Faut-il anonymiser les photos sur les réseaux sociaux pour lutter contre la reconnaissance faciale ?
Rechercher

Faut-il anonymiser les photos sur les réseaux sociaux pour lutter contre la reconnaissance faciale ?

Deux Israéliens veulent mettre au point un algorithme qui modifie les photographies, sans que cela ne soit perceptible à l’œil nu, afin de tromper les logiciels de reconnaissance faciale

Page d'accueil du site deidentification.co (Capture d'écran)
Page d'accueil du site deidentification.co (Capture d'écran)

Face à la recrudescence des dispositifs d’identification par reconnaissance faciale, deux Israéliens, Gil Perry et Sella Blondheim, deux entrepreneurs en high-tech, ont décidé de mettre au point un algorithme capable d’anonymiser les visages présents sur les photos publiées sur les réseaux sociaux.

Gil Perry se veut alarmiste : « Maintenant, tout le monde doit en être conscient, explique-t-il à l’Usine digitale. Les rues d’aujourd’hui sont couvertes par des caméras, nous avons tous des smartphones. Nous sommes toujours photographiés. Lorsque vous combinez caméra et reconnaissance faciale, la confidentialité n’existe plus ».

A ce jour, 50 % des Américains auraient déjà leur visage scanné.

L’année dernière Perry et Blondheim décident de mettre sur pied leur start-up, D-ID, pour Dé-Identification.

« Leur idée est de modifier très légèrement la photo sans que l’oeil nu ne voie la différence. L’empreinte numérique du cliché mise en ligne est changée sans déformer les traits du visage, » explique L’Usine digitale.

Le pari pourrait s’avérer gagnant. La confidentialité devenant un enjeu de plus en plus central, et les règles de confidentialité, notamment au niveau européen devenant plus contraignantes, ce genre de service est promis à un bel avenir.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...