EAU : Une ministre salue la « sagesse du Shabbat » sur Zoom avec les Juifs locaux
Rechercher

EAU : Une ministre salue la « sagesse du Shabbat » sur Zoom avec les Juifs locaux

La ministre d'État, Shamma Al Mazrui, a relevé des similitudes entre islam et judaïsme et se dit "nouvelle étudiante des traditions et sagesse juives, vos valeurs et votre éthique"

Raphael Ahren est le correspondant diplomatique du Times of Israël

La ministre d'Etat des EAU pour les Affaires de la jeunesse, son excellence Shamma Al Mazrui, s'adresse à la communauté juive des émirats avant l'entrée de Shabbat, le 25 septembre 2020. (Capture d'écran Zoom)
La ministre d'Etat des EAU pour les Affaires de la jeunesse, son excellence Shamma Al Mazrui, s'adresse à la communauté juive des émirats avant l'entrée de Shabbat, le 25 septembre 2020. (Capture d'écran Zoom)

S’adressant à la communauté juive locale, une haute responsable des Emirats arabes unis a salué vendredi la « sagesse du Shabbat » et a déclaré qu’elle reconnaissait de nombreuses similitudes entre le judaïsme et l’islam.

Dans son discours de dix minutes, parsemé de mots en hébreu, lors de la réunion virtuelle hebdomadaire de la communauté avant le Shabbat, Shamma Al Mazrui, ministre d’État des EAU chargée de la Jeunesse, a fait l’éloge de divers concepts de la religion juive, tels que la vertu de repentance et l’introspection pendant les grandes fêtes religieuses. Elle a également évoqué le récent accord de normalisation entre les EAU et Israël, exprimant l’espoir qu’il ouvrirait une nouvelle ère de « tolérance totale et d’amour profond dans notre région et dans le monde ».

Al Mazrui, 27 ans, a commencé son discours en faisant remarquer qu’elle avait découvert le Shabbat – ou Shabbes, comme elle le prononce en yiddish – lorsqu’elle était étudiante à New York. Elle se souvient avoir vu ses amis pratiquer leurs rituels « comme des chemins vers la paix, l’intégralité et la plénitude ».

Ses amis juifs ont fait en sorte que le repos du septième jour « semble aussi logique que spirituel, et il a modelé la quête humaine fondamentale de la paix et la façon dont nous sommes plus semblables que différents », a-t-elle ajouté. « Cela m’a rappelé personnellement la parole du prophète Mahomet, la paix soit avec lui, qui a dit que la foi s’use dans le cœur tout comme nos vêtements s’usent, alors demandez à Allah de renouveler la foi dans nos cœurs ».

De gauche à droite, Reem Ibrahim Al Hashimi, ministre d’Etat des EAU pour la Coopération internationale, Ohood Al Roumi nommée ministre d’Etat pour le Bonheur, Shamma Al Mazrui nommé ministre d’Etat pour la Jeunesse et Noura Al Kaabi, ministre d’Etat des EAU du Federal National Council Affairs (FNC), participent à la cérémonie de prestation de serment des ministres à Abu Dhabi, Emirats Arabes Unis, le 14 février 2016. (Emirates News Agency, WAM via AP)

Al Mazrui est née à Abou Dhabi et a étudié l’économie à la branche locale de la New York University. Elle a également passé un semestre sur le campus principal de l’université de New York, dans le sud de Manhattan, et a ensuite obtenu un master en politique publique à l’université d’Oxford. En février 2016 – alors âgée de 22 ans – Al Mazrui est devenue la plus jeune ministre du gouvernement au monde.

Mardi, dans un billet de blog pour le Times of Israel, Mme Al Mazrui a appelé à « une tolérance totale et un amour profond », qui, selon elle, pourrait découler de l’accord de son pays avec l’État juif.

« Nous avons besoin les uns des autres parce que nous ne pouvons pas simplement penser notre chemin vers la paix ; nous devons pratiquer la paix comme une pratique active et avoir confiance en sa réalisation. Et nous avons tous la possibilité maintenant d’être stables pendant que le monde tourne autour de nous », a-t-elle déclaré lors de l’appel Zoom de vendredi avec les membres de la communauté juive des EAU, qui est basée principalement à Dubaï.

« Alors que je suis jeune et impatiente, je commence à comprendre que l’immobilité et la paix sont la clé de, eh bien, d’à peu près tout dans notre vie : être un meilleur parent, être un meilleur artiste, être un meilleur conjoint, être un meilleur investisseur, être un meilleur athlète, être un meilleur scientifique, être un meilleur voisin, être un être humain encore meilleur et débloquer tout ce dont nous sommes capables dans cette vie. Et cela, je vois que c’est la sagesse du Shabbes. C’est le pouvoir de la halte, qui rend vraiment visible l’invisible ».

