Israël en guerre - Jour 145

Rechercher

Dortmund honore son seul maire juif, mort dans la pauvreté à cause des politiques nazies

Une nouvelle initiative vise à rendre hommage à Paul Hirsch, qui a transformé la ville mais s'est vu refuser une pension par le gouvernement parce qu'il était juif

Les descendants de Paul Hirsch commémorent l'ancien maire allemand à Dortmund, le 30 novembre 2023. (Crédit : Combat Antisemitism Movement via JTA)
Les descendants de Paul Hirsch commémorent l'ancien maire allemand à Dortmund, le 30 novembre 2023. (Crédit : Combat Antisemitism Movement via JTA)

BERLIN (JTA) – Lorsqu’Adi Amit s’est tenue devant l’hôtel de ville de Dortmund, s’adressant à une assemblée loin d’Israël, où elle vit, elle a senti les yeux de son arrière-arrière-grand-père, Paul Hirsch, regarder par-dessus son épaule. Au sens figuré, bien sûr.

Le 30 novembre, la ville de Dortmund a dévoilé une bannière géante représentant Hirsch, qui a été maire de la ville de 1925 à 1933, date à laquelle il s’est retiré pour des raisons de santé. Le gouvernement nazi lui ayant refusé une pension parce qu’il était juif, Hirsch est mort dans la pauvreté à Berlin en 1940, à l’âge de 71 ans. Sa femme Lucie s’est suicidée en 1941 après avoir reçu un avis de déportation. Tous deux sont enterrés au cimetière Weissensee de Berlin.

« Comme beaucoup, Paul a dû faire face à de nombreux défis dans sa vie, simplement parce qu’il était Juif », a expliqué Amit, 24 ans, à la foule présente lors de la cérémonie d’inauguration. « Mais aujourd’hui, environ 90 ans [après l’arrivée au pouvoir des nazis], nous sommes réunis ici en Allemagne pour commémorer et reconnaître l’homme qu’il était et les contributions significatives qu’il a apportées. »

« C’est une lueur pour moi, surtout compte tenu de la terrible réalité que nous vivons depuis le 7 octobre », a-t-elle ajouté, faisant référence à l’attaque terroriste menée par le Hamas dans le sud d’Israël, au cours de laquelle près de 1 200 personnes ont été sauvagement assassinées et 240 autres enlevées pour être emmenées dans la bande de Gaza.

La banderole restera exposée à l’extérieur de l’hôtel de ville jusqu’en janvier, et des projets sont apparemment en cours pour rendre hommage à Hirsch de façon permanente dans la ville.

« J’ai juste parlé, et j’ai eu l’impression qu’il me regardait », a confié Amit à la Jewish Telegraphic Agency. « D’une certaine manière, j’avais l’impression d’être connectée à lui, surtout à ce moment-là. Et je ne pense pas que j’aurais eu d’autre occasions de me sentir aussi connectée à lui autrement. »

Par ailleurs, le maire de Dortmund, Thomas Westphal, a annoncé des plans pour nommer un prix annuel en l’honneur de Hirsch et inviter les membres de la famille chaque année à la cérémonie de remise des prix. Aucun détail n’a encore été révélé sur la nature du prix.

L’événement s’est déroulé lors du Sommet européen des maires contre l’antisémitisme 2023, un projet du Combat Antisemitism Movement (CAM), une organisation à but non lucratif basée aux États-Unis. Le sommet a réuni environ 120 représentants de 60 villes à travers l’Europe à Dortmund du 29 novembre au 1er décembre pour des panels et des discussions sur les défis et les meilleures pratiques. Il comprenait également une rencontre avec Natalie Sanandaji, survivante du massacre du festival de musique Nova le 7 octobre.

Il s’agit du troisième sommet de ce type que le fondateur et PDG du CAM, Sacha Roytman Dratwa, a organisé depuis 2019. Le premier partenariat, avec Francfort, était numérique et organisé pendant la pandémie de COVID-19. En 2022, un événement en direct a eu lieu à Athènes, et cette année, des rassemblements ont eu lieu à Dortmund et à Fort Lauderdale, en Floride.

« Lorsque nous avons commencé à travailler avec la ville de Dortmund, nous ne connaissions pas l’histoire de Paul Hirsch », a déclaré Dratwa lors d’un entretien téléphonique depuis Israël. « Dans le cadre de la préparation, nous avons commencé à en apprendre davantage sur la ville et nous avons fait des recherches en ligne. »

Selon la Jewish Virtual Library, en 1933, 4 108 Juifs vivaient à Dortmund, qui comptait une population totale de 540 000 habitants. La ville, dans la région de la Ruhr en Allemagne, était connue pour son industrie du charbon et de l’acier et a été fortement bombardée pendant la Seconde Guerre mondiale. La communauté juive actuelle à Dortmund compte environ 2 600 personnes, selon les dernières statistiques du Conseil central des Juifs en Allemagne.

