Rechercher

Enrico Macias annonce qu’il quittera la France si Marine Le Pen est élue en 2022

"Ah oui, je ne reste pas, bien sûr", a-t-il déclaré, ajoutant qu’il ne savait pas où il irait - il a néanmoins cité Israël comme une possibilité

Le chanteur français Enrico Macias. (Crédit : Itzik Byrne)
Le chanteur français Enrico Macias. (Crédit : Itzik Byrne)

Au micro de l’émission « Les enfants de la République » de Frédéric Haziza qui sera diffusée à 8h45 le 18 octobre prochain sur Radio J, le chanteur français Enrico Macias a déclaré qu’il quitterait la France si Marine Le Pen, candidate du Rassemblement national, était élue aux prochaines élections présidentielles, en 2022.

Il a néanmoins ajouté ne pas croire à l’hypothèse de son élection, malgré de récents sondages la mettant au coude-à-coude avec Emmanuel Macron.

« Ah oui, je ne reste pas, bien sûr », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il ne savait pas où il irait – il a néanmoins cité Israël comme une possibilité.

« Israël de toute façon c’est la seule destination qu’un Juif habitant du monde peut avoir, peut espérer », dit-il. « Parce qu’avant, quand on était persécuté, c’était Auschwitz. Maintenant, c’est Israël. Heureusement qu’on a Israël. Mais il ne faut pas y aller forcé, il faut aller de son plein gré en Israël. »

Déjà, avant les élections précédentes, en 2017, le chanteur avait déclaré qu’il partirait « peut-être en Suisse, peut-être en Corse, peut-être en Israël » si elle était élue. Il avait fait une déclaration similaire en 2015.

Juif berbère, Enrico Macias, de son vrai nom Gaston Ghrenassia, âgé de 81 ans, a démarré sa carrière il y a une soixante d’années. Il est devenu célèbre à la fin des années 1960, en pleine vague « yéyé », avec des tubes comme « Enfants de tous pays », « Porompompero », « Les Filles de mon pays » ou encore « Poï Poï Poï ».

Originaire d’Algérie, il est arrivé en France en 1962, pendant l’exode pied-noir, et avait annoncé en 2014 vouloir faire son alyah. Fervent soutien d’Israël, Macias s’y est rendu à de nombreuses reprises.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...