Nos jeunes veulent apprendre de vous. Notre nation veut apprendre de différentes nations. Et de même, nous vous invitons à venir nous rencontrer autour d’une table

La jeune ministre d’Etat a déclaré qu’elle voyait dans la célébration du Shabbat par ses amis juifs une « puissante ressemblance avec l’islam » car elle leur servait de « rappel constant de retourner vers Dieu… pour la paix, pour la subsistance, pour beaucoup de bienfaits ».

Al Mazrui a demandé à la communauté de la considérer comme « une nouvelle étudiante de la tradition et de la sagesse juives, de vos valeurs, de votre éthique qui vous guident à travers une année complète de portions hebdomadaires de la Torah. Je veux apprendre de vous aujourd’hui », a-t-elle ajouté.

« Nos jeunes veulent apprendre de vous. Notre nation veut apprendre de différentes nations. Et de même, nous vous invitons à venir nous rencontrer autour d’une table ».

La communauté juive des Émirats arabes unis lui inculque, ainsi qu’à tous les autres habitants du pays, « une nouvelle voie pour qu’Allah renouvelle notre foi et la paix dans nos cœurs », a-t-elle déclaré.

Le président américain Donald Trump, (au centre), avec, de gauche à droite, le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn, Abdullatif bin Rashid Al-Zayani, le Premier ministre Benjamin Netanyahu, et le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, Abdullah bin Zayed al-Nahyan, lors de la cérémonie de signature des Accords d’Abraham sur la pelouse sud de la Maison Blanche, le 15 septembre 2020, à Washington. (AP Photo/Alex Brandon)

Mme Al Mazrui a souligné qu’elle s’adressait à la communauté pour le Shabbat entre Rosh HaShana et Yom Kippour, et peu après l’accord du 15 septembre signé par Abou Dhabi et Jérusalem. « Et l’importance de cet alignement doit nous pousser à franchir de nouvelles étapes. D’abord regarder vers l’intérieur et redémarrer », a-t-elle déclaré.

« J’ai été époustouflée en découvrant la teshuva« , a-t-elle poursuivi, utilisant le terme hébreu pour désigner le repentir. « Et maintenant, avec la tête de l’année [littéralement Rosh HaShana], nous avons un appel parfait pour secouer les vieilles habitudes fixes, pour revoir qui nous voulons être en tant qu’individus et en tant que nations. Un temps de vérité, un temps pour faire le travail en nous-mêmes, un temps pour faire bouger les choses ».

La ministre a exprimé son engagement à construire des ponts entre les musulmans et les juifs, et entre les Israéliens et les Émiratis. « Mon rêve est que la coexistence pacifique devienne un sujet de dialogue entre les différentes confessions, disciplines et générations », a-t-elle déclaré.

Mme Al Mazrui a déclaré qu’elle pense que des accords entre Israël et d’autres pays arabes suivront. « J’ai l’espoir que le mouvement suscité par les accords d’Abraham ne sera pas seulement le début d’une tolérance totale et d’un amour profond dans notre région et dans le monde, cela le changera », a-t-elle déclaré.

« Puisse notre humanité commune nous unir et que notre foi commune en un avenir meilleur guérisse ce monde blessé ».

Yehuda Sarna, grand rabbin des Emirats arabes unis, fait sonner le shofar à Dubaï, le 18 septembre 2020. (Capture d’écran)

Son discours a immédiatement été salué par les dirigeants de la communauté. « Votre excellence, je pense parler au nom de tous ici – je me sens touché au plus profond de moi-même », a déclaré Yehuda Sarna basé à New York, le rabbin en chef de la communauté juive des Emirats, la congrégation qui a organisé la réunion virtuelle.

Le président de la communauté, Ross Kriel, a déclaré au Times of Israel que la session Zoom avec Al Mazrui « était unique parce qu’elle a parlé avec tant de clarté et d’émotion de son lien avec la communauté juive. Nous partageons l’objectif de créer un contexte dans les EAU où nos jeunes enfants deviennent les ambassadeurs de son message de tolérance et de pluralisme ».

Les estimations du nombre de Juifs vivant actuellement dans les EAU vont de quelques centaines à 1 500. La communauté, principalement composée d’hommes d’affaires originaires d’Israël ou des États-Unis qui vivent maintenant dans le centre économique de Dubaï, a prospéré pendant des années sous les radars et est récemment sortie de l’ombre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...