Des Juifs sud-africains portent plainte contre un politicien pour des tweets sur la Shoah
Rechercher

Des Juifs sud-africains portent plainte contre un politicien pour des tweets sur la Shoah

Le Board of Deputies attends qu’Andile Mngxitama s’excuse pour avoir fait l’éloge des “abat-jours et des savons juifs”, et qu’il participe à un programme d’éducation sur le génocide

Andile Mngxitama, dirigeant du parti Black First Land First (BLF), en juillet 2017. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Andile Mngxitama, dirigeant du parti Black First Land First (BLF), en juillet 2017. (Crédit : capture d'écran YouTube)

La communauté juive sud-africaine a porté plainte lundi contre un politicien qui a publié des tweets qui dénigrent la Shoah et qui se moquent de ses victimes.

Le South African Board of Deputies, l’organisation représentant la communauté dans le pays, a porté plainte auprès du tribunal de l’égalité contre Andile Mngxitama qui a, le mois dernier, a rendu hommage aux nazis pour leur fabrication d’abat-jours et de savons à partir des restes des dépouilles des Juifs qu’ils avaient assassinés, selon un article publié mardi par le South African Times.

« Pour ceux qui affirment que l’héritage de l’Holocauste n’est que négatif, pensez aux abat-jours et aux savons juifs », avait-il écrit.

Mngxitama, qui a fondé et dirige le parti d’extrême-gauche Black First Land First (BFLF), qui ne détient aucun siège au parlement, a continué par un autre tweet antisémite.

« Je suis d’accord avec @helenzill, l’arôme de la chair qui brûle depuis la fournaise de l’Holocauste pourrait couper l’appétit aux cannibales sud-africains », a-t-il écrit.

Le Board of Deputies a condamné ces tweets. « C’est affligeant que n’importe qui puisse aisément et publiquement tout déshumaniser de la sorte. Et c’est d’autant plus scandaleux quand cela vient d’une personnalité publique, qui détient une voix politique », a indiqué le Board of Deputies dans un communiqué.

Le lendemain, Mngxitama a réagi et a attaqué les « sionistes » sur Twitter.

« Je vois que les sionistes et leurs laquais sont dans un État. C’est facile et c’est à propos de la terre. La terre noire ici et la terre palestinienne en Palestine occupée », a-t-il dit.

Le Board of Deputies a affirmé que Mngxitama avait violé l’Equality Act, qui interdit tout discours raciste.

« M. Mngxitama a une attitude qui équivaut à un discours haineux contre la communauté juive d’Afrique du Sud, et le people juif en général », a dit à la cour Wendy Kahn, directrice nationale du Board of Deputies.

« De tels propos créent un climat au sein duquel les attitudes racistes et haineuses peuvent fleurir, et un environnement hostile et intimidant est créé pour les personnes ciblées par ces propos racistes », dit-elle.

La déclaration sous serment de Kahn se poursuit : « suites aux publications de M. Mngxitama, son compte Twitter – on recense environ 75 000 followers sur son compte Twitter – devenu une plateforme et un espace de parole pour davantage de discours antisémite raciste, et qui défend la haine basée sur la religion et/ou l’ethnie. »

Elle a demandé au juge de l’obliger à présenter des excuses et à prendre part à un programme éducatif au Centre sur la Shoah et le génocide de Johannesburg. S’il ne se plie pas à ces deux contraintes, le Board of Deputies a demandé à ce qu’il soit condamné à une amende de 150 000 rands (environ 10 000 €), qu’il offrira au Nelson Mandela Children’s Fund.

Khan a déclaré que le programme éducatif enseignerait à Mngxitama l’impact que ses mots peuvent avoir.

« M. Mngxitama apprendra que le génocide rwandais n’est pas un simple incident, a-t-elle dit. Il a évolué, notamment par des références à la radio, qui traitait leurs cibles de ‘cafards’… Il apprendra que ce type de propos, en plus de violer la dignité des membres du groupe visé et de les blesser psychologiquement, peuvent également potentiellement blesser physiquement le groupe visé. »

Mngxitama ne semblait pas éprouver de remords après le dépôt de la plainte, indiquant qu’il était celui qui était victime de racisme.

« Je rencontrerais le Jewish Board of Deputies raciste au Tribunal d’Égalité. Vous voyez le pouvoir des Blancs ? La victime devient l’agresseur », a-t-il tweeté.

Il a ajouté : « les idiots sionistes s’attribuent le rôle d’enseignants de la souffrance ? Je commencerais leur éducation avec l’holocauste des noirs. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...