Israël en guerre - Jour 237

Rechercher

Erdogan critique la réaction américaine aux émeutiers anti-Israël sur les campus

"Les limites de la démocratie occidentale sont tracées par les intérêts d'Israël", a déclaré le président turc

Le président turc Recep Tayyip Erdogan prononce un discours pendant la 39e session de la Commission de coopération économique et sociale de l'Organisation de la coopération islamique (COMCEC), à Istanbul, le 4 décembre 2023. (Crédit : in Istanbul, AP Photo/Francisco Seco)
Le président turc Recep Tayyip Erdogan prononce un discours pendant la 39e session de la Commission de coopération économique et sociale de l'Organisation de la coopération islamique (COMCEC), à Istanbul, le 4 décembre 2023. (Crédit : in Istanbul, AP Photo/Francisco Seco)

Le président turc Tayyip Erdogan s’est immiscé dans le débat sur les manifestations dans les campus universitaires américains en déclarant que les autorités faisaient preuve de « cruauté » face aux émeutiers pro-palestiniens.

Les manifestations se sont multipliées sur les campus américains pour protester contre la gestion par Israël de la guerre à Gaza, ce qui a donné lieu à des mesures de répression policière et des arrestations dans certains lieux, comme à l’université Columbia à New York.

« Des étudiants et des universitaires consciencieux, y compris des juifs antisionistes de certaines universités américaines prestigieuses, protestent contre le massacre [à Gaza] », a déclaré Erdogan lors d’un événement à Ankara.

« Ces personnes sont soumises à la violence, à la cruauté, à la souffrance et même à la torture pour avoir dit que le massacre devait cesser », a-t-il déclaré, assurant que le personnel universitaire était « licencié et lynché » pour avoir soutenu les Palestiniens.

« Les limites de la démocratie occidentale sont tracées par les intérêts d’Israël », déclare Erdogan. « Tout ce qui porte atteinte aux intérêts d’Israël est antidémocratique et antisémite pour eux. »

Par ailleurs, Erdogan s’est entretenu jeudi avec le chef du principal parti d’opposition turc, le CHP. Il s’agit de la première rencontre de ce type depuis près de huit ans, un mois seulement après que le CHP a devancé le parti de Erdogan lors des élections locales.

Le vote du 31 mars a marqué la pire défaite d’Erdogan et de son Parti AK (AKP) en plus de 20 ans de pouvoir. Il a revitalisé le Parti républicain du peuple (CHP) de l’opposition sous la direction de son nouveau chef, Ozgur Ozel, et a renforcé la position du maire d’Istanbul, Ekrem Imamoglu, en tant que futur candidat sérieux à l’élection présidentielle.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.