Rechercher

Double mitzva ? Taglit embrasse l’identité juive et gay de ses participants

Autrefois surnommés "faiseurs de bébés juifs", les voyages Birthright Israël ont évolué pour "respecter la diversité" parmi les jeunes juifs, affirment personnel et participants

Des participants au voyage LGBTQ Birthright Israel de l'Expérience Canada-Israël à Tel Aviv pendant la Pride (Crédit : Autorisation).
Des participants au voyage LGBTQ Birthright Israel de l'Expérience Canada-Israël à Tel Aviv pendant la Pride (Crédit : Autorisation).

NEW YORK – Peu après le lancement de Birthright Israël en 1999, certains intéressés ont commencé à vanter les mérites de ces voyages en les qualifiant de « faiseurs de bébés juifs ». Et en effet, les philanthropes fondateurs de Birthright – Charles Bronfman et Michael Steinhardt – ont déclaré avoir créé le programme pour lutter contre les taux élevés de mariages mixtes.

Deux décennies plus tard, la marque Birthright-Taglit est largement considérée comme inclusive pour tous les types d’étudiants juifs, y compris les participants LGBTQ. Taglit organise chaque année plusieurs voyages pour les LGBTQ, mais les participants homosexuels déclarent se sentir tout aussi « à l’aise » lors des voyages Taglit classiques.

Taglit a emmené plus de 750 000 jeunes Juifs en voyage éducatif en Israël. Selon Layla Feder, les voyages Taglit LGBTQ sont une « double mitzvah ». Fin 2019, Feder a organisé un voyage Taglit LGBTQ avec l’organisateur Israel Outdoors, raconte cette créatrice de produits pour la maison âgée de 30 ans.

« La communauté queer est une famille, donc dans un environnement comme [un voyage Taglit LGBTQ], vous faites peut-être des shiddukhim », a déclaré Feder au Times of Israel, en utilisant le terme consacré pour

« Tout voyage Taglit consiste déjà à comprendre qui nous sommes et à regarder à l’intérieur de nous-mêmes », a déclaré Feder. « Le voyage LGBTQ que j’ai organisé était très, très intense pour les participants ».

Layla Feder, membre du personnel de Birthright Israel, et Mika Salomon, participante, lors d’une B’nai Mitzvah pour les participants au voyage au Mur occidental (Crédit : Autorisation)

Pour l’un des participants au voyage de Feder, une personne transgenre, ce voyage Taglit a été la première fois qu’elle été appelé par un groupe de personnes avec ses pronoms préférés.

« C’était incroyable », a déclaré Feder. « Être entouré de personnes qui peuvent l’aimer et l’accepter pour ce qu’il est et dans un environnement juif. »

« Birthright Israël a toujours essayé de s’aligner sur notre public et ses besoins », a déclaré Noa Bauer, vice-présidente du marketing de Birthright. « Il n’a jamais été question de faire des bébés juifs ».

Chaque voyage compte plusieurs participants israéliens qui forment la composante dite « Mifgash » (rencontre). Plus de 115 000 Israéliens ont participé à des « Mifgashim« , y compris lors de voyages LGBTQ.

Selon Mme Bauer, Taglit est semblable à d’autres organisations qui « doivent respecter la diversité », a-t-elle déclaré au Times of Israel.

« Travailler sur votre identité juive et votre identité gay, parfois les deux se mélangent », a déclaré Bauer, qui a supervisé la mise en œuvre des voyages LGBTQ de Taglit en 2013.

Selon Bauer, Taglit organise des voyages de « cohorte » en fonction de la demande du marché. De nombreux voyages LGBTQ sont appelés « Pride » Taglit parce qu’ils coïncident avec la célébration gay annuelle de Tel Aviv.

« Nous voulons que tout le monde se sente à l’aise et ait sa propre piste », a déclaré M. Bauer, ajoutant qu’il existe des voyages – par exemple – conçus pour les participants handicapés, des voyages pour les équipes sportives universitaires et des voyages pour les étudiants en art culinaire.

David Ratz encadre un voyage Birthright Israël en 2020 (Crédit : Autorisation)

En tant que recruteur pour Birthright Israël basé à l’université de New York, David Ratz, 26 ans, a participé à cinq voyages. L’un de ces voyages, en décembre 2019, était un voyage LGBTQ, a déclaré Ratz au Times of Israel.

