Gantz se moque de la diplomatie « jet-set » de Netanyahu, futile et intéressée
Rechercher

Gantz se moque de la diplomatie « jet-set » de Netanyahu, futile et intéressée

Le chef de Kakhol lavan dit que Trump et Poutine font ce qu'ils veulent et non ce qu'Israël exige ; accuse le nouveau contrôleur de l'État de servir le Premier ministre

Le leader de Kakhol lavan, le député Benny Gantz, prend la parole lors d'une conférence de la 12e chaîne de télévision à Tel Aviv, le 5 septembre 2019. (Hadas Parush/Flash90)
Le leader de Kakhol lavan, le député Benny Gantz, prend la parole lors d'une conférence de la 12e chaîne de télévision à Tel Aviv, le 5 septembre 2019. (Hadas Parush/Flash90)

Le chef du parti Kakhol lavan, le député Benny Gantz, a ridiculisé jeudi les rencontres du Premier ministre Benjamin Netanyahu avec des dirigeants étrangers avant les élections comme une diversion visant à tromper le public, affirmant que ceux qu’il rencontre agissent selon leurs propres intérêts, pas à cause de l’influence de Netanyahu.

« Les voyages de Benjamin Netanyahu, courant d’un endroit à l’autre, jettent de la poussière aux yeux des gens », a déclaré Gantz à une conférence organisée par la Douzième chaîne de télévision.

Les propos de Gantz surviennent après le départ de Netanyahu plus tôt dans la journée pour une brève visite à Londres. L’annonce du voyage de son bureau, juste un jour à l’avance, est intervenue quelques jours après que Netanyahu a annulé une visite en Inde, un geste qui a fait courir le bruit que le dirigeant israélien envisageait un autre voyage très médiatisé pour améliorer ses perspectives électorales avant le scrutin national qui se déroulera à la fin du mois.

Le Premier ministre indien Narendra Modi est l’un des trois hommes d’État étrangers – avec le président américain Donald Trump et Poutine – qui apparaissent sur d’énormes affiches de campagne devant le siège du Likud à Tel Aviv.

« Ce que fait Poutine, c’est au nom de ses intérêts et de ceux de la Russie et non à cause de Netanyahu », a affirmé Gantz. « Ce que fait Trump, c’est au nom de ses intérêts et de ceux des USA et non à cause de Netanyahu. »

Affiches de campagne électorale sur le bâtiment du siège du Likud à Tel Aviv montrant le Premier ministre Benjamin Netanyahu serrant la main du Président russe Vladimir Poutine et du Président américain Donald Trump, le 28 juillet 2019. (Adam Shouldman/Flash90)

« Je suggère que [Netanyahu] – au lieu d’aller à Londres – aille à Kiryat Shmona où la population l’ennuie », poursuit Gantz, faisant référence à un incident en octobre dernier quand Netanyahu avait dit à une femme qui l’interpellait dans la ville frontière nord qu’elle était « ennuyeuse ».

Le chef de Kakhol lavan, dont le parti centriste est au coude à coude avec le Likud de Netanyahu dans les sondages pour les élections, a ensuite accusé Matanyahu Englman, le nouveau contrôleur de l’Etat d’être l’homme du Netanyahu.

« Le contrôleur de l’Etat travaille pour Benjamin Netanyahu », a déclaré Gantz, accusant Englman de faire « une grave » erreur lorsqu’il a approuvé la demande de Netanyahu d’accepter un financement d’une riche connaissance pour payer sa défense juridique dans trois affaires de corruption.

Englman, nommé par la Knesset en juin avec le soutien de Netanyahu, a annulé mercredi une décision de la Commission des permis du contrôleur de l’Etat qui – sous le prédécesseur de Englman – avait à trois reprises décidé de ne pas autoriser Netanyahu à recevoir le financement de Spencer Partridge, homme d’affaires américain.

« Il a créé une situation qui a rendu la Commission des permis inutile », a dit Gantz.

Gantz a également attaqué Netanyahu pour ses efforts visant à voir le parti d’extrême droite Otzma Yehudit fusionner avec des partis nationalistes plus importants ou abandonner la course afin d’éviter que les votes pour le parti ne soient gaspillés si le seuil minimum de la Knesset n’est pas atteint.

« Otzma Yehudit est un parti raciste, et ce sont [ces gens] que Netanyahu essaie d’amener dans le Saint des Saints en Israël. Cela ne sert qu’une seule chose – ses propres intérêts, pour qu’il puisse continuer à voyager », a dit Gantz.

Matanyahu Englman (à droite) serre la main du Premier ministre Benjamin Netanyahu au cabinet de ce dernier peu après sa nomination au poste de contrôleur de l’État, le 3 juin 2019. (Crédit : Cabinet du Premier ministre/Twitter)

Le Likud a répondu dans un communiqué que « l’attaque de Gantz contre un haut responsable comme le contrôleur de l’Etat franchit une ligne rouge. »

« La gauche, qui dénonce toujours à grands cris les insultes à l’encontre des gardiens de la démocratie, permet soudain toute attaque débridée, révélant ainsi son hypocrisie », a estimé le parti.

« Le seul gouvernement que Gantz peut mettre en place est un gouvernement de gauchistes et d’Arabes ; il n’a pas d’autre gouvernement parce que le Likud ne veut pas s’asseoir avec lui », dit le communiqué. « Ce n’est que si le Likud est le plus grand parti qu’un gouvernement de droite sera mis en place ».

« Les applaudissements pour Gantz à cette conférence prouvent une fois de plus qu’il s’agit d’une conférence politique contre Netanyahu », poursuit le Likud. « Il s’avère que non seulement les orateurs sont de gauche, mais aussi le public. Que peut-on attendre d’autre d’une conférence organisée par une chaîne de propagande ? »

Netanyahu a régulièrement critiqué la Douzième chaîne pour sa couverture des affaires dans lesquelles il est suspect, la qualifiant de « chaîne de propagande » pour la diffusion des témoignages des policiers qui interrogent des témoins dans ces affaires.

Des ministres du Likud devaient participer à la conférence mais l’ont finalement boycotté. Seul l’élu Likud, Gideon Saar, y a participé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...