Felix Salten, le père de Bambi qui a dû fuir les nazis
Rechercher

Felix Salten, le père de Bambi qui a dû fuir les nazis

Mis à l'honneur par le Musée de Vienne (MUSA), cet auteur juif avait cédé dans les années 1930 les droits de son roman animalier pour 1 000 dollars à un producteur américain

Un homme devant une affiche de Felix Salten à l’entrée de l’exposition "Au-delà de Bambi - Felix Salten et la découverte du modernisme viennois", au Wien Museum à Vienne, en Autriche, le 23 mars 2021. (Crédit : Joe Klamar/ AFP)
Un homme devant une affiche de Felix Salten à l’entrée de l’exposition "Au-delà de Bambi - Felix Salten et la découverte du modernisme viennois", au Wien Museum à Vienne, en Autriche, le 23 mars 2021. (Crédit : Joe Klamar/ AFP)

Le monde entier connaît « Bambi », grand classique de Walt Disney, mais qui a retenu le nom de Felix Salten ? Le créateur du mythique faon était pourtant un prolifique homme de lettres de l’âge d’or viennois, qui dut fuir les nazis.

Mis à l’honneur par le Musée de Vienne (MUSA), cet auteur juif avait cédé dans les années 1930 les droits de son roman animalier pour 1 000 dollars à un producteur américain, qui les vendra ensuite au fameux studio d’animation.

Ecrit en 1922, Bambi, l’histoire d’une vie dans les bois, présenté sur une jaquette sans image de cerf, n’a d’abord pas attiré les foules.

« Felix Salten a changé d’éditeur et à ce moment-là, le livre est devenu un franc succès, avant d’être rendu encore plus célèbre, bien sûr, par l’adaptation cinématographique en 1942 », explique à l’AFP Ursula Storch, commissaire de l’exposition.

Entretemps, Bambi est interdit comme l’ensemble de l’oeuvre de l’écrivain du fait de ses origines juives, en Allemagne d’abord, puis dans une Autriche annexée par Adolf Hitler en 1938.

De gauche à droite : des traductions en hébreu, slovaque et japonais du conte emblématique « Bambi : une vie dans les bois » de Felix Salten, exposées à la bibliothèque de l’hôtel de ville de Vienne, en Autriche, le 23 mars 2021. (Crédit : Joe Klamar/AFP)

« Peur »

Depuis, l’histoire poignante du jeune animal confronté au deuil de sa mère tuée par des chasseurs, a donné lieu à de multiples interprétations.

Felix Salten, chasseur lui-même, livre un récit sur la nature et la noirceur de l’être humain, note Mme Storch, tout en rappelant qu’il ne s’est jamais livré à une exégèse de son texte.

C’est un conte « profondément inscrit dans son temps, bien plus qu’une simple histoire pour enfants autour de la perte de la maman », commente le philosophe Maxime Rovère, auteur de la préface de la nouvelle édition française.

Derrière « l’impression de peur, la fuite perpétuelle des animaux », « impossible de ne pas faire le lien avec l’expérience personnelle » de l’auteur, qui assiste à la montée de l’antisémitisme.

Une affiche historique du film d’animation « Bambi » produit par Walt Disney est exposée au Wien Museum de Vienne, en Autriche, le 23 mars 2021. (Crédit : Joe Klamar/AFP)

« Caméléon »

Toutefois son œuvre ne saurait se résumer à Bambi : l’exposition montre l’étendue des travaux de ce représentant du modernisme viennois.

Né en mars 1869 à Budapest dans le puissant empire austro-hongrois, Felix Salten rejoint la capitale Vienne avec sa famille l’année suivante.

Il commence à travailler comme journaliste à l’aube de ses 20 ans, un métier « resté son gagne-pain pendant plus de 50 ans », raconte Marcel Atze, responsable de la collection de manuscrits de la Bibliothèque de Vienne.

« Touche-à-tout », « caméléon de la langue », il rédigera en outre une cinquantaine d’ouvrages : on lui doit des livrets d’opéra, des poésies, des critiques d’art, des scripts de films et même un roman pornographique, Josefine Mutzenbacher.

Une photo de Felix Salten, auteur du conte emblématique « Bambi : une vie dans les bois » avec diverses traductions de son livre à la bibliothèque de l’hôtel de ville de Vienne, en Autriche, le 23 mars 2021. (Crédit : Joe Klamar/AFP)

Il fréquentait « la crème de la crème », comme par exemple le psychanalyste Sigmund Freud ou le musicien Richard Strauss, raconte la commissaire.

Mais l’Anschluss fit soudain basculer cette vie mondaine.

Dans une lettre, Felix Salten confie son « mépris des Viennois et des Autrichiens en général », qui accueillent Hitler dans la liesse.

Son journal intime témoigne de son angoisse qui grandit au fil des jours. « Ses notes vont droit au cœur. Quand vous les lisez, vous pouvez vraiment imaginer ce qui s’est passé », relate M. Atze, qui a passé avec ses collègues plusieurs semaines à les déchiffrer.

La première édition anglaise du livre « Bambi » de Felix Salten, avec la dédicace manuscrite de Salten à sa femme Ottilie, à la bibliothèque de l’hôtel de ville de Vienne, en Autriche, le 23 mars 2021. (Crédit : Joe Klamar/AFP)

« Témoin précieux »

« Il est incroyablement précieux en tant que témoin, car il existe très peu de documents comme celui-ci », poursuit-il.

L’homme de lettres prépare fébrilement son départ vers la Suisse, qu’il rejoindra en mars 1939 avec son épouse en emportant des milliers d’ouvrages de sa bibliothèque.

Il sera deux ans plus tard privé de sa nationalité par les nazis, un jour marqué « en rouge et non en noir ou bleu comme d’habitude » dans son carnet, note M. Atze, et « tremblera » jusqu’à son dernier souffle en 1945.

Sa petite-fille suisse, Lea Wyler, ne l’a pas connu mais par les récits de famille, elle décrit « un homme brisé », affecté par le décès de son fils des suites d’un accident de voiture et la perte de « Vienne, sa maison, ses amis ».

« De cet homme si doué, si plein d’humour et de malice », elle regrette que la postérité ne retienne « que Bambi ». Quand il n’est pas éclipsé par sa création.

« Tout le monde pense que Disney l’a inventé. Le crédit ne lui revient même pas et pendant ce temps, ils amassent des millions », s’insurge Mme Wyler, saluant « un sentiment de rédemption » dans la reconnaissance accordée par la ville de Vienne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...