Des voitures vandalisées, des maisons taguées dans un acte anti-Palestiniens
Rechercher

Des voitures vandalisées, des maisons taguées dans un acte anti-Palestiniens

Les caméras de sécurité d'un village du nord de la Cisjordanie montrent un suspect cagoulé en train de crever les pneus d'une des douze voitures endommagées

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Les Palestiniens d’As-Sawiya, dans le nord de la Cisjordanie, se sont réveillés lundi matin et ont découvert que leur village avait été la cible d’un crime haineux présumé, avec 12 voitures vandalisées et des graffitis en hébreu peints à la bombe sur le mur d’une maison.

Une caméra de sécurité a filmé un suspect cagoulé avec un sac à dos s’approchant d’un véhicule, se baissant et crevant les pneus. Une maison voisine a été retrouvée barbouillée d’une étoile de David et de la phrase « La nation d’Israël vit ».

La police a déclaré avoir été alertée de l’incident et s’apprêtait à entrer à As-Sawiya pour recueillir des preuves.

L’incident survenu près de l’implantation de Rehelim avait pour toile de fond ce que le groupe de défense des droits Yesh Din dit avoir été trois mois particulièrement violents, au cours desquels les villages palestiniens ont été visés à 44 reprises dans des attaques dites du « Prix à payer ».

Un véhicule visé par une attaque de « Prix à payer » présumée dans le village palestinien d’As-Sawiya dans le nord de la Cisjordanie, le 8 juin 2020. (Municipalité d’As-Sawiya)

Selon Yesh Din, 21 de ces cas impliquaient des violences contre des Palestiniens, tandis que les autres attaques visaient des biens.

Quatorze des incidents ont eu lieu dans la région de Naplouse au nord de la Cisjordanie, dix cas ont été documentés dans la région de Ramallah au centre de la Cisjordanie et huit cas ont été signalés dans la région de Hébron au sud de la Cisjordanie.

Malgré des dizaines de crimes haineux visant les Palestiniens et leurs biens au cours de l’année dernière, les arrestations de suspects ont été extrêmement rares.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...