Rechercher

« Déportés. Leur ultime transmission » : une rencontre avec des survivants à Paris

La photographe Karine Sicard-Bouvatier a immortalisé des rencontres entre des survivants et des jeunes ; l'évènement sera organisé dimanche 17 à la synagogue Beaugrenelle, à Paris

Des photos de "Déportés : Leur ultime transmission" de Karine Sicard-Bouvatier. (Crédit : Éditions de la Martinière)
Des photos de "Déportés : Leur ultime transmission" de Karine Sicard-Bouvatier. (Crédit : Éditions de la Martinière)

Une rencontre intitulée « Déportés : Leur ultime transmission » avec trois survivants de la Shoah et la photographe Karine Sicard-Bouvatier sera organisée dimanche 17 octobre, de 14 à 17h, à la synagogue Beaugrenelle (11 Rue Gaston de Caillavet, 15e arrondissement de Paris). L’évènement est proposé par l’association « Les Voix de la Paix » du rabbin Yann Boissière, en partenariat avec Judaïsme en Mouvement. L’entrée est gratuite, sur inscription.

Afin de « favoriser le passage de relais de la mémoire entre des rescapés de la Shoah et des jeunes d’aujourd’hui », la photographe a immortalisé dans un livre publié aux Éditions de la Martinière en avril dernier 25 rencontres entre des survivants et des adolescents ayant leur âge, Juifs ou non-Juifs, au moment de leur arrestation.

Dans l’ouvrage, Léon Placek raconte ainsi à Gaston, 12 ans, comment il a survécu à la déportation : « Auschwitz est aujourd’hui un symbole. C’est aussi le plus grand cimetière du monde où il n’y a pas un mort. Ils sont tous partis en fumée. »

Bertrand Herz rappelle à Octave, 14 ans, la nécessité de « garder foi en l’humanité », malgré ce qu’il a vécu.

Judith Elkán-Hervé, déportée à 18 ans, confie elle ce message à Théa : « Je voudrais dire à la jeunesse qu’il faut aimer la vie. Faire ce que l’on aime faire. Il ne faut pas être insouciant, mais être confiant et rester toujours digne. »

Les photos du livre seront exposées à l’entrée de la synagogue. Les trois survivants qui devraient être présents pour témoigner, en compagnie de jeunes qui ont également participé au livre, sont Elie Buzyn, Judith Hervé et Henri Zajdenwerger. Yann Boissière a également annoncé la présence éventuelle de Ginette Kolinka. Un groupe de musique sera présent pour animer l’évènement d’interludes musicaux. L’après-midi se poursuivra par un buffet.

« Le témoignage des survivants de la Shoah et leur réception par les jeunes générations, s’il ne peut être une réparation pour les millions de voix qui manquent à l’appel, est un exercice de dignité. Par la justesse de son regard, Karine Sicard-Bouvatier lui a donné la sobre, belle et pertinente expression de l’espoir », explique le rabbin.

« Imaginées comme un mouvement porteur de dialogue entre les religions, spiritualités et mouvements philosophiques au sens le plus large, et la République, ‘les Voix de la Paix’ ont vocation à soutenir toutes les initiatives qui œuvrent au travail des mémoires et à leur transmission », ajoute-t-il.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...