« Ma principale motivation est que je veux aider les gens comme moi à trouver une communauté », a déclaré Ratz. « Après 10 jours avec Birthright, les gens ont trouvé une communauté qui dure pendant de nombreuses années », a déclaré Ratz, qui est maintenant le coordinateur Birthright « IACT » à NYU.

Une gentille fille juive

Lorsque Tatiana Lundstrom a décidé de participer à Birthright Israël, elle avait d’abord envisagé de participer à un voyage « Pride ».

« Mais quand j’ai parlé à mon père de ce voyage, il m’a dit qu’il n’y avait pas que l’homosexualité en moi », a déclaré Lundstrom. « Il a dit que le voyage d’aventure en plein air me ressemblait davantage », raconte cette ingénieure civile de 28 ans.

Lundstrom a fini par participer à un voyage Birthright sur le thème du plein air en 2017. En plus des visites standard de Taglit au mur Occidental et à Masada, son voyage – organisé par Yael Adventures – proposait du rafting, du camping et d’autres randonnées.

Quelques jours après le début du voyage, Lundstrom est tombée amoureuse de Haley Harris-Bloom, une coparticipante. Trois ans plus tard, le couple a prononcé ses vœux de mariage à Auckland, en Nouvelle-Zélande.

Tatiana Lundstrom et Haley Harris-Bloom au Mur occidental à Jérusalem pendant leur voyage Birthright Israël (Crédit : Autorisation)

« Mon père aime dire aux gens que j’ai participé à Taglit et que j’ai rencontré une gentille fille juive », a déclaré Lundstrom au Times of Israel.

Même si je n’ai pas participé à un voyage Taglit « gay », le fait de voir que ces voyages étaient une option m’a mis à l’aise avec l’organisation en général », a déclaré Lundstrom. « J’ai vu que l’organisation soutenait ouvertement les homosexuels et reconnaissait les Juifs LGBTQ+ comme une minorité au sein d’une minorité », a-t-elle ajouté.

Mon père aime dire aux gens que je suis allé à Taglit et que j’ai rencontré une gentille fille juive.

Au moins six ou sept participants au programme Taglit de Mme Lundstrom se sont identifiés comme homosexuels, dit-elle.

« Lorsque les gens ont réalisé que beaucoup d’autres participants étaient homosexuels, il n’y a pas eu de problème », a déclaré Mme Lundstrom. « C’était une expérience très ouverte et multiculturelle », a-t-elle ajouté.

Tatiana et Haley Lundstrom célèbrent leur mariage avec leurs parents (Crédit : Autorisation)

En tant que Juive à qui l’on dit souvent qu’elle « n’a pas l’air juive », Mme Lundstrom, juive suédoise, a beaucoup appris des Juifs de couleur lors de son voyage. Elle n’était plus seule à « ne pas avoir l’air juive », a déclaré Mme Lundstrom, ajoutant que « tous les participants au voyage ont été accueillis et invités à partager leurs histoires et leurs expériences. »

A LIRE : Une exposition multimédia met en lumière des Juifs canadiens marginalisés

Haley, la partenaire de Lundstrom, qui a pris son nom de famille, a déclaré qu’elle voyait Taglit comme une opportunité de « se connecter à mon judaïsme », et pas nécessairement comme un chemin vers l’amour.

Infirmière de formation, Haley a été attirée par Taglit parce qu’elle voulait trouver une communauté juive, dit-elle.

« À l’époque, je ne pense pas avoir été aussi sensible à la construction d’une communauté queer qu’à celle d’une communauté juive », a déclaré Haley au Times of Israel. « Mais il y a une compréhension entre les personnes homosexuelles juives qui est plus profonde que ce que les mots peuvent permettre », a-t-elle ajouté.

« Lorsque j’ai rencontré Tatiana, il y avait une synergie entre nous qui était palpable », a déclaré Haley. « Je pense que nos identités de juifs queer nous fournissent une lentille qui nous aide à aborder le monde avec compassion, inclusion, et sans prendre nos privilèges pour acquis. »

(Matt Lebovic, correspondant du Times of Israel, a participé à 14 voyages Birthright Israël entre 2006 et 2014. À la fin de 1999, il a participé à la première série de voyages Taglit par l’intermédiaire de Hillel International et de Boston University Hillel).

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...