Des Palestiniens raillent le négociateur de Trump et sa diplomatie sur Twitter
Rechercher

Des Palestiniens raillent le négociateur de Trump et sa diplomatie sur Twitter

Jason Greenblatt se dit "toujours disposé à rencontrer leurs dirigeants", mais continuera à s'exprimer "sur Twitter pour que le public puisse connaître les positions de chacun"

Jason Greenblatt, représentant spécial du président américain Donald Trump pour les négociations internationales, (au centre), lors d'une visite en Israël qui comprend la périphérie de Gaza, l'hôpital Ziv à Safed et la Vieille Ville de Jérusalem, 29-30 Août, 2017. (Crédit : Ambassade des États-Unis à Jérusalem/via JTA)
Jason Greenblatt, représentant spécial du président américain Donald Trump pour les négociations internationales, (au centre), lors d'une visite en Israël qui comprend la périphérie de Gaza, l'hôpital Ziv à Safed et la Vieille Ville de Jérusalem, 29-30 Août, 2017. (Crédit : Ambassade des États-Unis à Jérusalem/via JTA)

WASHINGTON (JTA) – Jason Greenblatt se dit toujours prêt pour la diplomatie en face à face après avoir défendu le style virtuel sur Twitter.

« Nous continuons à rencontrer des Palestiniens ordinaires et sommes toujours disponibles pour rencontrer leurs dirigeants », a déclaré lundi sur Twitter le principal négociateur du président américain Donald Trump pour la paix au Moyen Orient, après qu’une responsable palestinienne, Hanan Ashrawi, se soit moquée de lui pour avoir présenté Twitter comme un outil diplomatique de dialogue.

Greenblatt a dit qu’il continuerait d’utiliser Twitter pour transmettre son message directement aux parties.

« Nous sommes également déterminés à répondre à la désinformation propagée par certains dirigeants palestiniens et à être clairs sur nos politiques », a-t-il ajouté.

Jason Greenblatt, envoyé du président des États-Unis pour le processus de paix (à gauche), rencontre le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas au bureau du président dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 14 mars 2017. (Crédit : AP Photo/Majdi Mohammed)

Les responsables palestiniens ont coupé les ponts avec les responsables de l’administration Trump depuis décembre 2017, lorsque Trump a reconnu Jérusalem comme la capitale d’Israël. La décision ultérieure de Trump de couper pratiquement tout financement aux Palestiniens a enraciné le refus de ces derniers de coopérer.

Greenblatt utilise Twitter pour expliquer les politiques de l’administration Trump. Il a déclaré la semaine dernière que l’Autorité palestinienne devait mettre fin à ses subventions aux familles des terroristes Palestiniens reconnus coupables d’avoir des Israéliens.

« Cesser de récompenser les terroristes qui tuent des Israéliens », a déclaré Greenblatt le 1er février, en réponse aux plaintes concernant la suppression du financement émises par le porte-parole de l’AP, Nabil Abu Rudeineh.

Hanan Ashrawi, membre du Comité exécutif de l’OLP, lors d’une conférence de presse le 24 février 2015 à Ramallah. (WAFA)

Dans le même fil, Greenblatt a dit : « Qui a dit que les USA et l’AP ne se parlent pas ? La seule différence aujourd’hui, c’est que nous parlons de ces questions en public sur Twitter pour que le public puisse comprendre les positions de chacun ».

Ashrawi, membre du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine, s’est moquée de Greenblatt – dans un tweet, naturellement.

« La satisfaction instantanée d’un tweet ne saurait en aucun cas remplacer un engagement sérieux dans la recherche de véritables solutions », a-t-elle déclaré.

Greenblatt a répondu : « Dr Ashrawi, ma porte est toujours ouverte à l’AP et aux Palestiniens pour discuter. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...