Enquête CPI contre Israël et le Hamas : L’Allemagne et la Hongrie s’y opposent
Rechercher

Enquête CPI contre Israël et le Hamas : L’Allemagne et la Hongrie s’y opposent

Les ministres des Affaires étrangères Heiko Maas et Péter Szijjártó affirment que la Cour pénale n'a pas la compétence pour enquêter sur des crimes présumés d'Israël et du Hamas

Le ministre hongrois des Affaires étrangères et du Commerce Peter Szijjarto, à droite, et Heiko Maas, ministre des Affaires étrangères allemand, à gauche. (Crédit : Attila Kovacs/MTI via AP / Kay Nietfeld/dpa via AP)
Le ministre hongrois des Affaires étrangères et du Commerce Peter Szijjarto, à droite, et Heiko Maas, ministre des Affaires étrangères allemand, à gauche. (Crédit : Attila Kovacs/MTI via AP / Kay Nietfeld/dpa via AP)

Les ministères des Affaires étrangères d’Allemagne et de Hongrie ont dénoncé mardi le jugement émis la semaine dernière par la Cour pénale internationale (CPI), qui a statué qu’elle avait les compétences nécessaires pour enquêter sur des crimes de guerre présumés commis par Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

Israël avait dénoncé le jugement de vendredi et les Etats-Unis s’y étaient opposés, tandis que les Palestiniens avaient soutenu l’initiative. L’Etat juif et les Etats-Unis ne sont pas membres de la CPI et l’Autorité palestinienne y a adhéré en 2015.

Heiko Maas, le ministre allemand des Affaires étrangères, a estimé que « le tribunal n’a pas de compétence en raison de l’absence de l’existence d’un État palestinien, comme l’exigerait le droit international ».

Maas a ajouté que les positionnements de l’Allemagne face à la Cour pénale internationale et au processus de paix au Moyen-Orient en général « restaient inchangés » et que le pays soutient « l’établissement d’un futur État palestinien dans le cadre d’une solution à deux Etats négociée entre les Israéliens et les Palestiniens ».

Le ministère des Affaires étrangères de Hongrie, Péter Szijjártó, a aussi appuyé l’opposition de l’Etat juif à ce jugement.

« Tout comme Israël, la Hongrie est en désaccord avec cette décision. Pendant les procédures juridiques, nous avons d’ores et déjà signalé que, selon nous, la Palestine n’a aucune compétence pénale face aux citoyens israéliens », a-t-il déclaré.

« Nous avons toujours soutenu le droit d’Israël à se défendre », a-t-il continué. « Nous pensons que la paix dans la région ne pourra être réalisée que par le biais de négociations sur la base du respect mutuel. »

« La décision de la CPI ne nous rapproche pas de cet objectif », a poursuivi Szijjártó.

Dans une décision majeure prise vendredi, la chambre pré-procès de la CPI a déterminé que la Haye avait la compétence nécessaire pour lancer une enquête pénale sur Israël et les Palestiniens concernant des crimes de guerre qui auraient eu lieu en Cisjordanie, à Gaza et à Jérusalem-Est.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...