Israël en guerre - Jour 145

Rechercher

Fogel et Gillon critiqués pour avoir assimilé leurs rivaux aux ennemis d’Israël

Le député d'extrême-droite établit une comparaison entre la Cour suprême et le Hamas/le Hezbollah ; l'ex-chef du Shin Bet a comparé les partis nationalistes-religieux aux terroristes

Le chef de la commission de la Sécurité nationale, Zvika Fogel ,dirigeant une réunion à la Knesset, à Jérusalem, le 1er janvier 2024. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)
Le chef de la commission de la Sécurité nationale, Zvika Fogel ,dirigeant une réunion à la Knesset, à Jérusalem, le 1er janvier 2024. (Crédit : Oren Ben Hakoon/Flash90)

Un jour après l’arrêt retentissant de la Cour suprême invalidant la loi dite du « caractère raisonnable » du projet de refonte du système judiciaire, le député Tzvika Fogel (Otzma Yehudit) a comparé la Cour aux groupes terroristes du Hamas et du Hezbollah dans un message publié sur X.

Fogel, qui dirige la commission de la Sécurité nationale de la Knesset et qui a déjà fait des déclarations belliqueuses par le passé, a écrit : « D’abord, nous détruirons le [groupe terroriste palestinien du] HAMAS, ensuite nous nous occuperons du [groupe terroriste chiite libanais du] HEZBOLLAH, et pour le dessert, nous réglerons les choses à la COUR SUPRÊME. Chaque chose en son temps. Patience. »

Le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, chef du parti d’extrême-droite Otzma Yehudit, a « liké » le message avant d’annuler rapidement son action. Mais il a défendu son collègue, affirmant que quiconque pensait que Fogel comparait la Haute Cour aux groupes terroristes « devait travailler sa compréhension de l’écrit ».

Lundi, la Cour suprême a abrogé la loi du « caractère raisonnable » dans une décision prise à 8 voix contre 7. Cet amendement à la Loi fondamentale : Le pouvoir judiciaire, adopté par la Knesset en juillet, est la première mesure du paquet de réformes radicales de la coalition visant à remanier en profondeur le système judiciaire à avoir fait l’objet d’une loi. Il interdit à tous les tribunaux, y compris la Haute Cour, de délibérer et de statuer sur les décisions gouvernementales et ministérielles à l’aune de leur caractère « raisonnable ».

Les députés de droite, dont Ben Gvir et le chef du parti HaTzionout HaDatit, le ministre des Finances Bezalel Smotrich, ainsi que le ministre de la Justice Yariv Levin, qui a été le fer de lance de la refonte du système judiciaire, se sont emportés contre la Cour.

Levin a déclaré que la Cour avait démontré « l’opposé de l’esprit d’unité requis ces jours-ci pour le succès de nos soldats sur le front ». Il a ajouté que le gouvernement « continuera à agir avec retenue et responsabilité » tant que l’opération militaire contre le Hamas à Gaza sera en cours, indiquant que la réponse du gouvernement devra peut-être attendre la fin de la guerre.

La présidente de la Cour suprême, la juge Esther Hayut, présidant une audience sur la décision de la commission centrale électorale de disqualifier le parti Balad pour les prochaines élections législatives, à la Knesset, le 6 octobre 2022. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Smotrich a déclaré au nouveau site Ynet que la décision mettait à nouveau en évidence le détachement « triste » de la cour par rapport à la réalité sur le terrain alors qu’Israël mène une guerre contre le Hamas à Gaza, avec ceux qui ont manifesté pour et contre la refonte ensemble dans les tranchées, ne voulant pas « revenir au 6 octobre », lorsque la division était omniprésente.

Smotrich a déclaré au nouveau site Ynet que la décision mettait à nouveau en évidence la « triste » déconnexion de la Cour par rapport à la réalité du terrain, alors qu’Israël mène une guerre contre le Hamas à Gaza, avec ceux qui ont manifesté pour et contre la refonte ensemble dans les tranchées, ne voulant pas « revenir au 6 octobre », lorsque la discorde était omniprésente.

« La Cour ne peut pas rester dans sa tour d’ivoire et diviser un pays déchiré par la guerre », a-t-il affirmé.

Le message de Fogel a suscité une condamnation intense sur les réseaux sociaux et de la part de personnalités publiques.

Parallèlement, les propos controversés de l’ancien chef de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, Carmi Gillon, ont également fait l’objet d’un examen minutieux. Dans ses remarques, largement rapportées mardi bien qu’elles aient été formulées fin octobre lors d’une conférence, Gillon avait comparé le zèle de la droite religieuse à des groupes terroristes mondiaux et insinue qu’elle utiliserait des méthodes similaires.

« Il y a une droite politique qui veut prendre le contrôle de la vie de tous les citoyens israéliens par des méthodes éprouvées – tout comme les Frères musulmans en Égypte, l’État islamique, le Hamas et la révolution iranienne sous Khomenei – pour prendre le contrôle de la vie de tout le monde », déclare Gillon, également ancien ambassadeur au Danemark, dans un enregistrement de cet événement qui vient d’être rendu public.

Le chef du parti HaMahane HaMamlahti, Benny Gantz, a condamné les déclarations de Fogel et de Gillon, déclarant que les comparaisons qu’ils avaient faites étaient « méprisables », « honteuses » et constituaient une « abomination morale ».

« La division, l’incitation et les discours violents et méprisables n’ont plus leur place dans la société israélienne », a souligné Gantz.

Carmi Gillon, ancien chef de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, à la Cour suprême, à Jérusalem, le 8 août 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le message publié mardi sur X n’était pas la première fois que Fogel s’aventurait dans des propos incendiaires. Lors d’une audition à la Knesset fin novembre sur un projet de loi visant à imposer la peine de mort pour les terroristes, Fogel avait déclaré à des parents d’otages qui s’opposaient à la législation qu’ils « représentaient le Hamas » et non les intérêts de l’État d’Israël.

En février 2023, l’ancien général de brigade de l’armée israélienne avait apporté son soutien sans ambiguïté à des émeutiers juifs qui s’étaient déchaînés dans la ville de Huwara quelques heures après que deux jeunes frères israéliens y avaient été tués par deux terroristes palestiniens : « Une Huwara encerclée et brûlée, voilà ce que je veux voir. »

La police avait convoqué le législateur en mars pour l’interroger dans le cadre d’une enquête sur des allégations d’incitation à la violence.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.