Israël en guerre - Jour 192

Rechercher

Erdogan vend des drones à l’Arabie saoudite lors d’une visite officielle

Le président turc a signé avec le prince héritier MBS des accords dans les domaines de l'énergie, des investissements, de la défense et des médias, selon SPA

L’Arabie saoudite a annoncé mardi avoir signé plusieurs accords avec la Turquie, dont un portant sur l’achat de drones turcs, à l’occasion d’une visite du président Recep Tayyip Erdogan, arrivé la veille pour une tournée dans le Golfe destinée à renforcer les liens commerciaux.

Erdogan a signé avec le prince héritier Mohammed ben Salmane (MBS), dirigeant de facto du richissime royaume pétrolier, des accords dans les domaines de l’énergie, des investissements, de la défense et des médias, a rapporté l’agence de presse officielle saoudienne SPA.

Parmi ces accords figurent « deux contrats avec la compagnie turque Baykar » – co-dirigée par un  gendre du président Recep Tayyip Erdogan– qui produit des drones, notamment le drone tactique TB2 Bayraktar, vedette de l’industrie de défense turque.

L’Arabie saoudite « va acquérir des drones avec l’objectif de renforcer la préparation des forces armées du royaume et ses capacités de défense et fabrication », a déclaré mardi le ministre saoudien de la Défense Khaled ben Salmane.

Le montant des accords n’a pas été dévoilé ni le nom des drones que le royaume compte acheter, mais un diplomate arabe en poste à Ryad s’exprimant sous couvert de l’anonymat a parlé du modèle TB2.

Ce drone a été médiatisé en 2022 pour son rôle dans les premières phases de la défense de l’Ukraine contre l’invasion russe et a été acheté par une dizaine d’armées, selon le Military Balance de l’International Institute for Strategic Studies (IISS).

Dans un tweet, le PDG de Baykar, Haluk Bayraktar, a parlé du « plus gros contrat d’exportation en matière de défense et d’aviation de l’histoire de la République turque », sans en révéler non plus le montant.

Il s’agit de la deuxième visite du chef de l’État turc en Arabie saoudite depuis le rapprochement entre Ryad et Ankara, après une période de froid diplomatique qui avait atteint son apogée en 2018 avec l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans le consulat de son pays à Istanbul.

Le président turc avait à l’époque accusé les responsables saoudiens, et des experts de l’ONU et la CIA avaient pointé du doigt la responsabilité de MBS. Ryad a toujours démenti avoir commandité le meurtre du journaliste au ton critique.

La visite de Erdogan intervient au moment où la Turquie lutte contre une dévaluation de sa monnaie et une inflation galopante qui ont mis à mal son économie.

Après l’Arabie saoudite, il est attendu au Qatar et aux Émirats arabes unis.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.