Rechercher

Gantz ordonne une répression « agressive » de la violence contre les soldats

Le ministre de la Défense a également demandé à l'armée d'agir "sans compromis" pour empêcher les attaques contre les Palestiniens et leurs oliveraies

Un véhicule de la police des frontières  après avoir été attaqué à coups de pierres et de seaux de peinture, près de Yitzhar en Cisjordanie, le 11 octobre 2021. (Crédit : Police israélienne)
Un véhicule de la police des frontières après avoir été attaqué à coups de pierres et de seaux de peinture, près de Yitzhar en Cisjordanie, le 11 octobre 2021. (Crédit : Police israélienne)

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a appelé l’armée à agir « de manière systématique, agressive et sans compromis » contre la violence des résidents d’implantation israéliens envers les Palestiniens et les forces de sécurité israéliennes, après un certain nombre de cas d’attaques par des nationalistes d’extrême droite en Cisjordanie ces dernières semaines.

M. Gantz a émis cette directive à la suite d’une réunion avec de hauts responsables de Tsahal et du ministère de la Défense concernant les récentes violences et les préparatifs de l’armée pour la prochaine récolte des olives, une période sensible en Cisjordanie qui voit régulièrement des attaques de résidents d’implantation israéliens contre des Palestiniens et leurs oliveraies.

« Gantz a ordonné à Tsahal d’agir de manière systématique, agressive et sans compromis – avec le service de sécurité Shin Bet et la police – contre toutes les formes de violence, contre les Palestiniens, les Juifs et bien sûr contre Tsahal », a déclaré son bureau dans un communiqué.

Mercredi, deux soldats de Tsahal ont été légèrement blessés lorsqu’un résident d’implantation israélien les a attaqués au gaz poivré à l’extérieur de l’avant-poste illégal d’Adei Ad, près de la ville palestinienne d’al-Mughayyir, dans le centre de la Cisjordanie.

Tsahal a qualifié l’attaque d’incident « grave » et a demandé à la police d’ouvrir une enquête.

Plus tôt dans la semaine, un agent de la police des frontières a été blessé lors d’affrontements avec des résidents d’implantation à l’extérieur de l’implantation de Yitzhar, une communauté réputée pour abriter des éléments extrémistes et qui connaît régulièrement des conflits entre les nationalistes d’extrême droite, les Palestiniens et Tsahal.

Les deux attaques ont été largement dénoncées par les législateurs israéliens de l’ensemble de l’échiquier politique.

« Le ministre de la Défense a condamné les récents incidents au cours desquels des soldats de Tsahal et des agents de la police des frontières ont été blessés et a déclaré que des mesures devaient être prises immédiatement et de manière ciblée afin d’éradiquer ce phénomène », a déclaré jeudi le bureau de Gantz.

Le ministre de la Défense Benny Gantz s’exprime lors d’un événement célébrant le premier anniversaire des accords d’Abraham, au parlement israélien à Jérusalem, le 11 octobre 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

L’attaque de mercredi s’est produite après que des représentants du centre de coordination et de liaison du district de Tsahal dans la région de Ramallah ont été appelés sur les lieux en raison d’un signalement de  » crime nationaliste  » – des résidents d’implantation déracinant des oliviers appartenant à des résidents d’al-Mughayyir.

Alors que les deux soldats parlaient à un Palestinien qui signalait que des résidents d’implantation avaient détruit ses arbres, plusieurs jeunes résidents d’implantation, dont certains étaient masqués, auraient tenté d’attaquer l’homme avec une tige métallique.

Au cours de la confrontation, l’un des résidents d’implantation a pulvérisé du gaz poivré sur le véhicule militaire, blessant légèrement les deux hommes.

Aucune arrestation n’a été effectuée dans l’immédiat, bien que des images vidéo montrent que d’autres troupes – des membres du bataillon Netzah Yehuda, une unité qui a régulièrement été au centre de controverses liées aux nationalistes – patrouillaient dans la zone pendant l’incident.

Tsahal a déclaré que l’incident, y compris l’inaction des soldats de Netzah Yehuda, ferait l’objet d’une enquête interne et d’une enquête de police.

Des résidents d’implantation israéliens encerclent un véhicule de Tsahal près de la colonie d’Adei Ad, le 13 octobre 2021. (Crédit : capture d’écran vidéo/autorisation)

Dans une déclaration, le chef d’état-major de Tsahal, Aviv Kohavi, a fermement condamné les incidents répétés de crime et de violence contre les soldats de Tsahal.

« Les crimes commis par des civils contre des soldats de Tsahal sont inacceptables et nécessitent une réponse rapide et stricte pour traduire les auteurs en justice », a déclaré M. Kohavi.

Des habitants extrémistes des implantations déracinent ou sabotent régulièrement des oliveraies palestiniennes en Cisjordanie.

Les chefs militaires et autres hauts gradés de la Défense appellent régulièrement à mettre fin à la violence des résidents d’implantation et promettent d’agir, généralement à la suite d’incidents très médiatisés ou d’attaques contre des soldats. Toutefois, les autorités israéliennes sont accusées de faire preuve d’indulgence envers les extrémistes juifs et de ne pas les poursuivre pleinement, en raison d’un manque de volonté politique.

Le Premier ministre Naftali Bennett est un ancien dirigeant de résidents d’implantation et les Juifs israéliens vivant en Cisjordanie sont considérés comme une partie importante de sa base politique.

Illustration. Un olivier saboté dans le village palestinien de Yasuf, le 27 juillet 2019. (Crédit : Radi Attiani/Yesh Din)

Plus tôt dans la journée de mercredi, des vandales ont tagué des slogans nationalistes et endommagé des voitures dans le village palestinien de Marda, en Cisjordanie. Les slogans barbouillés sur les murs de la communauté comprenaient « étiquette de prix » et « Démolir les [biens] ennemis, pas les Juifs ».

Les agressions et les actes de vandalisme perpétrés par des résidents d’implantation contre des Palestiniens et Tsahal en Cisjordanie sont communément appelés des attaques du type « prix à payer ». Leurs auteurs affirment qu’il s’agit de représailles à la violence palestinienne ou aux politiques gouvernementales considérées comme hostiles au mouvement des implantations.

Emanuel Fabian et l’équipe du Times of Israël ont contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...