Epuisé, Israël repart en mode électoral sans trop y croire
Rechercher

Epuisé, Israël repart en mode électoral sans trop y croire

Le troisième scrutin n'écarte pas le risque d'une quatrième élection anticipée, ironisent déjà certains

Des Israéliens déposent leur bulletin de vote dans l'urne d'un bureau de vote de Jérusalem, durant les élections législatives pour la 21e Knesset, le 9 avril 2019.(Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Des Israéliens déposent leur bulletin de vote dans l'urne d'un bureau de vote de Jérusalem, durant les élections législatives pour la 21e Knesset, le 9 avril 2019.(Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et son rival Benny Gantz repartent jeudi pour une troisième campagne électorale en moins d’un an en espérant, sans que les Israéliens ne sachent comment, mettre fin à la pire impasse politique de l’histoire d’Israël.

Les Israéliens se sont réveillés jeudi au premier jour d’un nouveau cycle électoral, et la presse locale n’a pas épargné les protagonistes de cette crise politique, qui ne fait que se prolonger avec la tenue de nouvelles élections, après celles d’avril et septembre.

« Honte » en hébreu, titrait en grosses lettres sur fond noir le quotidien Yediot Aharonoth; le journal gratuit Israel Hayom encore plus marqué à droite estimant dès sa Une qu’il s’agit d’un « cirque ».

Dans la nuit de mercredi à jeudi, après la date-butoir pour donner au pays un chef de gouvernement ayant l’aval de la majorité de la Chambre, les députés ont officiellement voté la dissolution de la Knesset, le Parlement, et les modalités d’un scrutin, convoqué le 2 mars prochain.

Plutôt que de s’entendre sur la formation d’un gouvernement d’union et ainsi éviter un nouveau scrutin, la classe politique israélienne a remis une pièce dans le juke-box électoral dans l’espoir de remporter enfin la mise.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors de la conférence du journal israélien « Makor Rishon » au centre de convention international de Jérusalem, le 8 décembre 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Benjamin Netanyahu, le plus pérenne des Premiers ministres israéliens avec 13 ans au compteur du pouvoir dont la dernière décennie, devra participer au prochain scrutin cette fois avec un caillou dans sa chaussure.

D’après les derniers sondages, les Israéliens blâment M. Netanyahu pour la tenue de ces troisièmes élections. Et contrairement aux deux derniers scrutins, le Premier ministre est désormais officiellement inculpé par la justice.

M. Netanyahu, 70 ans, a en effet été inculpé il y a trois semaines pour corruption, abus de confiance et malversations dans trois affaires différentes, devenant ainsi le premier chef de gouvernement en fonction de l’histoire d’Israël à être mis en examen, d’où sa volonté de remporter les élections pour obtenir une immunité par un vote du Parlement.

A LIRE : Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

Mais le principal intéressé a dénoncé une croisade contre lui, ou plus exactement un « coup d’Etat » ourdi par la justice. Face à lui, l’ancien chef de l’armée Benny Gantz joue la carte de la probité.

« La question principale de la campagne sera encore : êtes-vous pour ou contre Netanyahu ? », résume Gideon Rahat, professeur de sciences politiques à l’université hébraïque de Jérusalem.

Et cette question, les membres du parti Likud de M. Netanyahu auront sans doute à y répondre également. Un mouvement de fronde, mené par le député Gideon Saar, demande la tenue de primaires aux allures de référendum sur la popularité de M. Netanyahu dans ses propres rangs.

Gideon Saar, membre du Parlement du Likud, avec des supporters du Likud lors d’un événement à Hod Hasharon, le 25 novembre 2019. (Yossi Zeliger/ Flash90)

Des cadres du parti évoquent la tenue de primaires rapides, le 26 décembre prochain, mais des fidèles de Netanyahu tentent de les annuler. Les sondages d’opinion placent toujours MM. Netanyahu et Gantz au coude-à-coude sans être en mesure chacun de rallier, avec leurs alliés respectifs, une majorité de sièges. D’où le risque d’une quatrième élection anticipée, ironisent déjà certains.

Le parti de Benny Gantz a lui en quelque sorte déjà entériné la nouvelle candidature de l’ancien militaire, même si les statuts de la formation prévoient une alternance avec son associé Yair Lapid comme tête d’affiche des élections.

Mais M. Lapid a déclaré qu’il laissait toute la place à M. Gantz dans ce remake. « L’important n’est ni la rotation, ni le siège, mais la guerre de libération, pour libérer le pays de la corruption », a-t-il dit cette semaine avant d’ajouter mercredi soir s’attendre à un « festival de haine et de violence ».

Dans un paysage politique qui semble figé, la clé de la rue Balfour – la rue de la résidence du Premier ministre – se trouve peut-être dans le taux de participation ou plutôt la volonté des Israéliens d’en finir avec cette saga.

« Nous n’avons jamais été dans cette situation. La littérature en sciences politiques vous dira que le taux de participation va fléchir. Mais en fait, il a progressé lors de la 2e élection, alors nous aurons peut-être des surprises lors de la 3e », souligne M. Rahat. « Nous apprenons chaque jour de nouvelles choses sur la politique israélienne ».

Pour l’analyste Dahlia Scheindlin, « le pourcentage de vote de ceux qui s’identifient à la droite, à la gauche ou au centre ne changera pas de manière importante » au cours des 80 prochains jours. « Mais je ne dis jamais ‘jamais’ lorsqu’il est question de politique israélienne… il y a toujours des surprises ».

Mais après un an d’un régime de gouvernement intérimaire, « le pays fonctionne toujours, rien ne s’est effondré, les hôpitaux et les écoles sont toujours ouverts, mais c’est comme si le pays clopinait. Il n’y a pas de planning à long-terme », dit-elle.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...