Hirsch est né en 1868 et a étudié la médecine et l’économie avant de se lancer dans une carrière politique avec le Parti social-démocrate à Berlin. Il a gravi les échelons et a été Premier ministre de l’État de Prusse (une région maintenant en Pologne et en Russie) de 1918 à 1920. Hirsch est devenu le célèbre architecte politique du « Greater Berlin », une conglomération des nombreux quartiers de la ville qui a formalisé les limites de la ville. Il a ensuite été sollicité pour faire de même à Dortmund, réalisant ce qui aurait été la deuxième plus grande transformation régionale municipale en Allemagne depuis Berlin.

Pourtant, son histoire est peu connue. Une courte biographie de Renate Karnowsky occupe un chapitre d’un livre de 1984 en allemand sur l’histoire prussienne, et il existe des Stolpersteine et une plaque sur la maison où lui et Lucie vivaient à Berlin.

Les filles de Paul et Lucie ont réussi à fuir l’Allemagne nazie : Eva via l’Angleterre et l’Afrique du Sud et enfin en Californie ; et Thea au Pérou, où elle a épousé Max Kahn, un réfugié de Cologne, et a fondé une famille.

Une femme devant une stèle commémorative où se tenait l’ancienne synagogue avant qu’elle ne soit détruite par les nazis en 1938 à Dortmund, en Allemagne, le 9 novembre 2021. (Crédit : AP Photo/Martin Meissner)

Le mois dernier, Leopoldo Kahn, le fils de Thea et Max, est venu de San Diego avec sa femme Marilyn et d’autres membres de la famille pour le dévoilement de la bannière à Dortmund.

« Vous ne pouvez pas imaginer la sensation que j’ai eue quand j’ai vu cette bannière se dérouler et que nous avons vu la photo là-bas », a déclaré Kahn à la JTA lors d’un entretien téléphonique. « J’avais le sentiment que enfin quelque chose était fait pour mon grand-père. »

Kahn, un homme d’affaires à la retraite qui a déménagé du Pérou aux États-Unis il y a 35 ans, a déclaré avoir beaucoup appris sur ses grands-parents et sa tante Eva. « Et plus tard, j’ai beaucoup lu sur lui. Et ce n’était pas n’importe qui. »

Il a dit à la foule ce jour-là à Dortmund que sa famille était « la preuve vivante que malgré les efforts des antisémites, nous sommes ici, pérennes. »

Cependant, la complaisance est dangereuse, a-t-il ajouté. « Cette réunion est un signal d’alarme que les erreurs… commencent malheureusement à se répéter dans le monde entier, et nous devons travailler pour stopper ces attitudes et cette haine. »

Les contacts avec les descendants de Hirsch ont été établis il y a environ un an, grâce à l’activiste spécialisé dans la lutte contre l’antisémitisme de Dortmund, Daniel Lörcher, qui était alors responsable de la responsabilité d’entreprise au club sportif professionnel Borussia Dortmund. Depuis, il a fondé What Matters, une société de conseil pour des projets liés à l’antisémitisme, au racisme et à d’autres formes de discrimination.

Lörcher avait contacté la famille Amit en Israël en raison de son travail de sensibilisation à l’histoire juive locale. Il en avait entendu parler par un ami du petit ami d’Adi Amit, Noam Bursztein.

« Il m’a demandé si j’étais prête à le rencontrer, car l’équipe était vraiment intéressée par le patrimoine juif », a rappelé Adi Amit. Au printemps dernier, Lörcher a rencontré Amit, sa mère et Bursztein.

« Bien sûr, j’avais entendu parler du nom auparavant, mais je n’avais pas pensé à la famille », a déclaré Lörcher lors d’un entretien téléphonique. « J’ai vraiment été surpris. Et puis les choses se sont faites très rapidement. »

Lörcher a ensuite rencontré Leopoldo Kahn, le grand-père d’Adi Amit, lors d’une séance d’entraînement spéciale pour le club de football Borussia Dortmund dans une école juive à San Diego.

Ensuite, lorsque le CAM a décidé d’organiser son sommet contre l’antisémitisme à Dortmund, Lörcher a suggéré qu’ils « fassent quelque chose de spécial, et utilisent le sommet des maires pour se souvenir de Paul Hirsch et de son histoire très spéciale, pour la toute première fois. »

En guise de conclusion, ils ont chargé l’artiste urbain allemand Mister Oreo 39, alias Julian Schimanski, de créer le portrait plus grand que nature, avec la légende : « Qui est Paul Hirsch ? »

Dratwa a déclaré que la communauté juive de Dortmund et le maire Westphal étaient tous d’accord pour dire que c’était « une excellente opportunité pour instruire et créer un impact positif sur le passé, pour créer un meilleur avenir. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.