Israël, et de soutenir Israël en tant qu’Etat juif démocratique, a déclaré jeudi la dirigeante du groupe.

S’adressant au Times of Israel par téléphone alors que la délégation parcourait le pays, Debbie Wasserman Schultz, démocrate de Floride, a déclaré que la délégation avait rencontré le Premier ministre Benjamin Netanyahu, Benny Gantz, chef du parti Kakhol lavan et Saeb Erekat, ancien chef des négociations palestinien, et trouvé « réconfortant » d’entendre leur point de vue similaire concernant l’importance pour Israéliens et Palestiniens de vivre « côte à côte en paix ».

Deux autres membres de la délégation étaient également présents – Martha Roby (républicaine de l’Alabama) et Angie Craig (démocrate du Minnesota). La délégation comprenait également Bonnie Watson Coleman, Brenda Lawrence, Mikie Sherrill et Susie Lee, membres du Congrès.

Interrogée sur les inquiétudes d’Israël quant au fait que certains membres très en vue du parti démocrate ont critiqué fortement Israël et que trois candidats démocrates à la présidence – Bernie Sanders, Elizabeth Warren et Pete Buttigieg – ont parlé de se servir de l’aide militaire américaine afin de pousser Israël à modifier ses politiques sur les implantations et les Palestiniens, Wasserman Schultz a répondu : « Bien au contraire : Le message qui nous a été donné, en particulier par le Premier Ministre Netanyahu, est qu’il ne ressent ni ne croit qu’il y a une érosion de notre soutien ».

La représentante démocrate Debbie Wasserman Schultz. (AP/Richard Drew)

Elle a ajouté qu’il y avait en Israël une prise de conscience du fait qu’“il existe des divergences d’opinion mineures entre les différents dirigeants”, mais que Jérusalem reconnaît que la situation générale est celle d’un « soutien massif [pour Israël] par les deux partis ». (La collègue de Craig, Ilhan Omar, membre du Congrès démocrate du Minnesota, s’est vu refuser l’entrée en Israël cet été, ainsi que Rashida Tlaib, démocrate du Michigan, lors d’une tournée organisée par une organisation palestinienne anti-Israël, en raison de leur soutien au boycott d’Israël. Omar a demandé l’arrêt de l’aide américaine à Israël jusqu’à ce que soient accordé aux Palestiniens des « droits sans restriction », tandis que Tlaib a comparé Israël à l’apartheid en Afrique du Sud et soutenu une formule à État unique pour mettre fin au conflit israélo-palestinien qui signifie essentiellement la fin d’Israël en tant qu’État juif.)

« J’ai été particulièrement heureuse d’entendre le Premier ministre le dire », a déclaré Wasserman Schultz, ancienne présidente du Comité national démocrate, notant qu’il l’avait fait dans ses propres remarques plutôt que pour répondre à une question. « Je l’ai toujours entendu dire ça. Il l’a souligné depuis l’époque d’Obama. »

Des membres d’une délégation bipartisane de femmes du Congrès américain en tournée en Israël visitent la Recovery Home for Save A Child’s Heart, où elles ont rencontré des enfants du monde entier venus en Israël pour recevoir des soins vitaux, en novembre 2019. Le groupe comprenait Bonnie Watson Coleman, Brenda Lawrence, Angie Craig, Mikie Sherrill, Debbie Wasserman Schultz, Susie Lee et Martha Roby. (Autorisation)

Schultz Wasserman a insisté : « Il n’y a pas l’ombre d’une différence entre les deux partis. Les deux soutiennent Israël en tant qu’État juif et démocratique ». Il s’agissait d’une délégation bipartite, a-t-elle dit, précisément  » pour démontrer qu’il n’y a pas l’ombre d’une différence entre les deux partis américains sur la solidité des relations américano-israéliennes ».

Martha Roby, représentante républicaine de l’Alabama au Congrès, Washington D.C., le 10 octobre 2011. (Shealah Craighead)

Elle a déclaré que l’un des principaux objectifs du voyage était d’amener un groupe composé uniquement de femmes « à aborder la sécurité et les autres défis dans une perspective nettement féminine ». A cette fin, la délégation a rencontré des femmes leaders dans de nombreux domaines, y compris des journalistes, des chefs de start-ups et des membres de la Knesset du Likud et de Kakhol lavan.

Leurs entretiens avec Netanyahu, Gantz et Erekat ont mis en évidence la priorité de ramener les parties à la table pour des « négociations bilatérales directes », a-t-elle ajouté.

A la question de savoir si ces conversations avaient donné des raisons d’être optimiste, elle a répondu : « Nous avons tous été agréablement surpris… C’était réconfortant d’entendre à quel point ils avaient le même langage. »

Elle a dit que tous les trois ont indiqué qu’ils reconnaissaient « qu’il n’y a pas d’autre option » que « deux peuples vivant côte à côte dans la paix. Ils ne sont certainement pas d’accord sur les détails », a-t-elle dit, mais leur message était dans l’ensemble similaire. Et comme les objectifs sont similaires, elle a conclu que « les détails sont très compliqués mais réalisables ».

Angie Craig, représentante démocrate du Minnesota au Congrès, à Minneapolis, le 24 août 2016. (AP Photo/Jim Mone, File)

Lorsqu’on lui a demandé si Netanyahu ou Gantz avaient exprimé un soutien de principe pour la création d’un État palestinien, elle a répondu que les conversations étaient officieuses et qu’elle était disposée à discuter du message général mais qu’il serait inapproprié d’entrer dans les détails.

L’ordre du jour de la délégation comprenait également une visite de certaines parties de la zone frontalière nord, où les dirigeants politiques et militaires israéliens ont récemment exprimé leurs préoccupations quant à la perspective d’une agression iranienne ou soutenue par l’Iran contre Israël.

Wasserman Schultz a préféré ne pas commenter les préoccupations israéliennes concernant la réduction du déploiement militaire de l’administration américaine en Syrie et la perception du désengagement de ce pays. Elle a toutefois souligné que toute menace pour la sécurité d’Israël compromettait les perspectives de reprise et de progrès des négociations bilatérales.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...